L'agoraphobie désigne l'angoisse d'un individu lorsqu'il se trouve dans un lieu public ou un lieu qu'il juge être exposé à des menaces qu'il ne pourrait pas contrôler.

Qu'est-ce que l'agoraphobie ?

Le terme agoraphobie a été inventé en 1871 par Carl Westphal, un neuropsychiatre. Étymologiquement, le mot « Agora » a été utilisé par les Grecs pour désigner une place publique où ils se réunissaient pour discuter tandis que « phobie » vient du grec ancien « phobos » qui signifie peur. Par extension, l’agoraphobie est perçue au début comme étant un trouble d’angoisse lié à la peur de la foule.Mais cette phobie va bien au-delà de ce concept. L’agoraphobie désigne en fait la peur du monde extérieur, d’un lieu qui n’est pas familier, un espace public ou isolé où le phobique ne se sent pas en sécurité, où il croit ne pouvoir ni s’échapper, ni avoir aucun recours s’il advenait des crises de panique.

Comment reconnaitre un agoraphobe ?

On reconnait facilement l’agoraphobe à ses états de panique, se manifestant par des bouffées de chaleur, une difficulté respiratoire, une transpiration intense, une perte de l’équilibre, des palpitations cardiaques, voire une sensation d’étranglements. Dans des cas sévères, l’agoraphobe risque même de perdre la conscience lorsqu’il se trouve dans un environnement qu’il considère comme source de menace.Avec une sensation d’anxiété en permanence, l’agoraphobe a toujours en lui cette peur de ne pas être secourue en cas de situation critique qui survienne dans les lieux publics. Il est toujours effrayé à l’idée de vivre des drames. N’importe où, n’importe quand, tant dans un endroit clos que dans une foule immense, en hauteur ou dans une voiture, tant que l’agoraphobe n’est pas chez lui, il ne se sent jamais en sécurité. Dans des cas plus poussés, l’agoraphobe finit par se refermer sur lui-même, évitant tout contact avec le monde extérieur. Il arrive que, lorsque cette anxiété prend de l’ampleur, l’agoraphobie devienne un vrai handicap qui peut conduire à une dépression.

Comment surmonter l'agoraphobie ?

Aujourd’hui, 2% de la population mondiale, des femmes dans la plupart des cas, seraient atteintes d’agoraphobie. Il existe des moyens qui permettent d’en guérir. Les médecins prescrivent souvent des substances anxiolytiques pour atténuer les crises aiguës, mais ces substances peuvent provoquer certains effets secondaires indésirables.Pour un traitement de fond, une thérapie reste la meilleure alternative. Comme tout trouble d’anxiété, l’agoraphobie peut être traitée par le biais d’une thérapie cognitivo-comportementale. Cette approche thérapeutique est basée sur la confrontation progressive du patient à la source même de ses phobies. Vous l’aurez compris, la guérison dépendra du patient lui-même, de sa détermination à faire face à ses peurs, à les affronter. Vous pourrez commencer par vous exercer à sortir dans un petit bistro assez calme et vous laisser envahir par une de ces attaques de panique. S’exposer à vos angoisses vous permettra de mieux gérer les situations de crises, de vous y habituer, pour finir par comprendre que le monde extérieur ne présente aucune menace systématique. Le processus pourrait être lent certes, mais associé à un mode de vie sain et équilibré, c’est le moyen le plus efficace pour aider le phobique à se libérer petit à petit de ses angoisses.

Tous les guides santé - mutuelle
Réduisez vos factures grâce à nos conseils assurances
Merci de vous être inscrit à notre newsletter !
En m’inscrivant, j’accepte les C.G.U. et de recevoir les newsletters de Radins.com par email.