Arnaque : les épargnants victimes d’usurpation d’identité

Nicolas Boutin - publié le 04/03/2021 à 10:00

De nombreuses arnaques liées à des usurpations d’identités ont été relevées par le gendarme de la finance et les professionnels du secteur qui lancent l’alerte auprès des épargnants.

Arnaque
Ces arnaques occasionnent une perte moyenne de 45.000 € par épargnant lésé.

Des pertes de plusieurs dizaines de milliers d’euros

Les escroqueries sur les épargnants ont bondi en 2020, souligne l’Autorité des marchés financiers (AMF). Si la technique est bien connue, les arnaqueurs ont affiné leur méthode et n’hésitent plus à usurper l’identité d’acteurs autorisés à exercer par le gendarme de la finance. Des pertes moyennes estimées à 45.000€ par épargnant lésé.

Dans son communiqué publié le 3 mars, l’AMF révèle que « 44% des montants déclarés perdus par les épargnants en 2020 » seraient le fruit de signalements d’arnaques financières liées à des usurpations. Des sommes quasiment impossibles à récupérer, une fois que la victime a opéré un virement au profit de l’escroc.

Une nouvelle technique d’abus de confiance

Ce « fléau » concernerait des arnaques portant sur « des SCPI ou des placements dans des parkings d’aéroport ». Les escrocs reproduisent, presque à l’identique, un site internet ou un contrat, des logos, un numéro d’agrément ou d’autorisation d’organismes agréés par l’AMF. Une manière de « rendre crédible leurs offres frauduleuses ». Seule une lettre est modifiée, ce qui permet de passer le plus inaperçu et fournissent un formulaire en ligne sur lequel les escrocs collectaient les informations personnelles des victimes.

Une fois les données récoltées, les arnaqueurs appellent leur victime en « les pressant de se décider pour conclure cet investissement », précise les professionnels du secteur. C’est alors que, rassurées, les victimes entreprennent un ou plusieurs virements. L’AMF et les organisations cosignataires du communiqué appellent donc « à la plus grande vigilance ». Vérifiez scrupuleusement l’identité de votre interlocuteur, consultez la liste noire de l’AMF, contactez la société qui vous a contacté, ne cédez pas à l’urgence ou aux pressions de l’interlocuteur et ne communiquez pas de données personnelles via ces formulaires.

À lire aussi Comment se protéger des usurpations d'identité ?

Réduisez vos factures grâce à nos conseils finances
Merci de vous être inscrit à notre newsletter !
En m’inscrivant, j’accepte les C.G.U. et de recevoir les newsletters de Radins.com par email.