Devenir travailleur indépendant : pourquoi pas ?

Fabienne Cornillon - publié le 30/01/2020 à 16:50

Face à un marché du travail bouché et à la mutation de l'économie, il peut être difficile de trouver un emploi salarié. Pourquoi ne pas voler de ses propres ailes ? Créer sa propre activité en devenant travailleur indépendant offre une véritable solution professionnelle et une alternative séduisante en matière d'épanouissement personnel.

Qu’est-ce qu’un travailleur indépendant ?

Un travailleur indépendant est une personne qui se met à son compte pour exercer son activité professionnelle. Le nombre de travailleurs indépendants est en pleine expansion en raison de la liberté offerte par ce statut et la multiplication des métiers qui se prêtent à ce choix. L’émergence de nombreux métiers du web, le besoin de flexibilité des entreprises et les partenariats de plus en plus envisagés avec les freelances incitent les travailleurs à se lancer dans cette aventure.

Quel statut social pour le travailleur indépendant ?

Le professionnel qui choisit d’exercer en indépendant doit opter pour un statut social. À ce jour, il a le choix entre les statuts suivants :

- micro entrepreneur ;
- entrepreneur individuel à responsabilité limitée (EIRL) ;
- entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée (EURL) ;
- société par actions simplifiées (SAS).

Une tendance de fond en Europe

La généralisation du Web apporte une vraie révolution en matière de travail indépendant et tend à développer considérablement ce dernier. Des plateformes internet spécialisées ont vu le jour pour mettre en relation les offres de missions et les apporteurs de compétences.

Le travailleur indépendant trouve bien plus aisément une mission qu'auparavant, sans compter que la numérisation lui permet, selon son secteur d'activité, de pouvoir exercer depuis chez lui pour un client très éloigné géographiquement.

Le freelance constitue aujourd'hui une tendance forte du marché du travail en Europe et la France n'échappe pas à ce phénomène. Consultants ou spécialistes informatiques, mais aussi agents mandataires, graphistes, développeurs, rédacteurs, référenceurs exercent en tant qu'indépendants beaucoup plus facilement qu'auparavant grâce au net. Le travailleur indépendant n'est plus tributaire du bouche-à-oreille, même si celui-ci reste une source de contacts importante.

Entre 2008 et 2018, le nombre de travailleurs indépendants est passé de 2,5 millions à 3,1 millions.

Les avantages du travail en indépendant

En créant votre propre activité, non seulement vous bénéficiez d'une totale autonomie, mais aussi d'une grande souplesse dans l'organisation de votre travail. Vous pouvez enfin concilier obligations familiales et professionnelles. Votre activité se diversifie au fil des missions remplies. Vous échappez à la routine d'un emploi salarié dans lequel votre supérieur hiérarchique vous cantonne à un certain nombre de tâches répétitives. Sur le plan financier, il y a de fortes chances que vous vous y retrouviez vite : en effet, il ne s’agit plus de partager les gains. Le salaire moyen d’un travailleur indépendant est de 3 440 €, avec toutefois de fortes disparités. Le revenu mensuel moyen varie ainsi entre 1 400 € pour un coiffeur et 8 620 € pour un médecin.

En clair, voici les avantages du travail freelance :
- liberté de choix des clients ;
- liberté au niveau des horaires ;
- choix du prix des prestations ;
- augmentation des revenus ;
- possibilité de travailler chez soi ;
- pas de hiérarchie.

Bon à savoir : si l'autonomie complète vous fait peur, vous avez la solution d'opter pour le portage salarial. Vous exercez librement votre activité, mais votre CA est reversé à une société spécialisée qui vous rémunère en tant que salarié et vous apporte un accompagnement personnalisé. Moins chronophage puisque la gestion administrative est prise en charge par la société de portage, cette solution a toutefois un coût.

Quid de la protection sociale ?

Depuis la suppression du RSI (régime social des indépendants), la protection sociale des indépendants évolue. À présent, ils redeviennent affiliés au régime général de Sécurité sociale au même titre que les salariés, même si le calcul des charges est différent.

Attention toutefois : selon le régime choisi, votre protection peut être moindre que celle d’un salarié. Par exemple, en microentreprise, vous ne validez des trimestres que si vous atteignez un certain montant de chiffre d’affaires. Il peut être conseillé de souscrire, en parallèle, une retraite complémentaire.

Tous les guides emploi
Réduisez vos factures grâce à nos conseils administratif & juridique
Merci de vous être inscrit à notre newsletter !
En m’inscrivant, j’accepte les C.G.U. et de recevoir les newsletters de Radins.com par email.