Comment réduire les frais de succession pour ses enfants ?

Florian Billaud - publié le 03/09/2019 à 14:30

La transmission de patrimoine ne doit pas être improvisée si vous souhaitez que vos héritiers aient le minimum de frais à payer sur la succession. Voici tout de suite quelques astuces qui vous permettront de léguer vos biens à moindre coût.

1 - Donner régulièrement

Les donations disposent d’une fiscalité avantageuse grâce au jeu des abattements. En effet, une partie des sommes que vous allez verser à vos proches ou à des donataires de votre choix sera exonérée de l’impôt. L’abattement dépendra notamment du lien de parenté entre les deux parties.Pourquoi donner régulièrement ? Parce que l’avantage fiscal est renouvelable tous les quinze ans ! Ne tardez donc pas pour faire une donation, car vous devrez ensuite attendre quinze ans avant de pouvoir recommencer ! À noter : l’exonération peut atteindre 31 865 € par bénéficiaireLes dons consentis aux descendants directs – ou aux neveux et nièces lorsqu’il n’y a pas de descendants – peuvent s’élever à 31 865 €. Le donateur doit cependant avoir moins de 80 ans à la date de la donation et le donataire doit impérativement être majeur ou émancipé.

2 - Utiliser le démembrement de propriété

Idéal pour les parents d’enfant unique et dans bien d’autres cas, le démembrement de propriété est une solution très avantageuse pour la transmission de ses biens à moindre coût. Il consiste concrètement à séparer l’usufruit de la nue-propriété. En d’autres termes, le donateur continue de disposer de son bien, mais n’en perçoit pas les revenus durant toute sa durée. Celui qui bénéficie de cet avantage ne peut pas vendre le bien sans l’accord du nu-propriétaire.Bon à savoir : des droits de donation plus avantageuxSi le démembrement de propriété est si avantageux, c’est parce que les droits de donation ne sont pas calculés selon le barème applicable aux donations classiques. Le notaire se basera en effet sur la valeur de la nue-propriété et prendra également en compte l’âge du donateur – plus il est âgé, plus la valeur est élevée. Enfin, le nu-propriétaire sera en mesure de récupérer la pleine propriété du bien au décès du donateur sans payer de droits de succession.

3 - Souscrire à une assurance vie

Grâce à la souscription d’une assurance vie et à l’alimentation de votre solde avant vos 70 ans, vous pourrez transmettre votre capital à un ou plusieurs bénéficiaires. Ces derniers auront droit à des conditions fiscales avantageuses étant donné que l’assurance vie permet d’éviter les droits de succession, et ce, pour un montant maximum de 152 500 €. Un compte d’assurance vie alimenté avant les 70 ans du souscripteur donne droit aux bénéficiaires à une franchise d’impôts pouvant aller jusqu’à 152 500 €. Lorsque cette somme est dépassée, le surplus est imposé à un taux de 20 % par bénéficiaire, jusqu’à 700 000 €. Le taux passe ensuite à 31,25 % une fois les 700 000 € dépassés.Notez enfin que l’abattement ne sera « que » de 30 500 € pour les sommes versées après les 70 ans du souscripteur Vous savez désormais comment réduire les frais de succession pour vos enfants ou d’autres bénéficiaires si vous n’avez pas de descendants directs. Le secret pour profiter d’abattements intéressants est d’anticiper. N’attendez pas d’être en fin de vie pour penser au patrimoine que vous allez laisser à vos enfants, organisez-vous dès que possible. Anticiper la succession permet de réaliser des économies et d’avoir l’esprit serein, même en cas de coup dur.

Réduisez vos factures grâce à nos conseils administratif & juridique
Merci de vous être inscrit à notre newsletter !
En m’inscrivant, j’accepte les C.G.U. et de recevoir les newsletters de Radins.com par email.