Comment disperser les cendres d'un défunt dans la nature ?

Fabienne Cornillon - publié le 27/09/2019 à 11:22

Dans le cadre d’une crémation, vous devez faire un choix concernant les cendres de votre proche. Découvrez les différentes possibilités qui vous sont offertes et les dispositions à prendre si vous souhaitez disperser les cendres en pleine nature.

1 – Que faire des cendres après une inhumation ?

Lorsque le défunt a fait le choix de la crémation, une question se pose naturellement : que faire des cendres ? S’il avait émis des volontés à ce sujet, via un contrat de volontés ou simplement à l’oral, le choix va être simple. De fait, respecter les volontés du défunt est une priorité et un réel moyen de lui rendre hommage. Toutefois, si vous ne savez pas ce qu’il souhaitait, les choses se compliquent.

En effet, il existe de nombreuses solutions.

Dans un cimetière

Tout d’abord, vous pouvez choisir de placer l’urne cinéraire dans un columbarium. On en trouve dans quasiment tous les cimetières à présent dans la mesure où de plus en plus de personnes souhaitent se faire incinérer. Le columbarium est un petit bâtiment cinéraire qui contient des urnes, le nom du défunt est apposé sur celui-ci. Il est parfois possible de mettre plusieurs urnes dans la même case.

Deuxième solution : le jardin du souvenir. Cette fois, il s’agit d’un espace réservé dans un cimetière où l’on disperse les cendres. Un mur, à côté, peut indiquer le nom des personnes dont les cendres sont présentes. Cette solution est particulière puisque les cendres de votre proche sont mélangées à celles d’autres personnes.

L’urne peut également être laissée à l’extérieur, dans un cimetière, dès lors qu’elle est scellée à un monument funéraire et qu’elle est adaptée aux conditions extérieures.

Vous pouvez choisir d’inhumer l’urne dans une concession cinéraire. Mais elle peut également être placée dans une concession funéraire avec les cercueils d’autres membres de la famille.

À domicile

Il n’est pas possible de disperser les cendres à son domicile. Toutefois, il est possible d’enterrer l’urne dans votre jardin. Attention : il est nécessaire d’obtenir une autorisation de la préfecture.

2 – Dispersion des cendres en pleine nature : mais qu’est-ce que la nature dans ce cas ?

De plus en plus de personnes souhaitent que leurs cendres soient dispersées dans la nature. Ceci est extrêmement symbolique puisqu’il s’agit de disperser les cendres dans un lieu qui avait une importance toute particulière pour le défunt.

Pour autant, il existe des règles en la matière. En effet, lorsque l’on parle de nature, tout n’est pas réellement autorisé. Selon la circulaire NOR : IOCB0915243 C du 14 décembre 2009, il s’agit d’espaces naturels qui ne font pas l’objet d’aménagements. Ainsi, il est possible de disperser les cendres en pleine nature aux endroits suivants :
- forêt ou bois ;
- montagne ;
- mer.

Il est formellement interdit de disperser les cendres du défunt sur la voie publique. On entend par là :
- les jardins privés et publics ;
- les parcs ;
- les routes ;
- les cours d’eau ;
- les plans d’eau ;
- les champs, qu’ils soient cultivés ou non.

3 – La dispersion des cendres en mer

Il est tout à fait possible de disperser les cendres du défunt en mer. Pour autant, cela ne vous laisse pas toute liberté, vous devez remplir certaines conditions. Il existe en outre plusieurs possibilités pour cette dispersion spécifique.

La dispersion peut s’effectuer directement à la surface de l’eau. Il faut pour cela faire une déclaration à la mairie du port d’attache du bateau. Selon l’article L32213-23 du CGCT (Code général des collectivités territoriales) et la loi du 2 janvier 1986, les cendres ne peuvent être dispersées à moins de 300 m de la côte. Il s’agit ici d’ouvrir l’urne et de disperser simplement les cendres sur l’eau.

Pour une dispersion des cendres en mer, vous pouvez également choisir de jeter une urne funéraire à la surface de l’eau. En carton, en sable ou en toute autre matière, cette urne doit obligatoirement être biodégradable. Cette fois, les règles sont plus strictes et contraignantes puisque, le temps que l’urne se dégrade, elle pourrait revenir vers les côtes. Il est donc obligatoire de disperser les cendres à 6 km minimum des côtes.

Autre solution : l’immersion par un plongeur. Là encore, vous devez utiliser une urne biodégradable. Cette fois, vous partez avec en bateau avec un plongeur qui va prendre en charge votre urne et l’emporter avec lui, sous l’eau, pour la déposer dans une grotte, sous une épave, etc. Il peut prendre une photo afin que vous puissiez visualiser l’endroit où l’urne a été déposée.

4 – La dispersion des cendres sur terre

Nous l’avons évoqué précédemment, la dispersion sur terre est extrêmement réglementée. Ainsi, si votre proche était un grand amateur de pêche en rivière, sachez que, malheureusement, vous ne pourrez pas disperser ses cendres dans ce lieu. De fait, la rivière est assimilée à une voie publique.

En revanche, vous avez le droit de disperser les cendres de votre proche dans une forêt qu’il affectionnait, en montagne ou dans un bois.

Notez toutefois que cela ne peut se réaliser sans autorisation. Vous devez ainsi contacter la mairie de la commune sur laquelle les cendres seront dispersées pour obtenir son accord. Vous devez envoyer un courrier comptant un certain nombre d’informations :
- vos coordonnées ;
- la date de naissance du défunt ;
- son lieu de naissance ;
- la date du décès ;
- la date de la crémation ;
- le lieu de crémation ;
- le lieu précis où vous souhaitez disperser les cendres ;
- le nom de la commune.

Vous devez également joindre une attestation de crémation à votre courrier.

5 – La dispersion des cendres dans les airs

Enfin, vous avez la possibilité de disperser les cendres de votre proche dans les airs. Concernant cette solution, les règles ne sont pas tout à fait clairement définies. Toutefois, nous savons, comme pour toute dispersion en pleine nature, qu’il n’est pas possible de faire cela en survolant une voie publique. Les cendres dispersées dans les airs doivent être lâchées au-dessus d’une forêt, de la mer ou encore de la montagne. Le choix de l’embarcation importe peu. Il peut s’agir d’un petit avion, d’un hélicoptère, d’un ULM ou même d’un drone. D’ailleurs, certaines entreprises de pompes funèbres proposent cette prestation. Ainsi, il est possible, en s’adressant à l’une d’elles, de disperser par drone, au-dessus de la baie du Mont Saint-Michel, les cendres du défunt. Là encore, la règle est simple : la dispersion doit se faire à 300 m des côtes comme pour toute dispersion en mer.

Réduisez vos factures grâce à nos conseils administratif & juridique
Merci de vous être inscrit à notre newsletter !
En m’inscrivant, j’accepte les C.G.U. et de recevoir les newsletters de Radins.com par email.