PEL : pour la Banque de France, ils rapportent trop aux épargnants

Nicolas Boutin - publié le 28/10/2020 à 14:00

Alors que les finances publiques sont au plus mal et que les parlementaires français débattent du budget pour 2021, la Banque de France met en garde, dans son dernier rapport, contre le coût excessif des Plans d’épargne logement, notamment ceux ouverts avant 2011. Leur surcoût s’élèverait à près de 8 milliards d’euros, autant de fonds qui pourraient être injectés dans l’économie. 

PEL
Le taux moyen des PEL s’élève actuellement à 3,13 %.

Un manque à gagner pour l'économie

Dans son rapport, la Banque de France fait état d’un taux moyen des PEL s’élevant à 3,13%, le taux d’intérêt étant pondéré par l’encours, chiffré à 284,3 milliards d’euros en août 2020. Les nouveaux PEL (souscrits après 2016) ont, eux, un taux de 1%, qui devrait être revu à la baisse et ramené à 0,3%. Néanmoins, en appliquant un taux plus bas, entre 1% et 0,3%, à l’ensemble des PEL, ce sont entre six et huit milliards d’euros qui pourraient être libérés et injectés dans l’économie française. 

Dans le viseur de la Banque de France, les PEL souscrits avant 2011. Ces plans, au nombre de 3,7 millions, présentent une rémunération moyenne de 4,44%, et ne sont pas concernés par la réforme de 2011, qui permet la révision annuelle de la rémunération des plans. Le rapport indique que l’abaissement du taux moyen de ces plans à celui de 2016, c’est-à-dire 1%, permettrait à l’économie de gagner environ quatre milliards d’euros. 

Une menace pour l'économie ?

Selon le gouverneur de la banque centrale, François Villeroy de Galhau, le coût de ces PEL au taux trop élevé est préoccupant car il « accroît le coût des ressources disponibles pour le financement de l’économie par les établissements bancaires », et impacte le financement de l’économie française.

Produit de financement très prisé par les Français il y a une dizaine d’années, devenu aujourd’hui un véritable placement, le PEL semble donc être devenu une réelle menace pour l’économie française, d'après la Banque de France, qui interpelle le législateur à ce sujet, soulignant que lui seul peut s’en emparer. 

À lire aussi Epargne : comment placer son argent

Réduisez vos factures grâce à nos conseils finances
Merci de vous être inscrit à notre newsletter !
En m’inscrivant, j’accepte les C.G.U. et de recevoir les newsletters de Radins.com par email.