Mariage : comment bien gérer son budget ?

Fabienne Cornillon - publié le 19/12/2019 à 08:57

Le grand jour approche et les dépenses vont bon train. Peur d'être submergé ? Chiffres clés, astuces et outils pour tenir le budget sans faire (trop) de concessions. Inutile de sacrifier sa robe de princesse ou encore son lieu de réception sur l'autel des économies : petites astuces pour diminuer les frais, prestataire après prestataire, et rester dans son budget.

À chacun son budget !

235 000 mariages ont été célébrés en France en 2019. Ce sont autant de budgets différents dépensés sur ce marché. Le mariage est une institution à la mode, même s'il est rattrapé par le Pacte Civil de Solidarité (Pacs) dont l'Insee en a dénombré 194 000 en 2017. Classique ou original, en petit comité ou en grande pompe, l'enveloppe moyenne pour 70 convives atteignait 8 500 euros.

Selon les professionnels du mariage, ces chiffres sont à pondérer, en raison des grandes disparités pouvant exister entre un second mariage en toute intimité et un mariage de star avec extravagances en tout genre. Les tarifs varient également en fonction des régions et de la date de réception : en été, la demande est si grande que les tarifs ne sont souvent pas négociables auprès des prestataires.

Qui va régler la note ?

Le budget ne fait pas la réussite d'une cérémonie, mais il y contribue un peu tout de même. Robe de princesse, alliance en or, repas de roi, lieu de rêve... Le mariage se doit d'être le plus beau jour de votre vie, et pour ça, l'idée de rogner sur certaines dépenses n'est pas vraiment des plus enchanteresses. Mais pour éviter de commencer sa vie à deux criblés de dettes, mieux vaut se montrer responsable.

Avant de se lancer dans n'importe quelle démarche, faites précisément le point sur le budget disponible : épargne, économies diverses, aides du comité d'entreprise, etc. En France, faire participer la famille des futurs époux aux dépenses du mariage est fréquent. Certains couples n'hésitent pas à emprunter, mais si vos proches peuvent vous apporter leur aide, tant mieux !

N'hésitez pas à les réunir autour d'une table pour en discuter. Parler d'argent n'est jamais facile, mais cela permettra de mettre les choses au point dès le départ. Traditionnellement, la famille du marié prend en charge les bagues de fiançailles et les alliances, la tenue du futur époux et de ses témoins, le voyage de noces, la nuit de noces, l'office religieux le cas échéant et les pourboires. Celle de la mariée règlera les frais pour la décoration (lieu de culte, réception et voiture), les prestataires (animation, photographe, fleuriste), la tenue de la mariée (de la robe, aux accessoires en passant par le bouquet), les souvenirs et les faire-part. La note du traiteur sera divisée en fonction du nombre d'invités dans chaque famille.

Dans certaines familles, cette implication financière peut donner lieu à quelques désaccords concernant le choix du traiteur ou des invités. Pour que l'organisation ne tourne pas au vinaigre, il faudra savoir se montrer diplomate, mais rappeler que la décision finale appartient aux futurs époux.

Tout budgétiser : comment ne rien oublier ?

Comme pour tout projet, clôturer un budget est une étape stressante. Peur d'oublier une dépense, de se retrouver avec de faux-frais ou des imprévus ? D'autres mariés sont passés par là !

Heureusement, il existe quelques outils bien pratiques, recensant l'ensemble des postes de dépenses à prévoir et les budgets associés : https://budget-mariage.com/ propose un calculateur permettant de vous informer de la plus juste répartition des dépenses, en fonction de votre budget global et du nombre de convives.

Même si le budget est bouclé au centime près, les dépassements sont très fréquents. On conseillera toujours aux futurs époux de conserver une cagnotte en cas d’imprévus d'un montant égal à 15 % du budget total. Disponible en cas de besoin ou somme non dépensée dans le meilleur des cas, la prudence invite à prévoir les dépenses surprises pour ne pas être pris au dépourvu. Si vous avez besoin de faire de grosses économies, commencez par acheter des alliances de mariage pas cher.

Le traiteur : le plus gros budget

Poste de dépense le plus important de toute la journée, la nourriture et le service engloutissent des sommes folles. Pour soulager son budget, certains conseilleront un buffet, afin de limiter le service à table, voire même un cocktail dinatoire debout pour éviter la location de chaises et de tables en nombre. Nécessitant moins de personnel, mieux vaut faire attention aux quantités mises à disposition des invités. En effet, les buffets incitent plus facilement à se resservir et à consommer plus. Il est donc indispensable de bien prendre cette donnée en compte.

