L'assurance-vie : une bonne solution pour votre retraite ?

La rédaction - publié le 03/09/2019 à 14:30

Il est légitime d'éprouver quelques inquiétudes quant au sort des régimes de retraite par répartition au cours des trente prochaines années ! Pour vous ménager un avenir plus serein et une retraite plus confortable, l'assurance-vie constitue sans doute l'un des meilleurs instruments d'épargne à votre disposition.

L'assurance-vie : une épargne long terme diversifiée...

Le principe de base de l’assurance-vie est d’une absolue simplicité : l’épargnant ouvre un contrat auprès de l’assureur ou de la banque de son choix, et y verse ensuite des montants libres, au rythme qu’il souhaite.L’argent épargné peut être placé sur des fonds « en euros », qui sont principalement investis dans des obligations d’État et proposent donc une garantie du capital et un rendement fixe, certes assez faible (entre 2 et 2,5% en 2014 selon les fonds). D’autres fonds en « unités de compte » vous permettent d’investir dans des supports plus dynamiques et rémunérateurs (OPCVM, SICAV, FCP...), mais cette fois avec un risque de perte en capital.Pour une épargne retraite, l’idéal consiste à choisir un contrat multisupport, proposant les deux types de fonds, puis à investir une partie plus importante en unités de compte au début de la vie du contrat, avant d’inverser progressivement la proportion par des arbitrages successifs en faveur des fonds en euros.

...et idéale pour un complément de retraite !

Une fois parvenue à maturité au bout de huit ans, une assurance-vie peut vous procurer un complément de revenu de plusieurs façons. Vous pouvez choisir, tout d’abord, de vider l’intégralité du contrat pour récupérer votre capital, majoré des plus-values. Mais une meilleure solution consiste à effectuer chaque année des rachats (retraits) partiels et défiscalisés, ce qui vous permettra de générer un complément régulier de revenu.La dernière solution (plus rare) consiste à renoncer à votre capital en échange d’une rente viagère qui vous sera versée à vie par votre assureur. Cette option présente l’avantage de la simplicité et de la sécurité, mais vous empêchera de transmettre cette partie de votre patrimoine à vos descendants.

Rente viagère en assurance-vie : comment ça marche ?

Le montant de votre rente viagère, si vous faites ce choix, va dépendre de plusieurs facteurs, dont le montant total épargné dans votre contrat et votre âge au début du versement de la rente. Afin de déterminer le « taux de conversion » du capital en rente, l’assureur utilise notamment les tables de mortalité éditées par l’Insee pour évaluer la durée probable au cours de laquelle la rente vous sera versée.

Une fiscalité très avantageuse

Huit ans après l’ouverture du contrat, la fiscalité applicable à un rachat partiel ou total devient très intéressante. Les plus-values ne seront plus imposées qu’à un taux forfaitaire de 7,5% (contre 35% avant quatre ans, ou 15% entre quatre et huit ans), et ce seulement après un abattement de 4.600 euros pour une personne seule et 9.200 euros pour un couple. De ce fait, il est possible pour un retraité prévoyant de bénéficier d’un complément de revenu important sans payer un centime d’impôt en plus.La rente viagère est légèrement moins favorable : la proportion imposable sera plus ou moins importante en fonction de votre âge au début de la rente (30% après 70 ans).L’assurance-vie est le support parfait pour bénéficier d’un bon complément de revenu à l’approche de la retraite. Elle permet ensuite, en plus, de transmettre des sommes importantes à vos héritiers en franchise d’impôt.Les points-clés à retenir

  • L’assurance-vie peut être orientée vers une épargne sécurisée ou beaucoup plus souple.
  • Après huit ans, vous pourrez en tirer un revenu via des rachats ou une transformation en rente.
  • Elle permet d’améliorer l’ordinaire pendant la retraite, avec un frottement fiscal minime.

Retraite : pourquoi ça coince ?

Tous les guides epargne
Réduisez vos factures grâce à nos conseils banque
Merci de vous être inscrit à notre newsletter !
En m’inscrivant, j’accepte les C.G.U. et de recevoir les newsletters de Radins.com par email.