Combien faut-il de trimestres pour partir à la retraite ?

Fabienne Cornillon - publié le 11/09/2019 à 18:34

Pour obtenir une retraite à taux plein, il faut avoir atteint l’âge légal et avoir cotisé un certain nombre de trimestres. Faisons un point sur la manière dont sont calculés les trimestres, sur l’impact d’un départ prématuré à la retraite et sur la possibilité de racheter des trimestres de retraite.

Qu’est-ce qu’un trimestre de retraite ?

La question peut vous sembler étrange, et pourtant… Au niveau calendaire, un trimestre représente 3 mois. Mais, lorsqu’il s’agit de valider des trimestres pour la retraite, les choses diffèrent quelque peu.

Ainsi, pour valider un trimestre de retraite, il faut avoir gagné au minimum 150 fois le SMIC horaire.
Exemple : en 2019, le SMIC est à 10,03 €. Vous devrez donc gagner 1 504,50 € dans l’année pour valider un trimestre. Si vous souhaitez valider 4 trimestres, vous devrez avoir gagné au minimum 6 018 € dans l’année.

Bon à savoir : que vous ayez un ou plusieurs emplois et quel que soit le montant de vos revenus, il n’est pas possible de valider plus de 4 trimestres par an. En revanche, avoir des revenus supérieurs permet d’augmenter la cotisation et donc, le montant de votre retraite de base.

À quoi correspondent les trimestres pris en compte pour la retraite de base ?

Il existe plusieurs sortes de trimestres de retraite, à savoir les trimestres cotisés, les trimestres assimilés et les trimestres de majoration.

Les trimestres cotisés

Il s’agit des trimestres que vous avez validés en travaillant. Vous et votre employeur cotisez au regard du salaire perçu. Comme nous l’avons vu précédemment, dès lors que vous avez perçu un revenu minimum de 6 018 € en 2018, vos 4 trimestres de retraite sont bien validés. Vos revenus sont importants puisque, afin de calculer votre retraite, dans le privé, sont prises en compte vos 25 meilleures années pour définir votre salaire annuel moyen.

Les trimestres assimilés

Cette fois, il est possible d’acquérir des trimestres sans travailler. Certes, cela ne donne pas lieu à des cotisations vieillesse, mais cela valide vos trimestres malgré tout. Cela correspond aux périodes suivantes :

  • maladie ou maladie professionnelle ;
  • accident du travail ;
  • maternité ;
  • invalidité ;
  • service national ;
  • chômage ;
  • stage de formation professionnelle ;
  • inscription sur la liste des sportifs de haut niveau depuis 2012.

Les trimestres de majoration

Cette fois, vous obtenez des trimestres supplémentaires à ceux obtenus grâce aux trimestres cotisés et aux trimestres assimilés. L’objectif est ici de compenser des périodes qui ne vous ont pas permis de travailler, et donc de valider des trimestres de retraite. Voici les cas concernés :

  • vous avez eu ou élevé des enfants ;
  • vous avez élevé un enfant handicapé ou eu à votre charge un adulte handicapé ;
  • vous avez pris un congé parental ;
  • vous partez après l’obtention de votre retraite à taux plein ;
  • vous avez un compte pénibilité et avez cumulé des points.

Par exemple, si vous avez élevé un enfant handicapé, vous pouvez obtenir jusqu’à 8 trimestres supplémentaires.

Qu’il s’agisse des trimestres assimilés ou des trimestres de majoration, aucun revenu ne figure sur votre relevé de carrière, ils ne seront pas pris en compte pour le calcul des salaires des 25 meilleures années. L’objectif est réellement de valider des trimestres afin de partir en retraite dès 62 ans.

 

De combien de trimestres avez-vous besoin ?

Pour partir à la retraite à taux plein, vous devez, de manière générale, avoir 62 ans et avoir cumulé assez de trimestres. Le nombre de trimestres pour votre retraite dépend de votre année de naissance comme cela est indiqué dans le tableau ci-dessous.
 

