Covid-19 : faites aussi très attention aux autres maladies

Paolo Garoscio - publié le 02/04/2020 à 08:30

C’est un effet pervers du confinement et de la pandémie mondiale du Covid-19 : les médecins s’inquiètent désormais pour les autres malades, en particulier celles et ceux qui souffrent de pathologies inguérissables ou de longue durée. Ils appellent à la vigilance et, surtout, à ne pas arrêter le suivi et le traitement.

médecin danger santé maladie consultation
Les médecins s'inquiètent de la baisse de la fréquentation des cabinets pour des maladies autres que le Covid-19.

Tous les yeux sont rivés sur le Covid-19

Avec près de 60.000 cas en France, plus de 930.000 dans le monde et un nombre de décès qui ne cesse d’augmenter, peut-on vraiment blâmer le fait que tous les yeux soient tournés vers le Covid-19 ? Non. Mais il ne faut pas oublier que si la pandémie a mis en suspens la vie et l’économie partout dans le monde, elle ne met pas en suspens les autres maladies.

De plus en plus de médecins s’inquiètent toutefois que le Covid-19 entraîne une surmortalité chez d’autres patients qui ne seraient pas atteints par le coronavirus, mais qui souffrent de maladies chroniques comme le diabète ou l’hypertension. Une crainte qui se répand : les cabinets médicaux sont de plus en plus vides, les Français ayant peur de se faire contaminer lors de leurs sorties.

Les malades ont peur de se faire soigner

Si les cabinets remarquent une baisse de leur fréquentation, la baisse aux urgences est plus inquiétante. Sur France Info, Patrick Pelloux, médecin urgentiste à Paris, tire la sonnette d’alarme : « Normalement, presque 50% de notre activité est liée aux douleurs thoraciques et abdominales. Là, on ne sait pas où sont passés ces patients… » Or, si on peut supposer qu’une partie de ces interventions ne donnent pas lieu à un diagnostic grave, la baisse drastique de ces derniers pourrait faire passer inaperçus des problèmes majeurs comme des AVC.

Et la crainte des médecins ne s’arrête pas là : les pédiatres aussi ont vu la fréquentation de leurs cabinets baisser. Pour eux, le risque est que les vaccins obligatoires et facultatifs soient reportés, ce qui pourrait faire resurgir des maladies très dangereuses pour les enfants et pour lesquelles la vaccination permet une protection efficace et une réduction drastique des risques.

À lire aussi Assurance-maladie, quelle couverture pour qui ?

Réduisez vos factures grâce à nos conseils assurances
Merci de vous être inscrit à notre newsletter !
En m’inscrivant, j’accepte les C.G.U. et de recevoir les newsletters de Radins.com par email.