Le marché des enfants mannequins

La rédaction - publié le 09/09/2019 à 14:30

Les publicitaires s'arrachent les images d'enfants pour vendre leurs produits et véhiculer des valeurs jeunes, familiales. L'enfant prenant une place centrale dans la société, il est normal de le voir apparaître davantage sur les écrans et les catalogues. Mais de nombreuses interrogations subsistent quant au bien-fondé de ces pratiques.

A la recherche de l'enfant star

C’est un fait, les enfants ont la cote auprès des publicitaires et agences de mannequinat. D’autant plus qu’il est aujourd’hui extrêmement facile de postuler auprès de ces agences. En effet, il suffit d’envoyer quelques photos en précisant divers critères : taille, poids, âge, couleur des yeux, des cheveux, etc. Il est souvent conseillé de réaliser un book avec des photos de différents types, et des mises en situation de votre enfant. Si les parents se tournaient beaucoup vers des photographes professionnels pour réaliser ces clichés, l’utilisation des Smartphones permet aujourd’hui de prendre de belles photos de son bambin à la maison.Le tout est à envoyer par email. Généralement, l’agence renvoie une réponse rapide aux parents afin de confirmer ou non « l’embauche » de l’enfant. Les publicitaires posent souvent des annonces, mais il est également possible de postuler spontanément. Rappelons que l’inscription de l’enfant est toujours gratuite ! Aucune somme ne peut être demandée aux parents pour inscrire leur enfant à un casting.

Un système très encadré

Cependant, la législation en matière de travail des enfants est particulièrement encadrée. Jusqu’à 3 ans, les petits mannequins ne peuvent travailler plus de deux heures par semaine ni plus d’une heure par jour. De 3 à 6 ans, l’enfant peut travailler trois heures par semaine, quatre heures et demi entre 6 et 11 ans, et six heures par semaine de 12 à 16 ans.Les séances et tournages doivent toujours avoir lieux hors des heures de cours, généralement le mercredi ou le week-end. A noter que pendant les vacances, le temps de travail ne doit pas dépasser la moitié du temps de vacances. Le but étant de ne pas surcharger l’enfant pendant la semaine, et de lui permettre de se reposer, ou de faire ses devoirs dans les meilleures conditions possibles.

La rémunération

Puisque les enfants travaillent, ils sont obligatoirement rémunérés. Afin d’éviter une marchandisation de l’enfant par des parents peu scrupuleux, l’enfant perçoit sa rémunération sur un compte bancaire qui ne lui sera accessible qu’à partir de ses 18 ans. 10 % du salaire peuvent être reversé aux parents afin de rembourser les frais occasionnés par les déplacements.Et ce salaire a de quoi faire des envieux ! De 3 mois à 11 ans, l’enfant touche entre 136 € et 196 € de l’heure, et jusqu’à 1390 € pour un spot télévisé ! A partir de 12 ans et jusqu’à 15 ans, ils peuvent gagner entre 165 € et 235 € de l’heure, plus de 1500 € pour un film publicitaire. Attention, ces chiffres varient en fonction de l’agence auprès de laquelle l’enfant travaille, et doivent être notés sur son contrat de travail.Ainsi, le métier d’enfant mannequin rapporte ! Il faut cependant éviter les rémunérations en nature (vêtements, etc.), le contrat est obligatoire. Il faut un encadrement personnel particulièrement rigoureux afin d’éviter toute dérive.

Le rôle des parents

De ce point de vue, le rôle des parents est primordial pour permettre un développement sain et épanoui à l’enfant. Certaines agences notent que le danger vient parfois de parents obnubilés par le mannequinat, et vivant à travers leur enfant. Au point de vouloir le faire travailler plus de deux ou trois heures par semaine, de le maquiller et le prendre en photo à outrance, ou de lui faire rater des jours d’école.Des spécialistes se sont penchés sur la question et sont unanimes sur un point : le rôle des parents est fondamental. Ceux-ci doivent se comporter normalement avec l’enfant. Le mannequinat doit être un extra, un loisir, mais pas le centre de son existence. Ils doivent également prendre garde à la fatigue, au surmenage, que peuvent occasionner des séances photo. Et surtout, ils ne doivent pas laisser l’enfant négliger l’école.Dans ce genre de situation, rappelons l’importance d’accompagner son enfant quand il fait ses devoirs, ou de veiller à son épanouissement à l’école. Les parents doivent aussi être particulièrement rigoureux lors de la rédaction du contrat de l’enfant, et toujours faire passer le bien-être personnel de ce dernier avant les propositions alléchantes de certains producteurs. Car les producteurs et managers ne doivent pas devenir les modèles référents de l’enfant, ce rôle incombe aux parents quoiqu’il arrive.

Les risques

La profession d’enfant mannequin n’est pas sans risques. En effet, il faut à tout prix éviter que l’enfant développe un narcissisme important et se croit le centre du monde. Or, c’est ce qui peut facilement arriver si on lui répète en permanence qu’il est « adorable », « très mignon », « le plus beau », tout en lui montrant des photos de lui pendant les séances. Les spécialistes s’accordent à dire que, quitte à conserver les photos de votre enfant, il est plus sain de les disposer dans un album et de les lui montrer à l’occasion, plutôt que d’en tapisser les murs de sa chambre, par exemple.Il faut aussi prendre en compte la facilité avec laquelle une carrière de mannequin peut s’arrêter. L’enfant peut être remplacé par quelqu’un de plus jeune quand il grandit, ou subir les affres de l’adolescence assez tôt (poussée d’acné importante, prise ou perte de poids), menant à un arrêt du contrat.Certains vivent extrêmement mal l’arrêt de leur carrière, et c’est pour cela qu’il est particulièrement important de ne pas mettre le mannequinat au centre de leur existence. Des agences de publicité n’hésitent pas à mettre la pression à certains enfants au sujet de leur poids ou de leur physique, il est donc particulièrement conseillé aux parents d’assister aux séances et d’éviter toute dérive. L’important est de montrer à l’enfant que son apparence physique ne doit pas être au centre de sa vie, mais que ce sont ses capacités et son caractère qui en font une personne unique.Enfin, un danger d’épuisement, un rejet des séances, un problème relationnel avec un photographe peu patient ... les cas d’arrêt de carrière venant des enfants eux-mêmes sont nombreux et ne doivent pas être empêchés. Les enfants doivent pouvoir décider de leur image et de leur travail, quel que soit l’âge.

Est-ce une bonne chose ?

La question est laissée libre à l’interprétation personnelle de chacun. Certains voient dans le mannequinat pour enfants l’occasion de mettre de l’argent de côté durant quelques années, pour que l’enfant puisse se payer une école ou un appartement à sa majorité par exemple; d’autres sont réfractaires à l’idée que leur enfant devienne salarié dès sa plus tendre enfance.De nombreux parents expriment leur inquiétude quand au devenir de l’enfant, à l’impact du mannequinat sur leur développement intellectuel et personnel, particulièrement lors des changements qui surviennent à l’adolescence. Certains rappellent cependant qu’avec un bon encadrement familial, la profession est sans risque, et permet de veiller à l’avenir financier de l’enfant.Un débat toujours d’actualité, dont on n’a pas fini d’entendre parler. Et vous, laisseriez-vous votre enfant devenir mannequin ?

Tous les guides emploi
Réduisez vos factures grâce à nos conseils administratif & juridique
Merci de vous être inscrit à notre newsletter !
En m’inscrivant, j’accepte les C.G.U. et de recevoir les newsletters de Radins.com par email.