Rentrée : nos conseils pour le jour J

La rédaction - publié le 04/10/2019 à 14:30

Le grand jour est arrivé. Si pour les lycéens et les étudiants il ne devrait pas avoir de soucis, les rentrées ils connaissent, pour les plus petits c'est une autre histoire. Voici nos conseils pour que cette rentrée se déroule sous les meilleurs auspices.

La veille

Cartable, OK. Vêtements, OK. Vérifiez la veille que tout est prêt. Une angoisse en moins ! Pour les plus jeunes, mettez dans leur sac leur doudou, un objet familier les rassurera. Passez également un coup de fil aux parents de ses amis pour aller ensemble à l’école ou se retrouver au portail. Entouré de ses camarades, votre enfant se sentira plus fort. Et puis, on ne pleure pas, ou moins, devant eux, question d’orgueil !

L'heure de la rentrée a sonné

Levez-le suffisamment tôt pour qu’il ait le temps de bien se réveiller et de prendre un bon petit déjeuner. Angoissé, il ne peut rien avaler ? N’insistez pas, glissez dans son cartable une petite collation.Pendant que vous vous préparez à partir et sur le chemin de l’école, ne lui montrez pas que vous aussi, parent, vous êtes anxieux ; surtout s’il a entre 3 et 6 ans, car à cet âge, l’enfant est une véritable éponge. Il ressentira votre peur et pensera : « si mes parents, mes référents adultes, ont peur, c’est qu’il y a un danger ». Crise de larmes au portail assurée !Accompagnez-le jusqu’à l’école et pour les plus petits jusqu’à sa classe. S’il n’en a pas envie, ou que vous ne pouvez pas, ne culpabilisez pas ! Expliquez-lui posément les choses. En maternelle et en primaire, la séparation doit être rapide. Pas d’au revoir à rallonge, car vous allez tomber dans l’émotionnel et vous empêtrer dans le conflit et des négociations interminables. Soyez ferme et rapide, « Allez, c’est l’heure, on y va ! », même si ça vous crève le cœur.

A la sortie des classes

A la fin des cours, de la garderie ou de l’étude, demandez-lui de vous raconter cette première journée. Si certains élèves la détaillent volontiers, d’autres décrochent très peu de mots. Pas d’inquiétude, cela ne signifie pas qu’elle s’est mal déroulée. Il fait partie de la catégorie d’enfants pour lesquels l’école, c’est son jardin secret.Ne le forcez pas, demandez-lui juste de répondre par oui ou par non. Et si ce n’est pas assez pour calmer vos angoisses, posez directement la question à la maîtresse. Ça s’est mal déroulé. Il ne s’est lié avec aucun camarade. Ne vous inquiétez pas et rassurez-le en lui disant que c’est parfois ainsi le premier jour et que tout ira mieux dès le second !

Conseils de pro pour situations de crise

Mon enfant ne veut pas à dormir« Maman, je n’arrive pas à dormir », « j’ai soif », « je peux aller aux toilettes ? » ce refrain vous le connaissez par cœur, vous y avez droit tous les soirs et encore plus la veille de la rentrée. Rassurez votre enfant qui n’a parfois pas envie de quitter ses parents ou qui a des vraies peurs. Apprenez aux plus jeunes à se coucher seul et une fois dans son lit allez l’embrasser.Au dîner, cuisinez des aliments qui favorisent l’arrivée du marchand de sable. Il s’agit de ceux riches en tryptophane précurseur de sérotonine, l’hormone de la sérénité indispensable à la détente. On en trouve dans les œufs, les produits laitiers (lait chaud, fromages) et les légumes secs (lentilles, haricots secs). Dans le riz complet et les bananes se trouve directement de la mélatonine qui favorise l’endormissement.Il est important que l’obscurité soit totale dans sa chambre et de ne pas la surchau?er. Hiver comme été, la température idéale est de 18/19 °C maximum. Etablissez chaque soir un rituel pour le relaxer et le préparer à dormir : une histoire avant d’éteindre la lumière, une porte entre ouverte. Pour les plus grands laissez-les lire quelques pages d’un livre ou écouter un peu de musique. Pas question de chater des heures sur leur Smartphone, de jouer au jeux-vidéo avant de dormir. Aucune activité excitante une bonne heure avant le coucher.C’est sa première rentréeDans la plupart des cas, il connaît déjà les lieux grâce à une première visite organisée par l’école. Mais ça ne reste pas encore très concret pour lui. Alors n’hésitez pas à lui acheter des livres sur l’école : mon premier jour à l’école, ma première fois à la cantine... Il s’identifiera au héros. C’est rassurant de savoir que Tchoupi a les mêmes angoisses que lui ou pleure le jour J, d’autant qu’à la fin du livre tout s’est bien passé.Mon enfant ne veut pas manger le matinLes enfants calquent leur comportement alimentaire sur celui de leurs parents. Alors si vous ne déjeunez pas, il y a de grandes chances qu’il en fera de même. C’est donc à vous de montrer l’exemple. Il n’a pas faim ? Pour lui ouvrir l’appétit, faites-lui boire un petit verre d’eau au lever et laissez-le s’habiller avant de prendre son petit-déj. N’oubliez pas que le dîner doit être léger pour que la faim soit au rendez-vous le matin !S’il n’arrive pas à manger le matin, essayez de lui donner un « micro déjeuner » avec que de bonnes choses pour tenir toute la matinée : un abricot sec, un petit grillé suédois ou glissez quelques amandes dans son cartable en cas de petit creux.Et vous, quelles sont vos astuces pour que le jour J se passe sans embûche ?Nos expertsDocteur Marie-Françoise Vecchierini, praticien au centre du sommeil de l’Hôtel Dieu et membre de l’institut national du sommeil et de la vigilance (INSV).Angélique Houlbert, nutritionniste, auteur de « La meilleure façon de manger pour les enfants », « Le bon choix pour vos enfants », Ed Thierry Souccar.Angélique Kosinski Cimelière, psychologue clinicienne pour enfants et adolescents www.psypourenfant.com

Tous les guides famille
Réduisez vos factures grâce à nos conseils administratif & juridique
Merci de vous être inscrit à notre newsletter !
En m’inscrivant, j’accepte les C.G.U. et de recevoir les newsletters de Radins.com par email.