Tout ce qui change au 1er juillet 2020

Stéphanie Haerts - publié le 30/06/2020 à 15:00

Différents changements vont influencer la vie des Français dès le 1er juillet 2020. Parmi eux, la légère baisse des tarifs réglementés du gaz, l'évolution à la hausse mais aussi à la baisse des prix du tabac, l'arrivée d'un dispositif de chômage « longue durée ».

changements au 1er juillet 2020
En juillet, les tarifs réglementés (hors taxe) du gaz diminuent de 0,3% en moyenne par rapport à juin.

Les prix du gaz en baisse

Les tarifs réglementés du gaz (hors taxe) baissent de 0,3% en juillet en comparaison au mois de juin. Ils sont appliqués par Engie à 4 millions de foyers environ. Ces tarifs auraient cependant dû diminuer de 5,1% du fait de la chute historique du prix du gaz naturel suite à la crise sanitaire. Toutefois, le gouvernement et la Commission de régulation de l'énergie ont décidé de lisser cette baisse des prix jusqu'au mois de février prochain afin d'éviter une envolée des prix trop brutale en fin d'année.

Le prix du tabac connaît également quelques changements. Au 1er juillet, les Camel Shift augmenteront de 20 centimes et coûteront désormais 9,80 €. Les Fortuna Rouge, News 100% Tabac ou News Bleu connaîtront une hausse de 10 centimes pour atteindre 9,50 €, tout comme les News Classic Blue, News Classic Green ou News Classic Red qui se vendront à 9,60 €. À l'inverse, les Winston Connect Blue et les Winston Connect Red baisseront de 10 centimes. Le prix des Marlboro Red, les cigarettes les plus vendues, restera à 10 €.

Un chômage partiel de « longue durée »

Le dispositif de chômage partiel visant à soutenir les entreprises ainsi que les salariés, suite à la crise sanitaire, va de nouveau évoluer. Un nouveau mécanisme d' « activité partielle longue durée » entrera en vigueur dès le 1er juillet 2020. Il permet aux entreprises les plus touchées de réduire leur temps de travail jusqu'à 40%. En contrepartie, le salarié obtient une garantie sur l'emploi. Ce dispositif devra faire l'objet d'un accord de branche ou d'entreprise.

Le nouveau dispositif permet la réduction du temps de travail sur une durée de deux ans. Ce dispositif permettra d'éviter les plans de licenciement. Le chômage partiel de longue durée indemnisera les salariés à hauteur de 84% du salaire net (100% pour le Smic) dans la limite de 4,5 smic. Restera 15% à charge pour les entreprises. Dès le 1er octobre, le chômage partiel classique ne pourra indemniser les salariés qu'à hauteur de 72% du salaire net contre 84% actuellement. 

À lire aussi Chômage : quelles sont les aides ?

Réduisez vos factures grâce à nos conseils administratif & juridique
Merci de vous être inscrit à notre newsletter !
En m’inscrivant, j’accepte les C.G.U. et de recevoir les newsletters de Radins.com par email.