Votre patron a-t-il le droit de vous appeler pendant vos congés ?

Fabienne Cornillon - publié le 24/04/2020 à 08:28

Malgré le droit à la déconnexion, certains patrons continuent à contacter leurs équipes durant les vacances. En ont-ils réellement le droit ? Les salariés doivent-ils répondre ? Peuvent-ils être sanctionnés s’ils ne se rendent pas disponibles pour leur entreprise durant leurs congés ? Répondons à toutes vos interrogations.

 

Votre patron vous contacte pendant vos congés : que dit la loi ?

Sur ce point, les règles sont strictes. Ainsi, selon le Code du travail, un employeur ne peut contacter l’un de ses salariés pour des raisons professionnelles hors des horaires de travail. Cela vaut donc pour la pause déjeuner, le soir, le week-end et durant les congés.  

Cette interdiction inscrite dans le Code travail est renforcée par la loi Travail et le droit à la déconnexion. Ce droit est accordé aux salariés, il implique que ceux-ci ne doivent pas être joignables à tout moment par leur employeur. Cela permet d’assurer le temps de repos nécessaire aux salariés et un meilleur respect de leur vie privée.

Le salarié peut-il refuser de répondre ?

Selon la Cour de cassation, le fait de ne pas être joignable durant un congé n’est pas une faute du salarié, il ne peut être licencié pour cela. Le salarié a donc le droit de rester injoignable tout au long de ses congés.

Naturellement, c’est au salarié d’estimer si le fait de ne pas être joignable peut avoir une incidence grave pour l’entreprise ou non. Ainsi, s’il n’est pas contraint de répondre, il est tout à fait libre de le faire s’il considère que cela est judicieux et que son patron n’en abuse pas.

Si cet appel nécessite une intervention : quelle indemnisation pour le salarié ?

La question peut naturellement se poser. Lorsque vous êtes en congé, vous n’êtes pas censé travailler. Si votre patron vous appelle pour vous demander un simple renseignement, un numéro de téléphone d’un contact, etc., cela ne vous prendra qu’un instant. Il sera difficile dans ce cas de demander une contrepartie.

En revanche, si votre employeur vous demande de réaliser un travail urgent durant vos congés, cette fois, il peut être envisageable de définir une indemnisation. La loi ne prévoit rien en ce sens, il s’agit ici d’un simple accord entre employeur et salarié. L’employeur peut alors proposer de prolonger les congés de son salarié, de lui accorder du temps ultérieurement ou de lui offrir une contrepartie financière sous forme de prime.

Dans les faits, comment ça se passe ?

La réalité est bien loin de ce que promet la loi Travail et le droit à la déconnexion. Selon une enquête Cadreo, 69 % des salariés disent travailler le soir, 45 % durant le week-end-end et 27 % durant les vacances.

Beaucoup de salariés culpabilisent de ne pas se rendre joignables ou de ne pas travailler en dehors de leurs horaires habituels. Et force est de constater que la technologie n’aide pas. Dans un monde hyperconnecté, les salariés disposent d’un téléphone portable, souvent un smartphone, qui permet à la fois de recevoir les appels et les mails. Difficile donc d’ignorer les sollicitations de son entreprise.

Si certains répondent par passion de leur travail et en raison de leur propre incapacité à déconnecter de leur activité professionnelle, d’autres craignent simplement des représailles. Certes, nous l’avons vu, l’employeur ne peut imposer au salarié de se rendre disponible à tout moment. Mais, dans les faits, une pression particulière peut être mise sur l’employé qui va préférer par conséquent intervenir de suite.

Et si travailler durant les congés était salutaire pour les salariés ?

Certains salariés décident eux-mêmes de travailler durant leurs congés. S’il ne s’agit pas de travailler autant, certains d’entre eux, notamment les cadres, craignent de rentrer de vacances et de trouver une montagne de travail. Certains font donc le choix de travailler un peu durant les vacances pour éviter une reprise trop difficile.

D’autres affirment également qu’il est préférable de consulter ses mails afin de faire le tri. C’est une solution pour redémarrer directement le jour de la reprise et de ne pas passer une matinée à trier ses mails. Pour certains, c’est une véritable solution de tranquillité. Après tout, si tel est leur choix et que cela n’impacte pas leur vie privée, rien ne les en empêche.

Toutefois, force est de constater que la coupure est bien souvent salutaire et que c’est la condition sine qua non pour revenir en pleine forme, serein, et prêt à repartir pour plusieurs mois de travail.

Les sanctions si votre employeur vous appelle durant les vacances ?

Si votre patron vous appelle durant vos congés et qu’il ne s’agit pas d’un appel de courtoisie, sachez que, selon le Code du travail, des sanctions peuvent être appliquées. Ainsi, un employeur peut être condamné à 1 500 € d’amende. Toutefois, cela n’est pas fréquent dans la mesure où un salarié va rarement porter plainte. De plus, n’étant pas obligé de répondre, celui-ci peut simplement attendre son retour au travail pour évoquer cet appel avec son employeur.

Notez cependant que s’il est estimé que ce contact a un impact sur la bonne marche de l’entreprise, l’employeur a le droit d’appeler son salarié durant les congés.

Tous les guides emploi
Réduisez vos factures grâce à nos conseils administratif & juridique
Merci de vous être inscrit à notre newsletter !
En m’inscrivant, j’accepte les C.G.U. et de recevoir les newsletters de Radins.com par email.