Le coronavirus va-t-il creuser les inégalités entre les sexes ?

Nicolas Boutin - publié le 14/08/2020 à 08:00

Depuis des années, des mesures pour réduire les écarts économiques entre les hommes et les femmes ont été entreprises. Mais la crise du coronavirus pourrait compromettre les progrès enregistrés jusqu’à présent.

Emploi
Les femmes risquent de payer davantage les conséquences de la crise sanitaire.

Un choc économique

Les femmes pourraient se retrouver en première ligne du choc économique à venir. En effet, elles occupent les emplois des secteurs les plus durement touchés, comme les industries de service, la vente au détail, le tourisme ou l’hôtellerie.

Dans un billet de blog publié mardi 21 juillet, la directrice du Fonds monétaire international (FMI), Kristalina Georgieva, a alerté les femmes sur les conséquences de la crise sanitaire sur leur situation économique. Et la nature du travail des femmes ne leur laisse guère de chance de pouvoir effectuer du télétravail.

Des mesures dans certains pays

Aux États-Unis, le chômage des femmes serait supérieur de deux points par rapport aux hommes entre avril et juin 2020, note la cadre du FMI. Au Canada, l’emploi des femmes a augmenté de 1,1% contre 2,4% pour les hommes au mois de mai. Parmi les raisons de ce différentiel : le problème de garde d’enfants.

Avec la fermeture des écoles ou des crèches, les femmes assument en majorité les responsabilités familiales. Et pour reprendre le travail, les femmes mettent plus de temps à retrouver un emploi à plein temps que les hommes. Face à ces handicaps, plusieurs pays dont le Portugal, l’Autriche ou l’Italie ont instauré un droit statutaire à un congé (partiellement) payé pour les parents ayant des enfants en-dessous d’un certain âge pour les femmes.

À lire aussi Combien coûte vraiment une femme de ménage ?

Réduisez vos factures grâce à nos conseils administratif & juridique
Merci de vous être inscrit à notre newsletter !
En m’inscrivant, j’accepte les C.G.U. et de recevoir les newsletters de Radins.com par email.