Assurance-vie : ce qu’il faut faire avant 70 ans

Florian Billaud - publié le 03/09/2019 à 14:30

Malgré un taux de rendement généralement inférieur à 2 % net par an, l’assurance-vie reste le placement favori des Français. Ce type d’épargne est surtout choisi pour son régime fiscal favorable. Afin de profiter pleinement de ses avantages fiscaux, mieux vaut toutefois ouvrir un contrat d’assurance-vie et y effectuer des versements avant l’âge de 70 ans, pour plusieurs raisons.

Assurance-vie : profiter des dispositifs fiscaux en vigueur avant 70 ans

En matière de succession, la fiscalité de l’assurance-vie est plus avantageuse lorsque les versements sont effectués par le souscripteur avant son soixante-dixième anniversaire. En cas de décès de ce dernier, chaque bénéficiaire désigné au contrat peut percevoir jusqu’à 152 000 euros exonérés du droit de succession. Au-delà de ce montant, les capitaux sont soumis à un taux forfaitaire de 20% jusqu’à 700 000 euros, et de 31,25% au-delà de ce seuil.

Assurance-vie : que se passe-t-il après 70 ans ?

Lorsque le souscripteur atteint le cap des 70 ans, les sommes versées par la suite sur son compte d’assurance-vie ne sont pas soumises à la même fiscalité en cas de décès. Les primes intégrées à la succession font l’objet d’un abattement maximal de 30 500 euros. Cette somme est à partager entre tous les bénéficiaires, et ce quel que soit le nombre de contrats.Bon à savoir : le rachat partielEn cas de rachat partiel des primes versées après les 70 ans du souscripteur, la fraction n’est pas déduite des droits de succession. Si le contrat d’assurance-vie est clôturé après 70 ans, la totalité des primes reçues par le souscripteur n’est pas soumise au régime successoral de l’assurance-vie.

Que faut-il faire de son assurance-vie après 70 ans ?

Le titulaire d’un contrat d’assurance-vie qui désire effectuer des versements après 70 ans a tout intérêt à ouvrir un nouveau contrat pour l’alimenter. Afin de minimiser les risques et de préserver le patrimoine financier, il peut être judicieux d’ouvrir un nouveau contrat en unités de compte.Il faut savoir que les plus-values réalisées dans ce cas sont totalement exonérées d’impôts. Seules les primes versées sur ce type de contrat après l’âge de 70 ans supportent la taxation après abattement de 30 500 euros. Pour exemple, un versement de 200 000 euros effectué sur un contrat en unités de compte après 70 ans représente une part taxable de 169 500 euros (200 000 – 30 500). Si, au décès du souscripteur, le capital est de 210 000 euros, la plus-value (de 10 000 euros dans cet exemple) est exonérée de droits de succession.

Les avantages de l'assurance-vie

Sa fiscalité est réduite pour les rachats de contrats de plus de 8 ans. Enfin, c’est un excellent instrument financier qui permet de transmettre son capital en profitant d’avantages fiscaux, plus particulièrement lorsque les versements sont effectués avant les 70 ans du souscripteur.Pour souscrire une assurance-vie, vous pouvez vous adresser à votre banque ou à votre compagnie d’assurance. N’hésitez pas à comparer les offres afin de choisir le placement le plus intéressant pour vous comme pour les bénéficiaires, mais aussi de privilégier les contrats flexibles, car la vie peut nous réserver des surprises.L’assurance-vie est certainement parmi les meilleurs placements à l’heure actuelle. Son rendement est assez intéressant lorsqu’on le compare avec celui des livrets d’épargne. D’autre part, les sommes placées restent disponibles à tout moment.

Réduisez vos factures grâce à nos conseils banque
Merci de vous être inscrit à notre newsletter !
En m’inscrivant, j’accepte les C.G.U. et de recevoir les newsletters de Radins.com par email.