Divorce : le rachat de crédits pour limiter les dégâts

La rédaction - publié le 03/09/2019 à 14:30

En plus d'être une expérience difficile et stressante, un divorce a également un impact sur l'équilibre budgétaire de chacun des conjoints. Séparation, partage des biens, baisse de revenus sont des conséquences parfois lourdes à assumer pour l'un ou l'autre, voire les deux. Le rachat de crédits est une solution permettant de limiter l'impact financier du divorce.

Les conséquences financières du divorce

Quel que soit le type de divorce – par consentement mutuel, pour faute, par acceptation du principe de rupture du mariage ou par altération définitive du lien conjugal –, une opération de liquidation par acte notarié entraînera une répartition des dettes entre les ex-conjoints. De plus, hormis le cas du consentement mutuel, le divorce sera prononcé par un juge qui aura précédemment pris des mesures conservatoires par rapport à :- La jouissance du logement ;- Le paiement des dettes ;- Le versement d’une pension alimentaire ;- L’inventaire des biens mobiliers.Par ailleurs, après le prononcé du divorce, l’un des ex-conjoints risque de se voir obligé de verser une prestation compensatoire si le divorce entraîne une baisse de revenus importante pour l’une des deux parties, sans oublier les honoraires de l’avocat.Bon à savoir :Si l’un des deux conjoints souhaite conserver un bien immobilier acquis en commun, il devra également verser une soulte à l’autre conjoint pour rétablir l’équilibre budgétaire.En clair, tout divorce entraîne naturellement une baisse de revenus pour chacun des conjoints et risque de provoquer des situations difficiles.

Les dettes en commun

Sachez que tant que le divorce n’est pas prononcé, le couple en instance de divorce reste solidaire de tous les prêts contractés en commun. Cela signifie qu’en cas de défaut de paiement de l’un des conjoints, l’organisme de crédit sollicitera l’autre conjoint pour honorer la dette. Ce n’est qu’au moment du jugement que le juge statuera sur la répartition de ces dettes en commun. Il pourra éventuellement les attribuer à l’un des deux conjoints, en cas de différence notable de salaire.

En cas de divorce, le rachat de crédits est une solution pour réduire l'endettement

Baisse de revenus, répartition des biens, versement de prestations et autres frais annexes, les conséquences financières d’un divorce sont souvent très difficiles à supporter. L’un des ex-conjoints ou parfois les deux peuvent se retrouver du jour au lendemain dans une situation insurmontable causée par un équilibre budgétaire fortement altéré. Le regroupement de crédits permet de résoudre ce déséquilibre grâce à un allégement des mensualités de plus de la moitié. Le rachat de crédit permet au conjoint redevable de restructurer son budget en intégrant à ses mensualités :- Les crédits en cours ;- Les pensions alimentaires ou prestations compensatoires ;- Les découverts bancaires ;- Le montant de la soulte en cas de conservation du bien immobilier.Découvrez de combien vous pouvez réduire les mensualités de votre crédit avec le rachat de crédits : FAIRE LA SIMULATIONBon à savoir :La demande de rachat de crédits ne peut être étudiée par l’organisme de crédit qu’une fois le jugement de divorce prononcé, notamment en fonction de la répartition des biens et des dettes.Les difficultés financières provoquées par le divorce peuvent être compensées grâce au rachat de crédits. En réduisant le montant de ses mensualités, le conjoint divorcé pourra plus facilement faire face à ses nouvelles obligations malgré une baisse de revenus parfois conséquente si les deux conjoints exerçaient un emploi avant le divorce. Une solution pour mettre définitivement fin à la communauté.

Tous les guides crédit
Réduisez vos factures grâce à nos conseils finances
Merci de vous être inscrit à notre newsletter !
En m’inscrivant, j’accepte les C.G.U. et de recevoir les newsletters de Radins.com par email.