10 conseils pour démissionner sans se fâcher

La rédaction - publié le 04/10/2019 à 14:30

Vous avez trouvé un nouveau travail plus en accord avec vos attentes ? Tant mieux ! Pour autant, il est important que les dernières semaines de vie commune avec vos collègues se passent bien. Vous pourriez être amené à les croiser, surtout si vous restez dans la même branche, ou vous pourriez avoir besoin d’une recommandation dans le futur. D’autre part, vous êtes tenu par la loi de suivre une procédure légale. Voici 10 conseils pour gérer au mieux cette période de transition délicate.

Comment et à qui annoncer votre démission ?

Demandez un rendez-vous à votre Manager (N+1), c’est lui qui doit être informé de votre départ en premier. Vous éviterez ainsi les bruits de couloir et les frustrations. De plus, il est important de présenter votre démission de visu et non par écrit, pour garder une dimension humaine. La manière de l’annoncer est aussi importante : ne rentrez pas dans des explications concernant votre choix afin de ne pas alimenter une éventuelle polémique, mais soyez clair, naturel et convaincu.

Comment rendre votre démission officielle ?

Vous pourrez faire suivre cet entretien d’une lettre recommandée à la DRH pour avoir une trace écrite de l’annonce de votre démission. Dans cette lettre, vous n’êtes pas tenu de donner les motifs de votre décision. Cependant, il est d’usage de donner une raison, pour ne pas vous fâcher avec votre employeur, ce qui pourrait vous nuire.

La question du préavis

Dans la plupart des cas, un préavis est prévu par la loi et/ou la convention collective. Or, le plus souvent la personne qui démissionne espère écourter ce préavis afin de rejoindre au plus vite ses nouvelles fonctions ou prendre des vacances entre les deux emplois. Si c’est votre cas, il est important que vous rassuriez votre employeur sur la transmission de vos dossiers en cours et de vos connaissances. Mettre en place avec lui un calendrier et définir la personne concernée pour l’interim pourra vous permettre de lui demander d’écourter votre préavis. En effet, un employeur n’a souvent pas intérêt à garder plus longtemps que nécessaire quelqu’un qui s’en va. Ainsi, chaque partie sort de la situation la tête haute.

Bien se comporter jusqu’au dernier moment

Quelle que soit la durée de votre préavis, il est important de rester professionnel et de continuer à montrer son engagement : même si votre seule tâche est de gérer la transition avec un collaborateur, faites le avec sérieux et courtoisie. D’autre part, les collaborateurs aves lesquels vous avez travaillé ne doivent pas être délaissés. Prenez le temps de parler avec eux et d’évoquer les bons moments pour leur laisser un bon souvenir. A l’inverse, pas d’excès de zèle si vous n’avez jamais eu d’atomes crochus.

Un « pot » d’adieu ?

Si vous avez de bons rapports avec la hiérarchie, un pot de départ surprise est peut-être déjà prévu. Le jour J, prenez la parole pour dire combien vous êtes sensible à cette attention, et remerciez chaleureusement tout le monde. Si ce n’est pas le cas, vous pourrez toujours proposer un déjeuner aux collègues que vous appréciez particulièrement, afin de garder le contact par la suite.

L’allocation chômage

Il est important de rappeler qu’un démissionnaire ne bénéficie pas d’allocations d’indemnités. Si vous démissionnez pour créer votre propre entreprise ou pour raisons personnelles, il vaut mieux demander à votre patron si une rupture conventionnelle est envisageable, car elle ouvre droit à l’allocation chômage. Si vous annoncez bien la demande, sans avoir de prétentions mal placées sur le montant de l’indemnité, il n’y a pas de raison qu’il vous refuse la refuse.

Travailler son réseau

Prenez le temps lors d’une démission de mettre à jour votre réseau professionnel. Rajoutez les collègues avec lesquelles vous aurez travaillé au sein de l’entreprise, mais aussi les clients et les fournisseurs externes. Vous arriverez dans vos nouvelles fonctions avec un profil enrichi. Et en cas de difficultés, vous aurez de quoi rebondir.

Au revoir... mais pas adieu !

Le jour où vous partez, ou bien le lendemain de chez vous, envoyez un mail à votre patron et vos collègues pour proposer de garder le contact, en leur donnant votre adresse mail personnelle.

Faites place nette

Lorsque vous préparez votre départ, veillez à laisser votre poste de travail débarrassé de vos effets personnels. C’est valable à la fois pour votre bureau physique et votre bureau virtuel, c’est-à-dire votre ordinateur. Assurez vous de transmettre les documents nécessaires à qui de droit, d’effacer vos données personnelles et de vider votre caisson. C’est important pour vous pour tourner la page, et c’est une preuve de respect pour les autres.

Ce qu’il ne faut pas faire

  • Prendre votre décision sur un coup de tête pour une déception ;
  • En dire trop à propos de votre nouvel emploi. Inutile d’attiser les jalousies et de rendre votre préavis difficile ;
  • Annoncer votre décision avec fracas et sans respecter la hiérarchie. Rien de tel pour qu’on bloque votre départ ;
  • Vous couper des autres. Tâchez de rester en bon termes avec vos collègues et votre patron ;

• Prendre des libertés pendant votre préavis, par exemple ne plus respecter vos horaires de travail. Restez professionnel jusqu’au bout et vos collègues garderont un bon souvenir de vous.

Tous les guides emploi
Réduisez vos factures grâce à nos conseils administratif & juridique
Merci de vous être inscrit à notre newsletter !
En m’inscrivant, j’accepte les C.G.U. et de recevoir les newsletters de Radins.com par email.