Réveil : pourquoi devriez-vous arrêter d'utiliser le bouton snooze ?

Florian Billaud - publié le 04/10/2019 à 14:30

Comme de nombreux Français, vous utilisez la fonction snooze de votre réveil chaque matin en pensant bien faire ? Grossière erreur ! D'après une étude britannique, cela serait néfaste pour la santé. Explications.

Qu'est-ce que la fonction snooze ?

Si vous ne connaissez pas cette fonction intégrée dans la plupart des réveils (smartphones inclus), nous allons vous l’expliquer en quelques mots. Lorsque l’utilisateur l’active au moment où son réveil sonne, celui-ci retentit à nouveau quelques minutes plus tard de manière automatique. Et cela, de manière répétée tant que la fonction n’est pas désactivée. D’où le terme « snooze », qui signifie « roupillon » !

Pourquoi le bouton snooze est-il considéré comme délétère ?

Eve Sleep, une entreprise de vente en ligne de matelas haut de gamme originaire d’outre-Atlantique, a alerté en mars 2019 sur la nocivité de cette fameuse fonction. Elle a même demandé au géant Apple de ne plus l’intégrer dans la prochaine mise à jour iOS. Pour la société britannique, aucun doute : le bouton snooze serait un facteur de stress.Afin d’appuyer cette affirmation, elle s’est entourée d’experts en neurosciences. Parmi eux, Matt Janes, scientifique spécialisé dans le stress. Sa conclusion est sans appel. Pour lui, repousser son réveil revient à multiplier les agressions de l’organisme. En effet, à chaque retentissement, ce dernier sécrète une dose de cortisol (hormone du stress) de façon à pousser la personne à se réveiller. Sans bien sûr rendre fou les individus qui s’en servent, la fonction snooze engendre donc un niveau de stress d’autant plus élevé que le nombre de sonneries est important. Sans compter qu’au lieu de dormir d’une seule traite, la personne est interrompue dans son sommeil. Celui-ci s’en retrouve automatiquement perturbé. Il est moins réparateur.

Les Français dorment de moins en moins

Selon le baromètre de Santé Publique France (SPF), les Français ont perdu 1 h à 1 h 30 de sommeil par nuit en l’espace de 50 ans. Et alors que les autorités de santé recommandent de dormir au minimum 7 h par nuit, leur temps de sommeil est passé pour la première fois sous ce seuil, d’après le baromètre établi en mars 2019.À noter : comment expliquer ce phénomène ?Les causes d’un manque de sommeil peuvent être multiples. Si les écrans, omniprésents, sont pointés du doigt à juste titre, les nuits courtes peuvent aussi être engendrées par un emploi exigeant (horaires décalés, heures supplémentaires...), des obligations familiales lourdes, etc.Aujourd’hui, nous vivons à cent à l’heure et avons tendance à négliger notre sommeil, au détriment de notre santé. Même si vous pensez gagner quelques précieuses minutes dans les bras de Morphée chaque matin, bannissez une fois pour toutes la fonction snooze (ou évitez de programmer plusieurs réveils, car le résultat est le même) ! Vous vous sentirez bien moins stressé et serez davantage reposé. Rappelez-vous, le sommeil est vital... De sa qualité et de sa durée dépendent vos performances aussi bien physiques qu’intellectuelles.

Tous les guides santé - mutuelle
Réduisez vos factures grâce à nos conseils assurances
Merci de vous être inscrit à notre newsletter !
En m’inscrivant, j’accepte les C.G.U. et de recevoir les newsletters de Radins.com par email.