La classe moyenne n’aime plus l’assurance-vie

Paolo Garoscio - publié le 10/08/2020 à 08:00

Après avoir remplacé, dans le coeur des épargnants français, le Livret A et le LDDS, jadis « livrets d’épargne préférés des Français », l’assurance-vie ne semble plus leur convenir. La faute ? À la prise de risque qui est promue par les assureurs.

assurance-vie épargne placement argent risque
Les Français n'aiment plus les assurances-vie.

Les classes moyennes investissent moins en assurance-vie

Selon une enquête du cabinet Facts&Figures relayée par le journal Les Echos, la quantité d’argent que les classes moyennes ont investi dans des contrats d’assurance-vie est en baisse. En 2012, au plus haut de ce produit d’épargne, 55% de l’encours était détenu par les classes moyennes, contre 48% aujourd’hui. Soit, en 2019 selon le cabinet, un peu moins de 900 milliards d’euros sur les 1.800 que pèse le marché.

La différence fondamentale entre 2012 et 2019 est… le taux de rendement des contrats dits « en fonds euros », ceux qui ne présentent que très peu de risques mais qui rapportent également moins que ceux dits « en Unités de Compte ». En 2012, le rendement dépassait allègrement les 2%, atteignant même 3 ou 4% pour certains contrats. Aujourd’hui, le rendement est proche voire inférieur à 1%… soit moins que l’inflation.

Les Français moyens ne veulent pas prendre de risques

Afin d’augmenter leur rentabilité, les assureurs ont donc, et ce depuis quelques années, tendance à pousser les épargnants pour qu’ils investissent en unités de compte. Sauf que ces contrats, s’ils sont plus rentables, n’ont pas de garantie en capital : une partie de l’argent peut être perdue, ce qui n’est pas le cas pour les fonds euro ou pour les livrets d’épargne classiques proposés par les banques. Or, les classes moyennes sont réticentes au risque.

Résultat : ce sont désormais surtout les Français aisés, en mesure de prendre des risques sur une partie de leur patrimoine et leur capital, qui optent pour des contrats d’assurance-vie pour leur épargne. Pour les Français moyens, il reste les livrets défiscalisés au rendement minime (0,50%) et quelques contrats aux gains similaires.

Vous aimerez aussi Les délais de versement de l'assurance-vie en cas de décès

Réduisez vos factures grâce à nos conseils finances
Merci de vous être inscrit à notre newsletter !
En m’inscrivant, j’accepte les C.G.U. et de recevoir les newsletters de Radins.com par email.