Chômage : quelles démarches dois-je faire ?

Fabienne Cornillon - publié le 28/11/2019 à 14:14

Qu'il soit de courte durée, prévu ou non, le chômage ne doit pas être abordé à la légère. Pour se sortir de ce mauvais pas, il est essentiel de suivre quelques démarches administratives qui aideront à ne pas vous marginaliser.

Signalons d'emblée que les modalités d'inscription ainsi que le calcul des allocations chômage sont les mêmes pour les salariés du privé comme du public.

Première étape : l'inscription à Pôle emploi

Si vous avez cotisé plus de 6 mois à l'assurance chômage au cours des 24 derniers mois (36 mois pour les plus de 53 ans), en travaillant, vous avez bien évidemment le droit de toucher vos allocations chômage. Cependant, elles ne tomberont pas d'elles-mêmes sur votre compte bancaire. Pôle Emploi se gardera également de vous verser au prorata les mois de chômage non rémunérés, si vous ne vous êtes pas inscrit à temps.

Il est donc important de s'y prendre le plus tôt possible en sachant que le salarié peut faire sa demande d'inscription à Pôle Emploi 15 jours avant sa disponibilité pour l'organisme.

Une fois que le demandeur d'emploi a reçu le dossier d'inscription à remplir, il doit le retourner dans les 5 jours et sera convoqué à un entretien. On lui remettra alors sa carte de demandeur d'emploi. Pour compléter le dossier d'inscription, il faudra fournir une pièce d'identité, la carte de sécurité sociale ainsi qu'un RIB et une attestation de l’ancien employeur.

Il faudra également renouveler chaque mois votre inscription sur la liste des demandeurs d'emploi en faisant une actualisation sur le site de Pôle Emploi.

Deuxième étape : démarches pour bénéficier du RSA

Pour bénéficier du Revenu de Solidarité Active, qui remplace le RMI, il faut remplir certaines conditions. Le site de la CAF vous propose donc d'estimer vos droits au RSA.

S'il se trouve que vous pouvez en bénéficier, vous serez invité à vous rendre auprès de l'organisme qui vous accompagnera dans votre demande. Il s'agira de votre CAF, du Conseil général ou encore du centre communal d'action sociale (CCAS).

Vous devrez fournir un justificatif d'état civil tel que la carte d'identité ou un extrait du livret de famille, un RIB. L’attestation d'inscription à Pôle emploi pourra également vous être demandée en tant que chômeur.

Troisième étape : s'inscrire à l'ASS

Pour les chômeurs qui ont épuisé leurs droits à l'allocation de retour à l'emploi, il est possible de demander l'allocation de solidarité spécifique. Cette demande est automatiquement adressée par Pôle Emploi au demandeur d'emploi en fin de droits. Il a alors tout intérêt à s'empresser de confirmer son inscription.

Pour bénéficier de cette allocation, le demandeur d'emploi doit justifier de 5 ans d'activité salariée avant de percevoir l'allocation chômage. Pour ceux qui sont âgés de plus de 50 ans, il est également possible de choisir l'ASS s'il se trouve que son montant est plus élevé que l'Allocation de retour à l'emploi (ARE).

Quatrième étape : prospecter soi-même pour un emploi

Pôle emploi n'est qu'un relais qui, malheureusement, ne prouve pas son efficacité et sa capacité à résoudre le problème actuel du chômage en France. Trop d'offres d'emplois ne sont pas visibles. Une prospection personnelle est indispensable afin de mettre toutes les chances de son côté pour retrouver un emploi. De plus, cela offre la possibilité de trouver un emploi qui nous correspond davantage et de ne pas accepter un emploi par dépit.

Enfin, se présenter à un entretien suite à une candidature spontanée montrera votre volonté de retrouver un emploi. Cela mettra en valeur le fait que vous effectuez vous-même des démarches et que vous ne comptez pas uniquement sur l’aide de Pôle emploi.

Cinquième étape : éviter une radiation

Le pire cauchemar du chômeur est la radiation. Pour éviter une telle situation et continuer à percevoir vos allocations, vous devez respecter un certain nombre de critères :
- justifier de vos recherches d’emploi ;
- vous actualiser chaque mois ;
- ne pas faire de fausse déclaration ;
- ne pas refuser 2 offres raisonnables d’emploi ;
- ne pas refuser d’élaborer ou d’actualiser votre projet personnalisé d’accès à l’emploi (PPAE) ;
- ne pas abandonner une formation sans raison légitime ;
- vous rendre aux rendez-vous avec votre conseiller Pôle emploi.
 

 

Encore une fois, il faut rappeler que toutes ces démarches ne sont pas automatiques. Trop de gens pensent que la société, par le biais des organismes sociaux, s'occupera de verser des allocations et de leur trouver un emploi. Ce n'est pas le cas mais, une fois que l'on est informé, sortir de ce mauvais pas sera plus facile !

Tous les guides emploi
Réduisez vos factures grâce à nos conseils administratif & juridique
Merci de vous être inscrit à notre newsletter !
En m’inscrivant, j’accepte les C.G.U. et de recevoir les newsletters de Radins.com par email.