Les Français préfèrent emprunter plutôt qu'utiliser leur épargne

Nicolas Boutin - publié le 20/10/2020 à 14:00

Effet de la crise ? Face à l’incertitude de la conjoncture économique, de nombreux Français se tournent vers les crédits à la consommation, préférant laisser son épargne à l'abris.

consommation
En août 2020, près d’un Français sur deux envisageait de souscrire un crédit à la consommation pour ne pas dépenser son épargne.

Payer en trois ou quatre fois

Le gouvernement encourage les Français à dépenser leur épargne. Mais peine perdue. Selon une étude du CSA Research pour Cofidis, près d’un Français sur deux (48%) envisageait, en août 2020 de souscrire un crédit à la consommation pour ne pas avoir à puiser dans son épargne. Un phénomène qui s’est accentué depuis le confinement, puisque ce taux était de 14 points en-dessous en février 2020.

En août dernier, 25% des Français envisageaient un paiement en trois ou quatre fois, soit une augmentation de six points par rapport à 2019. Un mode de paiement qui a trouvé un certain succès pendant le confinement, puisque sur la période de mars-avril 2020, il a augmenté de 25% chez Cofidis par rapport à l’année précédente.

Une épargne privilégiée

Les Français préfèrent donc rester prudents. Une personne interrogée sur 5 (19%) envisageait le crédit à la consommation en prévision d’une baisse du pouvoir d’achat. Un emprunt permettant de financer des projets sur du moyen, voire court terme, qui retrouve à chaque période de crise de l’attractivité auprès des ménages.

L’épargne a été particulièrement privilégiée par les Français durant le confinement. Selon la Banque de France, 85,6 milliards d’euros ont été déposés par les ménages, entre mars et juillet 2020, dont 25,1 milliards d’euros rien qu’en avril. En août 2020, les dépôts nets sur les livrets A ont atteint 24,5 milliards d’euros.

À lire aussi Comment épargner avec un petit salaire ?

Réduisez vos factures grâce à nos conseils finances
Merci de vous être inscrit à notre newsletter !
En m’inscrivant, j’accepte les C.G.U. et de recevoir les newsletters de Radins.com par email.