Tout savoir sur le mouvement FIRE, la stratégie de la retraite anticipée

Marie Caillet - publié le 25/01/2021 à 14:00

Financial Independance, Retire Early : tout est dans l'acronyme. Popularisé par une nouvelle génération d'investisseurs, le mouvement FIRE consiste à prendre sa retraite à 40 ans. Rêve de CSP+ bien nanti ou stratégie accessible ?

Le mouvement FIRE, entre stratégie et philosophie

C'est une idée qui touche particulièrement la génération Y et les millenials : reprendre son indépendance bien avant l'âge de la retraite. Le mouvement FIRE consiste à se donner les moyens de sortir de la « rat race » (course au salaire) pour se consacrer à l'activité de son choix à temps plein, sans attendre l'âge de la retraite, et sans la précarité de l'entreprenariat classique.

Pour être réalisable, le mouvement FIRE repose sur deux piliers principaux : un mode de vie très sobre et une stratégie financière élaborée.

Le mouvement FIRE : étape 1, épargner

Le mouvement FIRE part d'un constat : il faut avoir 25 fois son salaire annuel en économies pour pouvoir sortir du modèle salarial dès 40 ans. L'épargne constitue donc la base d'un projet de départ en retraite (très) anticipé : il faut pouvoir épargner 50 % de son salaire. Un objectif d'épargne énorme, nettement au-dessus des recommandations classiques en la matière (où la proportion maximum se situe autour de 30 %).

Pour se rapprocher de cet objectif, les adeptes du mouvement FIRE mettent toutes les chances de leur côté : certains font même le choix radical de retourner chez leurs parents pour rayer le poste de dépense le plus important : le loyer.

Mini budget loisirs, no buy en vêtements et chaussures, quasi croix sur les restos, les bars, les sorties... La barre est haute et tous les efforts doivent être payants. La devise d'un frugaliste : il n'y a pas de petites économies. Un véritable marathon aussi intensif qu'exigeant.

Le mouvement FIRE : étape 2, investir

Mettre de côté 25 années de salaire ne suffit pas pour se garantir une retraite anticipée sereine : le mouvement FIRE mise également sur des investissements qui permettront d'engendrer des revenus passifs, c'est-à-dire des revenus qui se produiront automatiquement.

Les principaux domaines privilégiés sont :

  • Les placements : actions, compte-titres, PEA, assurance-vie. Les adeptes du mouvement FIRE préconisent de diversifier leurs sources d'investissement afin de s'assurer des revenus passifs capables de se compenser en cas de perte de vitesse de l'un d'eux.
  • L'investissement immobilier. Ce type d'investissement permet de bénéficier de l'effet de levier, en mobilisant une petite part d'épargne qui va permettre d'acquérir des biens immobiliers auto-financés par les loyers. Le cashflow positif (un bien immobilier qui rapporte plus qu'il ne coûte en charges) est l'un des effets recherchés dans ce type d'investissement.

Le frugalisme et le mouvement FIRE

Pour atteindre leur but, les adeptes du mouvement FIRE doivent suivre une stratégie ambitieuse et exigeante, qui implique de revoir toute leur façon de vivre. On parle de frugalisme : les investisseurs de ce courant de pensée tentent de réduire au maximum leurs dépenses courantes, et adoptent donc une philosophie de déconsommation. La forme ressemble au minimalisme, le fond s'en éloigne, l'objectif étant à terme de pouvoir suivre un train de vie convenable tout en vivant de ses dividendes.

Le mouvement FIRE, accessible à tous ?

Venu des États-Unis et vulgarisé par des blogueurs comme M. Money Moustache, le mouvement FIRE répond à une véritable préoccupation des nouvelles générations d'actifs : une retraite incertaine. Le frugalisme propose de se donner les moyens de subvenir à ses besoins futurs, mais aussi de pouvoir à terme s'investir dans une activité porteuse de sens sans se préoccuper d'un salaire classique.

Le mouvement FIRE vend du rêve, mais on peut se demander s'il n'est pas réservé à une certaine catégorie d'actifs, pour plusieurs raisons :

  • Le salaire. La capacité d'épargne est corrélée au niveau de revenus. Mieux on gagne sa vie, plus on peut épargner tout en étant capable de subvenir à ses besoins minimaux. Impossible à envisager pour les actifs qui gagnent de quoi couvrir leurs frais fixes... et guère plus.
  • La situation familiale. Le mouvement FIRE préconise une règle d'or : plus on commence tôt, plus c'est facile. Notamment parce qu'à partir du moment où on fonde une famille, de nouveaux frais dédiés aux enfants s'ajoutent... et pour deux décennies au bas mot. Ce n'est pas un hasard si les gourous du mouvement FIRE ont autour de la trentaine : certains ont pu profiter d'être au début de leur vie active pour vivre chez leurs parents tout en mettant de côté. Un cas de figure qui n'est pas possible pour tous.
  • Le mode de vie. Rogner sur ses loisirs, ses sorties, ses voyages, aide bien sûr à mettre de côté... mais il faut aussi pouvoir tenir sur le long terme un mode de vie qui ne s'accordera pas forcément à celui de son entourage. C'est l'isolement social qui guette potentiellement au tournant.

Le mouvement FIRE, ou frugalisme, a pour ambition de court-circuiter le parcours classique d'un salarié cotisant pour sa retraite. Épargne élevée, investissement agressif, excellentes connaissances en finances personnelles sont les 3 leviers qui permettent de se retirer de la vie active dès 40 ans. Un Eldorado qui reste cependant accessible à une tranche de la population aisée et avec peu de contraintes familiales.

Tous les guides retraite
Réduisez vos factures grâce à nos conseils administratif & juridique
Merci de vous être inscrit à notre newsletter !
En m’inscrivant, j’accepte les C.G.U. et de recevoir les newsletters de Radins.com par email.