Cumul d'emplois, bon plan ou galère ?

La rédaction - publié le 02/03/2020 à 09:15

Crise oblige, de nombreux Français se voient dans l'obligation de cumuler plusieurs emplois pour arriver à joindre les deux bouts. Mais comment fait-on ? Est-ce bien rentable ? Y a-t-il des limites ?

Le multi salariat, une solution alternative ?

On parle de multi salariat lorsque vous cumulez plusieurs emplois à temps partiels. Avec cette solution, vous pourrez percevoir un salaire global de 10 à 15 % supérieur à un contrat à temps plein « classique ». Mais gardez en mémoire qu’avoir plusieurs emplois demande énormément de rigueur, d’organisation et d’implication dans son travail. Ce n’est pas facile tous les jours !Cependant, il faut savoir qu’à salaire égal, vous payerez plus de cotisations qu’un employé avec un contrat unique. Il n’y a, pour le moment, aucune loi en vigueur pour revenir sur ces inégalités.

Un deuxième emploi pour tous ?

Secteur Privé

  • Les salariés du secteur privé peuvent cumuler plusieurs emplois mais sous certaines conditions. En effet, on ne peut pas faire des journées de plus de 10 heures, ni dépasser 48 heures de travail hebdomadaire.
  • Vérifiez bien que votre contrat de travail ne vous empêche pas d’exercer une autre profession, y compris du bénévolat.
  • Travailler dans une entreprise concurrente est illégal, ne l’oubliez pas !

Secteur public

  • Les fonctionnaires, agents ou ouvriers de l’Etat ne peuvent pas avoir plusieurs emplois, sauf cas exceptionnels encadrés par les lois du 2 février 2007 et du 3 août 2009.

Bon à savoir : lorsque l’on cumule plusieurs emplois, on ne parle pas d’heures supplémentaires mais d’heures complémentaires.

Ai-je des congés payés ?

Ne vous inquiétez pas vous y avez droit ! Votre employeur devra tenir compte de vos différentes activités chez vos autres employeurs.Mais n’oubliez pas que vous ne pourrez pas exercer une autre activité rémunérée pendant vos vacances. Elle serait considérée comme du travail au noir, puni par la loi !

La cotisation retraite est-elle la même que pour un salarié à temps plein ?

Chaque employeur calcule les cotisations qui lui incombent en fonction de votre salaire. Mais n’hésitez pas à demander à la caisse des retraites, à laquelle vous êtes affilié, votre relevé de carrière, afin de vérifier que toutes vos cotisations ont bien été reportées sur votre compte.Toutefois, les démarches risqueront d’être plus longues que pour un parcours professionnel « classique ». Entamez les démarches suffisamment tôt afin d’éviter de vous retrouver sans ressources le moment venu.

Quels problèmes puis-je rencontrer ?

  • Il est nécessaire que les entreprises dans lesquelles vous allez travailler se trouvent à proximité les unes des autres afin de diminuer votre temps de trajet, la fatigue, etc.
  • Certains employeurs peuvent être réticents à l’idée de vous engager car ils ont peur de la concurrence. Privilégiez donc deux entreprises d’activités différentes.
  • Si vous êtes auto entrepreneur, vous pouvez vous affilier avec une société de portage, ce qui vous évitera de payer trop de charges sur vos activités. Vous travaillerez comme indépendant mais bénéficierez d’une couverture sociale identique à celle d’un salarié travaillant à temps plein. A la fin du mois, vous percevrez 40 à 50 % nets de la somme totale facturée à vos clients par la société de portage. Cette dernière vous prélèvera 5 à 15 % sur votre chiffre d’affaires pour se rémunérer.

Un coup de main ? Encore peu répandu en France, le portage salarial et le multi salariat comportent quelques inconvénients surtout au niveau administratif. Des associations sont à votre écoute pour vous aider gratuitement à sortir le nez de la paperasse : la CTP (Compétences en Temps Partagé), la CPE (Compétences pluri-entreprises) et la FNATTP (Fédération Nationale des Associations de Travail en Temps Partagé). De plus, elles permettent aux différents employeurs de se rencontrer afin de faciliter vos conditions de travail.

Tous les guides emploi
Réduisez vos factures grâce à nos conseils administratif & juridique
Merci de vous être inscrit à notre newsletter !
En m’inscrivant, j’accepte les C.G.U. et de recevoir les newsletters de Radins.com par email.