Partir un an à l'étranger... dès le lycée !

Fabienne Cornillon - publié le 19/12/2019 à 08:45

Il n'est pas obligatoire d'attendre les études supérieures pour partir à l'étranger apprendre une nouvelle langue. Dès le lycée, de nombreuses solutions existent pour découvrir de nouvelles destinations, en Europe ou dans le reste du monde ! Cependant, il faut savoir où l'on met les pieds, et bien se préparer avant de se lancer dans l'aventure.

Les séjours lycéens, en quoi ça consiste ?

Ces séjours concernent les lycéens ayant entre 13 et 18 ans selon les organismes, et permettent de vivre dans un pays étranger au sein d'une famille d'accueil. La durée du séjour est de 6 mois à 2 ans. Le jeune doit suivre sa scolarité dans un établissement du secondaire correspondant au même niveau que le sien.

C'est donc une expérience très intéressante, tant pour les études que la vie quotidienne, puisque le jeune doit prendre une certaine indépendance et apprendre à s'adapter à une autre culture. Cependant, il n'est pas livré à lui-même, mais fait partie intégrante de la famille d'accueil qui le reçoit.

Comment s'inscrire ?

Plusieurs organismes existent pour partir, les conditions d'admission diffèrent donc d'un organisme à un autre. Généralement, ce sont les élèves de première et de seconde qui sont acceptés, car les terminales doivent préparer le Bac. Les organismes demandent un dossier scolaire correct (plus de 10/20 de moyenne), mais peuvent s'adapter à certaines situations, par exemple pour un élève en décrochage qui a besoin d'une année à l'étranger.

Vous devez vous y prendre à l'avance, car les demandes pour partir une année, par exemple en septembre, doivent généralement être terminées avant mars. Idéalement, mieux vaut présenter son projet un an avant de partir. Il faut faire une demande en ligne. Les organismes possèdent des brochures et fiches d'inscription à télécharger. Elles doivent être renvoyées à l'organisme avec un dossier complet. Une liste des pièces à fournir est disponible pour chaque organisme (dossiers scolaires par exemple). Souvent, un entretien est organisé entre l'élève, ses parents, et un représentant de l'organisme. Pour les lycéens d'outre-mer, ces entretiens peuvent avoir lieu par visioconférence.

Certains organismes proposent des stages d'un ou deux jours pour se préparer, savoir quels papiers prévoir, quel matériel emporter, faire des mises en situation, etc.

Combien ça coûte ?

Le prix d'un séjour est extrêmement variable selon la durée et la destination choisie. On compte en moyenne 10 000 € pour un an, un prix qui peut fortement varier selon la destination et l’organisme.

La participation financière comprend :
- l'aller-retour, ainsi que les frais d'accompagnateur pour les transports s'il s'agit d'un départ groupé ;
- les assurances : santé, responsabilité civile, rapatriement, protection juridique, etc. ;
- le placement en famille ;
- les frais de gestion, la communication, le suivi du séjour.

À noter que les frais alimentaires et d'hébergement sont généralement pris en charge par la famille d'accueil ou l'organisme, soit au moins 20 % du coût. Les établissements publics d'accueil offrent généralement sa scolarité au lycéen, soit 35 % du coût.

Ce que la participation ne comprend pas :
- l'inscription au programme (entre 100 et 150 euros en moyenne) ;
- l'argent de poche ;
- les frais éventuels de visa ;
- l'achat de matériel scolaire éventuel ainsi que les repas du midi pour les demi-pensionnaires ;
- les frais administratifs pour certaines destinations comme les USA (jusqu'à 180 euros).

Attention, il s'agit ici de règles générales, elles peuvent varier d'un organisme à l'autre, renseignez-vous bien avant d'en sélectionner un. Il est souvent possible d'échelonner le paiement jusqu'à 6 versements, voire plus pour certaines familles en difficulté.

Quels organismes ?

Les organismes sont nombreux. Certains proposent des dizaines de destinations, d'autres se focalisent sur un ou deux pays. C'est à vous de vous renseigner pour trouver l'organisme vous convenant le mieux. Voici quelques organismes intéressants :
- UNSE : l'Union Nationale des organisateurs de Séjours à l'Étranger rassemble 6 organismes proposant de passer au minimum trois mois à l‘étranger. Les destinations anglophones sont les plus demandées (États-Unis, Australie, Angleterre), mais d'autres sont également disponibles comme l'Espagne ou l'Allemagne ;
- le Rotary Youth Excange : il s'agit d'un ensemble de programmes permettant de voyager partout dans le monde, offrant des avantages comme la gratuité du logement. Les familles participantes peuvent envoyer leur enfant à l'étranger, mais s'engagent généralement à recevoir un jeune chez elles en échange. L'âge maximum est de 19 ans, il est donc possible de partir après le Bac. D'autres avantages comme des séjours d'un ou deux mois pour les vacances sont également proposés ;
- PIE : les Programmes Internationaux d'Échanges sont une association. Ils organisent des séjours à l'étranger pour des prix intéressants, et proposent de nombreuses destinations, ainsi que des réseaux d'anciens du programme afin d'échanger sur leur vécu à l'étranger ;
- les lycées français : il est possible pour un lycéen de souhaiter partir étudier à l'étranger, mais dans un lycée français, afin de vivre dans un autre pays tout en conservant le niveau scolaire national. Des bourses peuvent être perçues pour financer le séjour du lycéen.


