11 conseils pour réussir son rachat de crédit

La rédaction - publié le 03/09/2019 à 14:30

Vous désirez opter pour la solution du rachat de crédit afin d'insuffler un peu d'air à votre budget ? Voici quelques conseils pour sélectionner la meilleure offre de rachat de crédit et éviter d'éventuelles mauvaises surprises. Mettez tous les atouts de votre côté pour réussir votre rachat !

Solliciter plusieurs organismes de rachat

Différents organismes peuvent vous proposer le rachat de crédit. Parmi eux : des établissements bancaires, des courtiers, des sociétés spécialisés en ligne ou encore des assureurs. Veillez à comparer les meilleures offres du marché. Pour négocier les meilleures conditions de rachat de votre prêt immobilier seul, vous pouvez vous adresser à une ou deux banques en plus de la vôtre ainsi qu’à un comparateur en ligne reconnu. Vous avez décidé de faire appel à un courtier ? Sachez que la profession d’intermédiaire en opérations de banques (IOB) est strictement règlementée. Le courtier a obligatoirement mission de conseil et doit vous proposer le montant le plus approprié pour votre opération de renégociation de crédits. Vérifiez que votre interlocuteur est fiable et dispose d’une bonne réputation (bouche à oreille).

Etudier de près la durée écoulée des crédits en cours

Le rachat de prêt n’est pas toujours une alternative intéressante. En effet, si cette renégociation est effectuée après la moitié de la durée écoulée du ou des prêt(s), elle ne sera probablement pas rentable. Par exemple, pour un prêt immobilier sur 15 ans, le rachat ne sera intéressant que jusqu’à une durée de 7 ans. Au-delà, le total des mensualités ne sera pas suffisant pour couvrir les frais associés et pénalités dus au rachat.

Observer le différentiel de taux

Sachez que le rachat de crédit ne sera rentable si la différence entre le taux actuel et le taux proposé est supérieure ou égale à 1.2 point. A défaut, le jeu n’en vaut sans doute pas la chandelle. Pour vous donner une idée précise des taux pratiqués à l’instant T dans la profession, consultez les baromètres des taux ! Ainsi vous saurez immédiatement si votre interlocuteur vous fait une proposition adaptée ou non.

Taux, mensualités... aller au-delà des chiffres

Via le rachat de crédit, les mensualités et les taux réduits annoncés sont particulièrement alléchants... mais attention à ne pas vous focaliser uniquement sur ces chiffres. En effet, le point essentiel à étudier reste le coût total du crédit. A vous de voir si les solutions proposées sont réellement intéressantes, compte tenu de leur prix réel sur la durée !

Le montant des frais

Pénalités de remboursement anticipé, frais de dossier, frais de courtage ou de garantie... Au final, le montant des frais peut atteindre des sommets. Attention à ce que ces frais ne soient pas plus importants que l’économie réalisée en abaissant votre taux. Toutes les offres de rachat de crédit ne sont pas rentables !

Le coût de l'assurance

L’assurance de votre nouveau crédit peut vous coûter plus cher que celle du précédent, du fait que vous soyez plus âgé qu’au moment de la première souscription. Toutefois, sachez que vous pouvez négocier le prix de votre assurance, en faisant jouer la concurrence. Si vous faites racheter vos crédits par une banque, elle vous proposera très certainement l’assurance groupe. Si elle est trop chère ou ne vous apporte pas le niveau de couverture suffisant, vous avez désormais droit d’avoir recours à la délégation d’assurance. Privilégiez toujours le meilleur rapport couverture/prix offert !

Coûts : ils doivent être mentionnés par écrit !

Dès le premier rendez-vous, veillez à demander quels seront les frais induits par l’opération de rachat. Votre interlocuteur doit être clair sur la question. Vous avez parfaitement le droit de demander à ce qu’il vous indique les différents frais par écrit. Si votre interlocuteur vous annonce qu’il n’y aura aucun frais et coût : c’est très mauvais signe ! Le tout gratuit est impossible pour ce type d’opération. Exigez de la transparence de la part des organismes avec lesquels vous traitez. Vos interlocuteurs doivent toujours répondre clairement à vos questions. Si vous êtes face à des personnes qui vous donnent des réponses évasives ou qui ne vous écoutent pas : fuyez !

Ne confiez pas vos documents originaux

Bulletins de salaire, avis d’imposition, relevés bancaires, tableaux d’amortissements... attention, ne transmettez jamais les originaux des différents documents demandés. Car la personne à qui vous les aurez confiés peut les conserver plus longtemps que prévu et vous empêcher ainsi de faire appel à un concurrent ! Veillez toujours à remettre les copies de ces documents importants.

Documents à fournir : soyez minutieux

Veillez à réunir tous les documents demandés sans exception le plus rapidement possible pour que l’établissement avec lequel vous êtes en contact traite votre demande dans les plus brefs délais. Soyez réactif : si votre interlocuteur vous pose des questions ou vous demande des documents supplémentaires, jouez le jeu !

Ne rien verser avant validation de l'opération

La loi est du côté des emprunteurs ! Elle oblige en effet les organismes de rachat de crédit à une obligation de résultat. Autrement dit, aucun versement à l’organisme de rachat n’est exigible tant que le nouveau prêt n’est pas débloqué, qu’il s’agisse d’un forfait de courtage ou d’éventuels frais de dossier? Les études restent toujours gratuites et sans engagement !

Contre-proposition : attention

Vous êtes sur le point de signer un rachat de crédit et votre banque vous fait une contre-proposition ? Attention, avant d’accepter, vérifiez bien qu’il ne s’agit pas d’un rachat à taux variable. Souvent, les banques ont recours à cette alternative afin de rester concurrentielles. Certes, en restant dans votre banque, il ne sera pas nécessaire de changer votre domiciliation bancaire... mais à quel prix !

Tous les guides crédit
Réduisez vos factures grâce à nos conseils finances
Merci de vous être inscrit à notre newsletter !
En m’inscrivant, j’accepte les C.G.U. et de recevoir les newsletters de Radins.com par email.