Pour le vin d’honneur, cakes salés, petites bouchées et autres brochettes froides pourront être préparés à l'avance par la famille et décongelés au dernier moment pour être sûr d'avoir de quoi contenter les invités sans pour autant leur couper l'appétit pour la suite. Mais sachez que si vous souhaitez ajouter des denrées faites maison aux services proposés par le traiteur, vous devrez vous arranger avec lui. D'autres pousseront la démarche plus loin en prévoyant l'ensemble du repas sous ce modèle ou en faisant appel à un traiteur moins classique, ceux proposés par les grandes surfaces par exemple.

Les boissons aussi viennent lourdement grignoter le budget. Bonne affaire pour les traiteurs, vous pouvez également fournir votre propre vin et autres softs pour accompagner vos plats, à condition de payer un droit de bouchon. Celui-ci s'applique par bouteille ouverte, pour rémunérer le service d'ouverture, le service à table, d'utilisation et de nettoyage des verres. Il se chiffre entre 4 et 14 euros par bouteille, ce qui n'est pas toujours intéressant selon le tarif proposé. Il est bien sûr négociable et parfois certains traiteurs ne le facturent pas.

Il est également possible de baisser la facture en faisant appel à une école de restauration et/ou d'hôtellerie pour le service ou la préparation du menu.

Robe et costume : être beau sans y mettre le prix

Même si la location d'une robe de mariée ne fait pas encore partie de nos mœurs, elle semble tout doucement faire son bonhomme de chemin. Louer sa robe ? Et pourquoi pas ! Au-delà de l'aspect sentimental, la robe ne sera portée qu'une seule fois. Cela vaut-il les 1 000 € (en moyenne) dépensés ? Sur le site https://www.lamarieeauxpiedsnus.com/, vous pouvez louer votre robe ou costume. Si vous souhaitez tout de même acheter, pourquoi ne pas la louer ensuite pour la rentabiliser ?

Une autre tendance semble se confirmer : l'emprunt de la robe de noces de la mère de la mariée. Si celle-ci a été conservée avec soin, cela peut donner un petit côté rétro à la cérémonie.

Fleuriste : émerveillement des yeux sans faire pleurer son compte en banque

Effusion de couleurs et de senteurs, les fleurs ont un rôle de choix lors de la cérémonie, mais aussi pour la fête qui suit. Lieu de culte, bouquet de la mariée, centre de table… le budget s'allonge en fonction de la quantité, des variétés demandées, mais aussi des transformations nécessaires. Pourquoi ne pas faire appel à une école d'horticulture ? Sous la surveillance d'un professeur, les élèves rivaliseront d'ingéniosité pour proposer de belles réalisations pour une somme modique, suffisant à couvrir l'achat de matériel et de fleurs.

Le photographe : fixer ses souvenirs sur papier glacé

Souvenirs par excellence, les photos permettent de se replonger dans l'ambiance du Jour J. À l'heure des appareils numériques, chacun y va de son cliché, mais certains photographes amateurs sont souvent plus doués que d'autres. Vous pouvez donc parfaitement faire appel à un membre de votre famille pour couvrir l'évènement. Dans l'idéal, ils peuvent être deux : un suivra la mariée et l'autre le marié, et ce dès les préparatifs du matin.

Pour ne courir après personne afin de récupérer les photos une fois la fête finie, pensez à installer un ordinateur portable avec un lecteur de cartes universel (câble USB, carte SD, etc.) dans la salle et à demander à vos invités de venir y transférer leurs photos avant de partir.

La décoration : une touche personnelle sans plomber son budget

Quoi de mieux que de personnaliser son mariage en créant soi-même sa décoration ? Économiques et originaux, tous les éléments y passent : menu, centre de table, petits souvenirs, sans oublier les faire-part. Amateur de scrapbooking ou bricoleur en herbe, il est temps de se lancer.


Aujourd’hui, sur internet, vous trouverez quantité d’idées, de modèles, de tutoriels pour devenir un véritable artiste pour votre mariage.

Négocier : un réflexe radin pas si anodin

Tout est négociable ! La phrase peut choquer, mais c'est la réalité. Il faut l'avouer, cela demande du culot, de la patience, mais aussi une vraie volonté pour se montrer convaincant. Les tarifs sont-ils fixes ou existe-t-il une marge de négociation ? Cette question ne coûte rien, mais peut rapporter beaucoup. Donc cela doit devenir un réflexe. Et pour trouver plus rapidement le meilleur rapport qualité/prix, n'hésitez pas à vous renseigner auprès de vos proches et à mettre le maximum de personnes au courant de vos recherches : vous pourrez avoir de belles surprises ! Parfois, il suffit simplement d’évoquer votre budget pour trouver le meilleur compromis avec votre prestataire sans pour autant en oublier les bulles et les paillettes.

Tous les guides famille
Réduisez vos factures grâce à nos conseils administratif & juridique
Merci de vous être inscrit à notre newsletter !
En m’inscrivant, j’accepte les C.G.U. et de recevoir les newsletters de Radins.com par email.