Funérailles : comment les organiser de son vivant ?

Mustapha Azzouz - publié le 12/02/2021 à 11:00

Par superstition, on hésite souvent à organiser ses funérailles de son vivant. Pourtant, c’est un moyen simple de soutenir sa famille lorsque l’on aura disparu. En effet, en préparant vos obsèques avant votre décès, vous lui épargnerez des démarches douloureuses, tout en vous assurant que vos dernières volontés auront été respectées.

L’écrit, le meilleur moyen de préparer ses obsèques

Pour organiser ses funérailles de son vivant, le meilleur réflexe à avoir est de coucher toutes ses dernières volontés sur papier. En effet, selon la loi du 15 novembre 1887, « tout majeur ou mineur émancipé, en état de tester, peut régler l’ensemble de ses funérailles, notamment en ce qui concerne le caractère civil ou religieux à leur donner et le mode de sépulture ». Cela vous assure donc que, quel que soit l’avis de vos héritiers, les dispositions mentionnées sur ce document seront respectées. Pour cela, vous devrez rédiger un document indiquant clairement vos souhaits à propos de :

La cérémonie

Si vous souhaitez une cérémonie religieuse, mentionnez-le. N’hésitez pas non plus à vous rapprocher du responsable de votre lieu de culte pour lui faire part de vos désirs avant de les inscrire sur votre document. Textes et prières lus, musique diffusée et chants entonnés : entrez dans le détail et inscrivez ce qui vous tient à cœur. De même, si vous souhaitez une cérémonie civile, vous pouvez tout à fait en fixer la teneur et le lieu. Les funérariums et crématoriums permettent généralement l’organisation d’un dernier rassemblement-hommage.

Inhumation ou crémation ?

Inhumation (enterrement) ou crémation : faites part de votre choix à votre famille. Il est également possible de choisir la crémation et d’inhumer ensuite une urne cinéraire. Si vous optez pour la crémation, pensez à préciser ce que vous souhaitez qu’il advienne de vos cendres.

Le cimetière où vous reposerez

Selon le Code général des collectivités territoriales, vous pouvez être enterré dans le cimetière :

  • de votre commune de résidence (s’il y en a plusieurs, il s’agira alors du cimetière correspondant à votre domicile ou attribué par décision municipale en fonction de la place) ;
  • de la commune où a eu lieu le décès ;
  • où se trouve le caveau familial ;
  • de la commune d’inscription aux listes électorales dans le cas d’un Français expatrié ;
  • de la commune où vous avez acheté un caveau (soumis à accord du maire).

Vous pouvez également stipuler que vous souhaitez être enterré sur votre propriété privée. Pour cela, vous devrez demander une autorisation au préfet. L’étude de votre dossier permettra de s’assurer que la propriété est bien située en dehors d’une zone urbaine et à plus de 35 mètres des habitations voisines. Un hydrogéologue agréé devra donner un avis positif garantissant l’absence de risque en matière d’hygiène publique.

La sépulture

Organiser ses funérailles de son vivant offre aussi la possibilité de choisir sa pierre tombale (forme, matière), mais aussi la police utilisée pour les inscriptions ou son épitaphe.

Préparation du corps

Il vous est également possible d’indiquer quelle sera la dernière tenue qui vous accompagnera, mais aussi les bijoux que vous souhaitez porter. Si vous désirez qu’un objet soit placé à vos côtés, précisez-le également.

Une fois que vous aurez statué sur tous ces détails, confiez votre lettre à 1 ou 2 personne(s) de confiance. Pour vous assurer que vos proches trouvent ce document, vous pouvez également laisser une copie dans votre livret de famille ou dans votre dossier bancaire qui font partie des documents recherchés en premier lieu.

La convention obsèques : la solution pour financer ses funérailles

Les frais d’obsèques représentent en moyenne 4 000 €, une somme considérable qui pourrait mettre vos héritiers dans un embarras financier. Lorsque l’on souhaite organiser ses funérailles de son vivant, il faut donc également prévoir leur financement. Pour cela, vous pourrez souscrire une convention obsèques (aussi appelée contrat d’assurance obsèques, voire contrat de prévoyance). Après avoir demandé plusieurs devis à des entreprises de pompes funèbres, vous pourrez établir le budget de vos obsèques. Vous aurez alors le choix entre deux types de contrats :

Convention obsèques en capital

Il s’agit en fait d’une assurance-vie qui vous garantira le versement à un proche d’une somme réservée à vos funérailles. Le montant de l’assurance obsèques peut également être directement versé aux pompes funèbres. Si jamais la somme prévue par la convention obsèques est supérieure au montant des funérailles, alors la société de pompes funèbres doit reverser le reliquat au bénéficiaire de second rang ou à la succession du défunt.

Convention obsèques en prestations

Ce contrat permet d’organiser ses funérailles à l’avance, mais aussi de les financer. Il contient en effet la partie assurance obsèques et un contrat de prestations funéraires. Tous les détails sont consignés dans ce document :

  • Le type de cercueil ou le modèle de l’urne,
  • Le lieu de l’enterrement,
  • Le déroulé de la cérémonie,
  • La préparation du corps.

Les dispositions prises seront sur-mesure : les formules standardisées sont en effet interdites dans ce type de contrat depuis 2013.

Si vous ne souhaitez pas souscrire une convention obsèques, sachez que vos héritiers pourront mobiliser votre épargne pour financer vos funérailles. En effet, même si vos comptes seront bloqués à votre décès afin de régler la succession, ils pourront mobiliser jusqu’à 5 000 € pour régler les frais d’obsèques. Certaines sociétés de pompes funèbres se mettent directement en relation avec les établissements bancaires pour que les héritiers n’aient aucuns frais à avancer. Lorsque cela n’est pas le cas, les héritiers peuvent obtenir le remboursement des sommes versées sur simple présentation de la facture.

Bon à savoir : assurance obsèques et assurance décès sont deux choses différentes

Pour bien organiser ses funérailles de son vivant, il ne faut pas confondre l’assurance obsèques et l’assurance décès. C’est bien la première option qui vous permettra de financer votre enterrement. La seconde garantira le versement d’un capital ou d’une pension à vos proches. Ils pourront bien évidemment utiliser tout ou partie de la somme reçue pour régler la facture de vos funérailles.

Organiser ses funérailles de son vivant n’est jamais une partie de plaisir. C’est toutefois le meilleur moyen d’avoir des obsèques qui vous correspondent. Cela vous permettra par ailleurs d’éviter d’éventuelles tensions entre vos proches et de les soulager financièrement si vous optez pour une convention obsèques.

Réduisez vos factures grâce à nos conseils administratif & juridique
Merci de vous être inscrit à notre newsletter !
En m’inscrivant, j’accepte les C.G.U. et de recevoir les newsletters de Radins.com par email.