Retraité du secteur privé : ce que vous devez savoir

Fabienne Cornillon - publié le 17/01/2020 à 11:05

Le système de retraite des salariés du privé (cadres et non cadres) fonctionne de manière autonome. Il s'appuie sur une structure à double étage : la retraite de base de la Sécurité sociale et la retraite complémentaire, ces deux régimes étant obligatoires. Le point dans cet article.

Constitution de la retraite pour le secteur privé

Dès le premier emploi, l'Assurance retraite ouvre un compte personnel au nom du salarié. Ce dernier contient toutes les informations sur le parcours professionnel de son titulaire, notamment les rémunérations perçues. Ces données, qui prennent la forme d'un relevé de carrière, sont essentielles lors du calcul de la retraite.

La retraite de base se mesure en nombre de trimestres, tandis que la retraite complémentaire, gérée par l'Agirc-Arrco, s'appuie sur un mécanisme de comptage de points.

Retraite du secteur privé : méthode de calcul

La retraite de base d'un salarié du secteur privé est calculée à partir :
- du salaire annuel moyen revalorisé des 25 meilleures années ;
- de la durée d'assurance retraite ;
- du taux de liquidation estimé en fonction de l'âge et du temps d'activité.

La formule retenue est : salaire annuel moyen × taux × durée d'assurance au régime général / durée d'assurance de référence

Exemple 1

Vous avez 64 ans, justifiez de 166 trimestres de cotisations, pour une durée d'assurance maximale équivalente, et la moyenne de vos 25 meilleurs salaires revalorisés est de 24 000 €. Votre pension annuelle à taux plein sera de :

24 000 € × 50 % × 16 / 166 = 12 000 €

Exemple 2

En revanche, si votre durée de cotisation était insuffisante, 158 trimestres par exemple, une décote (application d'un coefficient de proratisation) serait appliquée à votre pension :

24 000 € × 50 % × 158 / 166 = 11 400 €

Retraité du secteur privé : quelle durée d'assurance au régime général ?

La durée d'assurance réunit l'ensemble des trimestres ouvrant droit à la pension de retraite du régime général. Elle est composée des périodes de couverture, des périodes assimilées, des éventuels rachats et de toutes les situations permettant d'obtenir une majoration de trimestres, notamment :
- les cas de maternité ou d'adoption ;
- les prises en charge d'enfants handicapés ;
- les congés parentaux d'éducation ;
- le travail au-delà de l'âge minimum garantissant la retraite à taux plein.

À noter : pour qu'un trimestre soit validé, vous devez avoir cotisé sur un salaire minimum au moins égal, à compter de 2014, à 150 fois le Smic horaire en cours au 1er janvier de l'année considérée. En 2020, ce montant est de 1 522,50 € (10,15 € × 150).

Critères pour bénéficier d'une retraite à taux plein

Pour partir à la retraite dans les meilleures conditions, vous devez avoir cotisé un nombre de trimestres bien précis. Il varie de 165 à 172 trimestres et est étroitement lié à votre année de naissance.

• Si votre durée d'assurance est supérieure ou égale à la durée de référence, vous toucherez une pension à taux plein (50 % de votre salaire annuel moyen, auquel il faut adjoindre un coefficient défini par la caisse de retraite des salariés).

• Si au contraire elle est inférieure, vous toucherez une pension proratisée (voir exemple de la méthode de calcul ci-dessus).

Toutefois, à partir d'un certain âge, vous pouvez bénéficier d'un taux plein même si vous n'avez pas acquis le nombre de trimestres nécessaire. Cet âge est de 67 ans si vous êtes né en 1955, et de 65 à 66 ans et 7 mois si vous êtes né avant 1955. Par ailleurs, certaines situations peuvent vous faire bénéficier d'une pension de retraite complète avant l'âge légal.

Conditions pour profiter d'un taux plein avant l'âge légal

Le droit à une retraite complète est accordé aux salariés remplissant certains critères. Ainsi, vous pouvez y accéder avant l’âge légal si vous avez droit à la retraite anticipée :
- pour carrière longue ;
- pour cause de handicap ou de mobilité réduite ;
- en raison de la pénibilité du travail.

La retraite CNAV (Caisse nationale d'assurance vieillesse), aussi appelée régime général, s'adresse à tous les salariés du secteur privé. Pour profiter d'une retraite complète, vous devrez répondre à certains critères. À défaut, vous pourrez utiliser les mécanismes de surcote et de bonification pour majorer votre future pension.

Réduisez vos factures grâce à nos conseils administratif & juridique
Merci de vous être inscrit à notre newsletter !
En m’inscrivant, j’accepte les C.G.U. et de recevoir les newsletters de Radins.com par email.