Les maisons de retraite, un gouffre financier

Fabienne Cornillon - publié le 10/01/2020 à 14:41

Que vous souhaitiez rentrer dans une maison de retraite médicalisée ou non, publique ou privée, les places sont peu nombreuses, mais surtout très chères. Mais il existe des aides pour vous accompagner et vous permettre de trouver un logement à un prix plus raisonnable.

Maisons de retraite, laquelle choisir ?

Les places en maison de retraite coûtent cher et il est difficile pour les retraités et leur famille de faire face à de telles dépenses. Les maisons de retraite publiques sont plus demandées et donc rares, car elles sont moins chères. Dans le privé, les prestations peuvent être plus importantes, mais les prix sont naturellement plus élevés.

Mais avant de postuler dans l'une ou dans l'autre, il est important de savoir quel type de logement correspondra le mieux à vos attentes.

Si vous êtes encore autonome, mais souhaitez vivre dans un cadre plus sécurisant, les foyers-logements sont une bonne solution. Ce sont souvent des studios ou des deux-pièces privés vous permettant de garder votre indépendance tout en ayant accès à des services payants, mais plus proches de vous comme la blanchisserie ou même un salon de coiffure. Cela permet également d’éviter les risques d’isolement des personnes âgées. Il faut compter au minimum entre 500 et 1 000 € pour un studio.

Les maisons de retraite non médicalisées ou établissements d'hébergement des personnes âgées (Ehpa) publics ou privés permettent aux retraités de garder une certaine indépendance tout en se rapprochant d'autres retraités et d'un personnel soignant. Ils ne dispenseront pas spécialement de soins poussés, mais vous accompagneront au quotidien.

Les maisons de retraite médicalisées ou établissements d'hébergement des personnes âgées dépendantes (Ehpad) offrent des soins aux retraités ne pouvant plus vivre seuls et qui sont dépendants physiquement et mentalement.

Combien ça coûte ?

Trois critères sont à prendre en compte pour calculer le prix d'une place en maison de retraite :

- le tarif hébergement qui comprend l'hébergement, la restauration, l'entretien des locaux et autres services de blanchisserie ainsi que les animations. Ces services sont à la charge des résidents ;

- le tarif soins est pris en charge par la Sécurité sociale et la mutuelle santé selon la nature des garanties souscrites ;

- le tarif dépendance concerne les personnes retraitées entièrement dépendantes et les soins qui leur sont accordés ainsi que les animations.

En moyenne, le prix d’un EHPAD est de 1 818 € pour un établissement public, 1 962 € pour un établissement privé à but non lucratif et 2 678 € pour un EHPAD privé commercial.

 

Bon à savoir : certaines prestations sont toujours à la charge des résidents : les salons de coiffure, les sorties organisées par l'établissement, la télévision (très souvent apportée par le retraité) et les communications téléphoniques, les repas pris avec la famille venue rendre visite ou encore les produits de toilette tels que le shampooing, etc.

Sur le site Doctissimo.fr, Pascal Champvert, président de l'association des directeurs au service des personnes âgées (AD-PA) a déclaré que « les personnes âgées et leur famille financent environ 60 % du coût de fonctionnement d'une maison de retraite. » Ces coûts représentent des sommes astronomiques pour les pensionnaires et leur famille qui doivent bien souvent s'endetter pour payer les frais de maisons de retraite.

Quelles aides pour réduire les coûts ?

Différentes aides permettent de financer la maison de retraite :
- l'aide sociale à l’hébergement (ASH) est une aide du Conseil général. Elle s’adresse aux seniors présentant de faibles ressources. Attention, l’ASH ne peut être demandée qu’en dernier recours. Pour les personnes âgées ayant des revenus modestes, les personnes soumises à l’obligation alimentaire seront consultées auparavant. L’ASH ne peut être octroyée que si ces personnes ne sont pas en mesure d’aider financièrement leur proche pour le paiement de la maison de retraite ;
- l'aide personnalisée au logement (APL) ou l'allocation de logement sociale (ALS), mais sous réserve que le retraité habite dans une résidence conventionnée et sous certaines conditions de ressources. Vous pouvez vous rendre directement à la Caisse d'Allocations Familiales (CAF) ou sur leur site internet ;
- en cas de difficultés de paiement et selon l'autonomie du résident, l'aide personnalisée à l'autonomie (APA) ainsi que des réductions d'impôts de 25 % (pour les frais d’hébergement et de dépendance avec un plafond de 10 000 € par an) peuvent être versées, soit à la famille, soit directement à la maison de retraite. Pour cela, il faudra remplir la grille AGGIR afin de déterminer le niveau de dépendance du retraité de plus de 60 ans. Si son état correspond aux GIR 1,2, 3 ou 4 alors il pourra bénéficier de la subvention APA. Pour retirer le document, vous pouvez vous adresser à la maison de retraite ou vous rendre au CCAS.

Réduisez vos factures grâce à nos conseils administratif & juridique
Merci de vous être inscrit à notre newsletter !
En m’inscrivant, j’accepte les C.G.U. et de recevoir les newsletters de Radins.com par email.