D'autres organismes existent à l’image de l’association ARAM, il est possible de les trouver sur Internet, mais aussi de vous renseigner auprès des lycées et collectivités de votre commune.

Quelles aides ?

Certaines familles sont intéressées par ce projet, mais n'ont pas les moyens d'envoyer leur enfant à l'autre bout du monde. Cependant, des aides existent pour les familles moins aisées :
- les allocations familiales : la famille continue à toucher les allocations familiales pour leur enfant, même si celui-ci est à l'étranger ;
- les bourses : certains organismes proposent des bourses pour les candidats peu aisés, mais possèdent le profil recherché pour ce type d'échange ;
- les réductions d'impôt : le participant est toujours à la charge des parents qui peuvent disposer d'une réduction d'impôts au titre de la « scolarisation d'un enfant » ;
- les collectivités : entreprises, mairies, conseils généraux ou régionaux, vous pouvez prétendre à des aides de leur part du moment que vous engagez vous-même la démarche. Cela peut parfois représenter des aides de 20 %, ce qui n'est pas négligeable.

Certaines familles économisent durant un ou deux ans avant le départ, parfois 20 à 30 euros par mois, pour avoir un fonds spécial au moment du séjour du jeune. Même si la somme finale ne représente « que » 500 ou 600 euros, cela peut toujours être de l'argent de poche pour les premiers mois sur place, ou un petit pécule permettant d'alléger les dépenses lors du départ.

Enfin, pas besoin de partir à l'autre bout du monde pour apprendre l'anglais ! Votre enfant peut très bien passer un an en Angleterre ou en Irlande, voire même dans des pays non anglophones, mais parlant bien l'anglais, comme Malte ou Chypre ! Partir en Europe coûte moins cher que d’aller aux États-Unis, même si, pour un lycée, la promesse est alléchante.

Et une fois sur place ?

Sur place, le jeune est pris en charge par une famille d'accueil. Il peut s'agir d'un couple sans enfants, d'une famille avec des jeunes du même âge ou des petits, avec ou sans animaux, bref, cela dépend ! Les familles sont agréées par les organismes, et ont une bonne expérience avec les jeunes. Elles peuvent accueillir un ou plusieurs jeunes de divers pays. En cas de problème, il est possible de changer de famille d'accueil, mais cela doit rester exceptionnel et répondre à des problèmes importants.

Les jeunes ont besoin d'argent de poche sur place, mais cet argent dépend du pays où ils se rendent, et du coût de la vie. Par exemple, 100 euros par mois suffisent largement en Chine, 150 euros en Grèce ou en Espagne, 200 euros pour l'Irlande ou l'Angleterre, et entre 300 et 350 euros pour le Japon. Tout cela se prépare à l'avance !

Le jeune est encadré lors de son arrivée, mais également sur place par la famille d'accueil, l'établissement d'accueil, et d'éventuels correspondants. Votre enfant ne sera donc pas livré à lui-même !

Quels prérequis pour partir ?

Attention, tous les jeunes ne sont pas faits pour partir un an à l'étranger, surtout dans des destinations lointaines où ils ne rentrent pas pour les vacances. Il faut que votre enfant soit débrouillard, motivé, et assez mature, car les premières semaines peuvent être compliquées.

Le jeune se retrouve déboussolé et perd ses repères, il doit donc être capable de s'en construire de nouveaux, de s'adapter, s'intégrer. Il doit également respecter la loi, les règles de son établissement, et celles de la famille d'accueil. Tout cela doit être pris en compte par le jeune, les parents et l'organisme lors de l'entretien.

Il faut aussi prendre en compte le fait que l'année à l'étranger ne compte pas dans le cursus scolaire national. Autrement dit, l'enfant fait une sorte d'année « sabbatique » d'un point de vue scolaire, car il devra reprendre son cursus en France là où il s'était arrêté, puisque, souvent, il n'y a pas d'équivalence entre les pays pour le secondaire. Prévoyez avec son établissement la réinscription de votre enfant à son retour !

Si votre enfant n'est pas sûr de supporter un an d'absence, rien ne l'empêche de faire des séjours linguistiques durant les vacances, ou de passer le BAFA pour travailler comme animateur à l'étranger. Il peut aussi partir au pair après son Bac et pendant ses études universitaires, effectuer un séjour Erasmus ... les opportunités de vivre à l'étranger ne manquent pas !

Cette expérience a un certain coût et nécessite une bonne préparation. Cependant, un suivi régulier, ainsi que des aides financières et une bonne capacité d'adaptation peuvent permettre au jeune de vivre une expérience enrichissante. En plus d'apprendre une langue, le jeune se fera de nombreux contacts, et apprendra à se débrouiller par lui-même, à mûrir, à s'ouvrir aux autres.

Alors, prêt à tenter l'aventure ?

Tous les guides famille
Réduisez vos factures grâce à nos conseils administratif & juridique
Merci de vous être inscrit à notre newsletter !
En m’inscrivant, j’accepte les C.G.U. et de recevoir les newsletters de Radins.com par email.