Indépendants : pourquoi et comment ouvrir un compte professionnel ?

Mustapha Azzouz - publié le 14/10/2020 à 15:00

Lancer son entreprise entraîne de nombreuses démarches. Une fois tous ces tracas administratifs derrière vous, vous pourrez sereinement encaisser vos premières factures et, pour cela, vous aurez besoin d’un compte dédié. Vous êtes indépendant ? Voici toutes les explications pour savoir pourquoi et comment ouvrir un compte professionnel.

Indépendants : qui doit ouvrir un compte professionnel ?

Cela va peut-être vous surprendre, mais tous les indépendants ne sont pas obligés d’ouvrir un compte professionnel. En effet, seules les sociétés à capital social sont concernées, c’est-à-dire :

  • EURL (Entreprise Unipersonnelle à Responsabilité Limitée) ;
  • SA (Société Anonyme) ;
  • SARL (Société à responsabilité Limitée) ;
  • SAS (Société par Actions Simplifiée) ;
  • SNC (Société en Nom Collectif).

Pour ces structures, ouvrir un compte professionnel est une étape indispensable au lancement de leur activité. En effet, c’est sur ce compte qu’elles devront effectuer leur dépôt légal du capital social. C’est une étape obligatoire pour obtenir un certificat de dépôt de fonds auprès d’une banque et faire immatriculer une entreprise au registre du commerce et des sociétés.

Outre cette obligation légale, l’ouverture d’un compte professionnel présente de nombreux avantages. C’est tout d’abord le meilleur moyen de séparer les dépenses et entrées d’argent personnelles des professionnelles. Cela s’avèrera essentiel pour votre comptabilité, mais aussi en cas de contrôle fiscal ! Cela vous permettra également de désigner des mandataires ou co-titulaires qui pourront être différents que pour votre compte privé. Enfin, les comptes professionnels sont souvent assortis de services spécifiques aux entreprises comme, par exemple, un guichet réservé pour des dépôts en liquide rapides.

Bon à savoir : que dit la loi pour les microentrepreneurs ?

Bien qu’indépendants, les personnes optant pour le régime EIRL (Entrepreneur Individuel à Responsabilité Limitée) et les microentrepreneurs n’ont pas l’obligation d’ouvrir un compte professionnel. En effet, s’il leur est demandé de posséder un compte distinct pour leurs activités professionnelles, ils peuvent opter pour un compte courant classique. Par ailleurs, si le chiffre d’affaires annuel d’un EIRL reste inférieur à 10 000 € pendant 2 ans, il n’a même pas à créer de compte séparé (loi PACTE du 22 mai 2019).

Compte professionnel : quel coût pour quel service ?

Ne pas être obligé d’ouvrir un compte professionnel est un bel avantage. En effet, pour les sociétés à capital social, la gestion d’un compte réservé à leur entreprise leur coûtera quelques centaines d’euros par an. Le prix varie selon les banques, mais pour pouvoir bénéficier des services de base d’un compte professionnel (carte bancaire, chéquier et outil de gestion en ligne), la facture avoisine souvent les 500 € annuels. Plus le chiffre d’affaires et le nombre de services augmentent, plus les frais de gestion sont élevés.

Un bon moyen de faire des économies sur l’ouverture d’un compte professionnel pour les indépendants est de se tourner vers les banques en ligne ou les néobanques. En effet, comme pour les particuliers, ces établissements présentent des prix très compétitifs sur leurs services. Les offres débutent aux alentours de 10 € mensuels (Qonto, Anytime, Boursorama Banque ou encore Bunq) et donnent accès à une carte bancaire Visa ou Mastercard et plusieurs virements et prélèvements SEPA gratuits chaque mois. N26 propose même un compte business gratuit.

Pour réduire la facture, vous pourriez être tenté de fermer votre compte professionnel juste après l’enregistrement de votre entreprise au Registre du Commerce et des Sociétés. C’est légal, mais cela vous expose à de nombreuses déconvenues. Vos opérations professionnelles ne pourront en effet plus être différenciées des transactions que vous effectuez dans le cadre personnel. Rien n’empêchera donc le fisc de considérer ces sommes comme des salaires.

Et le crédit dans tout cela ?

Pour parer à quelques périodes difficiles ou en cas de retard de paiements des clients, il peut être intéressant pour les indépendants d’ouvrir un compte professionnel leur permettant de disposer d’un découvert. Cependant, c’est typiquement l’un des services qui peut faire augmenter les frais de gestion de votre compte.

Par ailleurs, si les établissements classiques et banques en ligne proposent des crédits de trésorerie adaptés au chiffre d’affaires de votre société, ce n’est pas le cas de toutes les néobanques. En effet, la plupart sont considérées comme des établissements de paiement et n’ont donc pas la possibilité de mettre en place un système de découvert ou de crédit. Elles ont toutefois des partenariats avec des sociétés d’affacturage. Ces dernières pourront vous verser l’argent que vos clients ne vous ont pas attribué et vous n’aurez plus qu’à les rembourser une fois que vous aurez récupéré votre dû. Vous devrez également leur verser une commission pour la somme prêtée.

Comment ouvrir un compte professionnel ?

Les indépendants qui souhaitent ouvrir un compte professionnel dans une banque traditionnelle devront prendre rendez-vous avec un conseiller, et se présenter munis des pièces justificatives suivantes :

  • Pièce d’identité (carte d’identité ou passeport) ;
  • Un justificatif de domicile de moins de 3 mois ;
  • Une copie du bail de votre local professionnel le cas échéant ;
  • Le projet de statut.

Si vous optez pour une banque en ligne, il vous faudra scanner et envoyer ces documents.

Une fois que votre banque aura accepté votre ouverture de compte professionnel, vous pourrez verser les fonds exigés par les statuts de votre société. Les fonds sont bloqués et un compte temporaire est créé. Après avoir fait immatriculer votre société, vous pourrez demander un extrait Kbis qu’il faudra transmettre à votre banque. Votre compte professionnel définitif sera alors ouvert et vos fonds débloqués.

Bon à savoir : quelles sont les obligations de la banque ?

Une banque n’a aucune obligation d’accepter l’ouverture d’un compte professionnel. Elle n’est d’ailleurs même pas obligée de motiver son refus. Si cela vous arrive, vous devez contacter la Banque de France et engager une procédure du droit au compte. Une banque sera alors désignée par l’établissement central et elle aura l’obligation d’ouvrir votre compte professionnel.

Ouvrir un compte professionnel n’est pas obligatoire pour les indépendants. Cependant, disposer de deux comptes distincts pour séparer vos transactions professionnelles et personnelles est, la plupart du temps, exigé par la loi. Cela vous simplifiera la vie, mais, si votre statut vous permet d’éviter cette dépense supplémentaire, n’hésitez pas à faire l’impasse !

Tous les guides banque
Réduisez vos factures grâce à nos conseils finances
Merci de vous être inscrit à notre newsletter !
En m’inscrivant, j’accepte les C.G.U. et de recevoir les newsletters de Radins.com par email.