En camping aussi vous avez des droits !

Marie Caillet - publié le 29/04/2020 à 15:45

Les vacances au camping sont synonymes de liberté, de séjour en plein air et de découverte de la nature. Si respecter la propreté et le voisinage font partie des règles de base, savez-vous que vous avez aussi des droits, dont la connaissance évite bien des litiges ? Pas de panique, on vous explique tout !

Quelle est la surface de mon emplacement ?

Après une visite de contrôle du Comité français d’accréditation, la préfecture du département attribue à chaque camping entre 1 et 5 étoiles, comme pour les hôtels. Ces étoiles sont allouées selon les équipements, l’accessibilité et la prestation du site.

Le nombre d’étoiles détermine la surface minimale des emplacements. Pour un camping entre 1 ou 2 étoiles, vous devez bénéficier d’au moins 70 m² de surface, contre 80 m² pour les campings de 3 ou 4 étoiles. Attention, il convient de comparer les tarifs, car ceux-ci sont établis librement par le propriétaire du terrain. Ainsi, un 3 étoiles chez l’un peut coûter le même prix qu’une suite chez l’autre. Et c’est sans compter les frais supplémentaires qui peuvent plomber votre budget camping.

Prix du séjour : quelle somme payer ?

Pour avoir l’assurance d’occuper un bon emplacement, effectuez votre réservation à l’avance. Le propriétaire du camping peut vous demander le versement d’une certaine somme d’argent, mais elle ne doit pas dépasser 25 % du prix total de votre séjour. N’hésitez pas à demander un reçu écrit qui attestera du paiement de cette partie de la facture.

Au moment de ce premier versement, renseignez-vous : s’agit-il d’un acompte ou d’arrhes ? En effet, vos droits ne seront pas les mêmes dans l’un ou l’autre cas : 

  • Si la somme versée est un acompte, il y a un engagement définitif entre vous et le professionnel du camping. Si, entre temps, vous avez changé d’avis, vous ne récupérerez pas cette somme. Vous courrez aussi le risque de devoir vous acquitter d’éventuels dommages et intérêts dont le montant sera égal à celui du prix du séjour que vous avez annulé.
  • Si l’avance versée est qualifiée d’arrhes, vous pouvez toujours récupérer votre argent. En cas d'annulation pour le professionnel, il devra vous rembourser la somme versée, à laquelle s’ajoute une indemnité équivalente au montant déjà payé.

À votre arrivée au camping, le propriétaire peut vous demander le paiement de l’ensemble des frais de votre séjour. Si vous le souhaitez, vous pouvez très bien demander à ne régler qu’une partie de la facture et ne payer le reste que la veille de votre départ.

Que faire en cas de litige ?

Dans un camping, surtout en période de grande affluence, vous pouvez être déçu par le mauvais état des sanitaires ou la saleté du site. En ce cas, vous êtes en droit de formuler une plainte auprès du responsable des lieux. Si ce dernier ne réagit pas, vous pouvez vous adresser à la mairie afin qu’elle prenne les mesures adaptées. En effet, un camping qui ne respecte pas les normes de sécurité et d’hygiène risque la fermeture.

Si vous considérez que la qualité des prestations et les promesses de confort ne sont pas conformes à celles du site Internet ou de la brochure du camping, vous pouvez exiger le remboursement intégral des sommes payées pour la durée de votre séjour. Si vous n’obtenez pas gain de cause, vous pouvez toujours attaquer le camping pour publicité mensongère.

Vous connaissez désormais quels sont vos droits en camping. Il ne vous reste plus qu’à découvrir les étapes pour bien préparer vos vacances au camping !

Tous les guides droits des consommateurs
Réduisez vos factures grâce à nos conseils administratif & juridique
Merci de vous être inscrit à notre newsletter !
En m’inscrivant, j’accepte les C.G.U. et de recevoir les newsletters de Radins.com par email.