Echec au Bac : des alternatives existent !

Marie Caillet - publié le 26/06/2020 à 08:30

Ça y est, le verdict est tombé, et vous n'avez pas le Bac... Si c'est dur à encaisser, ce n'est pas une raison pour désespérer ! Différentes alternatives vous permettent d'accéder quand même aux études supérieures.

Retentez votre chance !

On a beau chercher, la meilleure solution est de repasser votre Bac. 18, 19 ou 20 ans, vous êtes encore jeune, rien est perdu ! Attention tout de même, votre lycée n’est pas obligé de vous reprendre s’il n’y a pas de place disponible pour vous à la rentrée prochaine. Dans ce cas-là, adressez-vous rapidement à l’Inspection académique afin qu’il vous réoriente vers un autre établissement.

Vous n’avez aucune envie de redoubler ? Passer une deuxième fois le Bac ne signifie pas obligatoirement redoubler. Vous avez la possibilité de vous présenter en candidat libre. Ce n’est pas la solution la plus facile, surtout si vous avez du mal à travailler en autonomie. Si toutefois cette option vous tente, il vous suffit de vous inscrire auprès du rectorat.

Bon à savoir

N’hésitez pas à vous renseigner auprès du CIO de votre ville : il est parfois possible de préparer votre diplôme en suivant des cours du soir ou des cours par correspondance.

Allez à l'université grâce au DAEU !

Le diplôme d’accès aux études universitaires (DAEU) est la première alternative à laquelle vous devez pensez si vous souhaitez faire des études supérieures sans le Bac. C’est un diplôme de niveau IV qui confère les mêmes droit que le Bac, mais adapté au rythme d’une personne en activité professionnelle. Vous ne révisez que 4 matières, pendant un an, en présentiel ou à distance, selon votre disponibilité.

Disponible sous deux formes principales (Scientifique ou Littéraire), cette formation est dispensée par certaines universités et par le CNED (Centre national d’enseignement à distance). Selon la spécialité dans laquelle vous vous orienterez, deux matières vous seront imposées (elles changent selon l’établissement) et vous aurez le choix entre deux options supplémentaires : Histoire, Géographie, Mathématiques, Philosophie, Langues Vivantes, Économie, Droit, Physique, Chimie, Biologie...

Les conditions d’accès : avoir moins de 24 ans ou 20 ans si vous avez interrompu vos études depuis au moins 2 ans et justifiez de 2 ans d’activités professionnelles (congé maternité et chômage compris). Le gros inconvénient est sans aucun doute le prix de la formation, à savoir 500 à 600 € l’année dans le secteur public.

Inscrivez-vous en BTS !

Contrairement à ce que vous pensez, il n’est pas indispensable d’avoir le Bac pour intégrer un BTS (décret n°95-665 du 9 mai 1995). Beaucoup d’établissements acceptent les non-bacheliers, notamment le secteur tertiaire : hôtellerie-restauration, commerce, management, comptabilité etc. Si vous visez les filières plus sélectives, un seul conseil : repassez votre Bac ! Attention tout de même, les frais de scolarité sont trop souvent exorbitants. De plus, le niveau est bien plus élevé que le Bac...

Faites du droit !

Plus ancien que le DAEU, la capacité en droit a la même valeur. Cette formation se prépare en 2 ans en cours du soir, dans la plupart des UFR, au CNED ou dans des établissements privés. Grâce à la capacité de droit, vous aurez la possibilité d’entrer en 1ère ou 2ème année de licence de droit, en DUT carrières juridiques ou à l’École de droit de notariat. Cette formation coûte environ 450 € l’année

Orientez-vous vers le sport !

Sportif ? Il vous est possible de préparer le Brevet professionnel de la jeunesse, de l’éducation populaire et du sport (BPJEPS) ou le Brevet d’État d’Éducateur (BEES) qui vous mènera vers l’animation et le sport. Ces diplômes sont dispensés par les centres de formation agréés par les directions régionales de la Jeunesse, des Sports et de la Cohésion Sociale. Pour plus d’informations, rendez-vous sur le site du Ministère des Sports.

Bienvenue dans la vie active

Si vous n’êtes pas doué pour les études, que vous n’aimez pas ça ou que vous n’avez aucune envie de continuer vos études, vous avez la possibilité de commencer à travailler. Attention, ce ne sera pas forcément facile, notamment dans la conjoncture économique actuelle, mais certains métiers (secrétaire, serveur, aide-soignant, etc.) sont ouverts aux non-titulaires du Bac. De plus, plusieurs métiers de la fonction publique (catégorie C) vous sont également ouverts. N’hésitez pas à vous rendre sur le site de la Fonction Publique pour avoir de plus amples renseignements.

Tous les guides famille
Réduisez vos factures grâce à nos conseils administratif & juridique
Merci de vous être inscrit à notre newsletter !
En m’inscrivant, j’accepte les C.G.U. et de recevoir les newsletters de Radins.com par email.