Année de naissance

Nombre de trimestres validés au minimum

1953, 1954

165

1955, 1956, 1957

166

1958, 1959, 1960

167

1961, 1962, 1963

168

1964, 1965, 1966

169

1967, 1968, 1969

170

1970, 1971, 1972

171

À partir de 1973

172


 

Que se passe-t-il si je n’ai pas assez de trimestres ?

Si vous n’avez pas cumulé assez de trimestres de retraite, vous allez subir une décote. En effet, vous ne remplissez pas les conditions requises pour obtenir votre retraite à taux plein. Selon notre tableau, ce sera le cas si vous êtes né en 1970, que vous avez 62 ans, mais que vous n’avez obtenu que 168 trimestres par exemple.

La décote appliquée est de 1,25 % par trimestre. Dans ce cas précis, vous allez donc avoir une décote de 1,25 % x 3 soit 3,75 %.  Mieux vaut donc atteindre le nombre de trimestres requis pour obtenir sa retraite à taux plein ou au plus proche de ce taux.

Sachez toutefois qu’il existe des exceptions. En effet, certaines personnes n’ayant pas validé assez de trimestres de retraite ne peuvent être concernées par une décote. C’est le cas pour les personnes suivantes :

  • personnes ayant un taux d’incapacité permanente d’au moins 50 % ;
  • personnes ayant cessé de travailler durant au moins 30 mois consécutifs pour s’occuper de leur enfant handicapé.

Pour éviter toute décote, il existe deux solutions : continuer à travailler pour acquérir le nombre de trimestres de retraite manquants ou racheter des trimestres.

5 – Comment racheter des trimestres ?

Vous n’avez validé assez de trimestres, mais souhaitez tout de même cesser votre activité et bénéficier d’une retraite à taux plein ? Il est possible de racheter des trimestres de retraite. Le rachat de trimestre s’adresse aux indépendants, aux salariés du privé et aux fonctionnaires afin de valider des périodes durant lesquelles ils n’ont pas cotisé.

Il suffit pour cela de contacter sa caisse de retraite afin de connaître les modalités de rachat de trimestre de retraite.

Vous pouvez racheter des trimestres de retraite dans les cas suivants :

  • vous avez effectué des études supérieures ;
  • vous avez des années incomplètes ;
  • vous avez été apprenti ;
  • vous avez été assistante maternelle ;
  • vous êtes enfant d’anciens harkis.

Les modalités de rachat de trimestre de retraite différent selon la catégorie dans laquelle vous vous situez, il est préférable de vous adresser à votre caisse de retraite afin de savoir comment procéder.

Quoi qu’il en soit, il n’est pas possible de racheter plus de 12 trimestres.

Rachat de trimestre de retraite : combien ça coûte ?

Il est possible de racheter un trimestre au titre du taux seul qui agit sur la décote ou au titre du taux et de la durée. La deuxième solution sera plus coûteuse.

Au-delà de ces options, le rachat de trimestre de retraite sera consécutif à votre âge au moment du rachat, au montant de vos revenus annuels et à votre régime de retraite.

Le prix de rachat d’un trimestre de retraite est calculé selon un barème de versement pour la retraite qui tient compte du revenu selon le plafond de la Sécurité sociale.

Par exemple, une personne de 60 ans dont les revenus annuels sont supérieurs au plafond de la Sécurité sociale, soit 40 524 € en 2019, devra payer 4 439 € par trimestre de retraite au taux seul. S’il lui en manque 4, il devra payer 17 756 €. Au titre du taux et de la proratisation, il devra payer 6 472 € par trimestre.

Le barème est disponible à l’adresse suivante :  https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000026843859.

Bon à savoir : le rachat de trimestre de retraite est déductible des impôts.

Réduisez vos factures grâce à nos conseils administratif & juridique
Merci de vous être inscrit à notre newsletter !
En m’inscrivant, j’accepte les C.G.U. et de recevoir les newsletters de Radins.com par email.