La Bourse au plus bas, les Français profitent de l'aubaine

Anton Kunin - publié le 29/04/2020 à 13:00

Quel meilleur moment pour acheter des actions qu’une chute momentanée du marché ? Manifestement, les Français ont senti le filon : sur les six semaines de baisse, 580.000 de nos compatriotes ont choisi de se positionner sur des titres de sociétés tricolores.

Bourse
Le SBF 120 a progressé de 22,5% depuis son plus bas enregistrée le 18 mars 2020.

580.000 Français ont profité de la chute du marché pour acheter des actions

Si le Covid-19 peut être synonyme de bonnes nouvelles, l’investissement en actions est certainement l’un des rares domaines où ce virus a pu avoir un effet positif. Entre le 20 février et le 18 mars 2020, le SBF 120 (l’indice qui regroupe les actions des 120 plus grandes sociétés françaises) a chuté de 38,5%. Après avoir évolué dans un état que beaucoup d’observateurs qualifiaient de surchauffe, le marché est donc revenu à des valorisations saines, qui reflètent plus fidèlement la santé économique réelle de nos entreprises. Dans cette situation, quoi de mieux que d’acheter des actions de qualité à des prix raisonnables?

Manifestement, bon nombre d’épargnants n’avaient pas besoin qu’on le leur dise deux fois : d’après un bilan publié par l’Autorité des marchés financiers (AMF), en 6 semaines, entre le 24 février et le 3 avril 2020, 580.000 particuliers ont acheté des actions du SBF120. C’est un nombre significatif pour le marché français dans la mesure où en deux ans (2018 et 2019), le nombre de particuliers ayant acheté des actions du SBF120 était de seulement 1.100.000.

Des investisseurs plus jeunes et à plus faible capital

Plus encourageant encore, parmi ces 580.000 épargnants, 150.000 ont acheté des actions du SBF 120 pour la première fois. Ces « nouveaux » investisseurs présents majoritairement entre le 9 et le 27 mars ont donc représenté 27% des particuliers acheteurs d’actions. Ils ont également représenté jusqu’à 20% des montants investis en actions par des particuliers sur cette période.

Pour dresser un rapide portrait-robot de ces personnes, elles sont plus jeunes que les investisseurs « habituels » et ont placé des montants moins importants. Chez les courtiers en ligne, l’âge médian de ces nouveaux épargnants est de 36 ans, contre 49 pour leurs clients « habituels ». S’agissant des montants, ils ont acheté des actions pour 2.000 euros en moyenne, alors que d’habitude leurs clients placent 4.500 euros en moyenne. Enfin, ils ont acheté 2,8 titres différents en moyenne, contre 3,5 pour les investisseurs « habituels ».

À lire aussi : Les règles de base à connaître avant de placer en Bourse

Réduisez vos factures grâce à nos conseils banque
Merci de vous être inscrit à notre newsletter !
En m’inscrivant, j’accepte les C.G.U. et de recevoir les newsletters de Radins.com par email.