Réussir son placement assurance-vie

La rédaction - publié le 03/09/2019 à 14:30

Réussir son placement en contrat d'assurance-vie suppose avant tout d'avoir bien défini vos priorités et votre horizon d'épargne. En fonction de votre profil d'épargnant, vous pourrez également vous décider pour une allocation sécuritaire ou plus offensive de votre capital !

Définir votre « profil » : une première étape déterminante

La plupart des assurances vie commercialisées aujourd’hui prennent la forme d’un contrat multisupport : cela signifie tout simplement que vous pourrez orienter vos versements vers une multitude de supports d’investissement, dont des fonds en euros au capital garanti et des unités de compte un peu plus risquées, mais qui présentent aussi de meilleures perspectives de plus-value. La proportion de votre épargne investie en fonds en euros et celle placée sur des unités de compte (par exemple 80/20, 50/50, 60/40...) doit être déterminée par le niveau de risque, ou « profil » auquel vous souhaitez vous tenir. De nombreux assureurs proposent de choisir un profil dès l’ouverture du contrat, et se chargent ensuite de réaliser régulièrement des arbitrages entre les différents fonds. L’autre option, préférable, consiste bien sûr à suivre vous-même vos investissements et à adapter votre niveau de risque quand cela vous semble judicieux.

En quoi consiste un profil sécuritaire ?

Vous accordez de l’importance au rendement de l’assurance-vie, mais pas au point de mettre en danger la sécurité du capital ? Le choix d’un profil dit « sécuritaire » ou « conservateur » pourrait parfaitement vous convenir. Dans une telle configuration, un épargnant va choisir de placer environ 70 à 80% de son argent dans un fonds en euros sécurisé, qui lui apportera un rendement modeste mais garanti et préservera son capital en cas de crise financière. Les 20 à 30% restants pourront être réservés à des unités de compte légèrement plus exposées comme des OPCVM, des SICAV ou pourquoi pas des SCPI si votre contrat en contient. Ces placements contribueront à « doper » le rendement assurance-vie dans les périodes de bonne santé des marchés, et ne pourront pas vous mettre en danger de façon significative si la tendance se retourne.

En quoi consiste un profil offensif ?

Dans le cadre d’un placement « offensif » ou « dynamique » en assurance-vie, la logique développée ci-dessus s’inverse. Il s’agit cette fois d’aller rechercher la performance des marchés boursiers et financiers et de viser un rendement assurance-vie élevé, de l’ordre de 7 à 8% par an au minimum. Pour ce faire, il conviendra d’allouer entre 70 et 80% des versements à des fonds en unités de compte, le reste allant à des placements obligataires ou monétaires comme des fonds en euros pour conserver un matelas de sécurité en cas de coup dur. Le profil offensif peut se révéler un puissant outil d’optimisation du patrimoine s’il est bien utilisé ! Il suppose cependant une certaine expérience de l’épargnant, et surtout un sang-froid suffisant pour ne pas craquer et tout vendre en pleine dépression financière. Notre conseil : Un contrat d’assurance-vie, pour rappel, suppose un horizon d’investissement à huit ans au minimum. Il est conseillé, par conséquent, d’adopter une posture plus offensive au cours des premières années, lorsque vous disposez encore d’assez de temps pour compenser une défaillance passagère des marchés. Vous pourrez ensuite réaffecter progressivement vos gains vers des placements plus sécuritaires. De même, les épargnants les plus jeunes (moins de 40 ans) auront une bien plus grande incitation à prendre des risques qu’un actif proche de la retraite. Tout est une affaire d’appréciation !

Le profil équilibré : un compromis intéressant

Un épargnant disposant déjà d’une expérience raisonnable, et prêt à faire quelques concessions pour obtenir un rendement assurance-vie correct, pourrait avoir tout intérêt à choisir une voie médiane et à opter pour un profil dit « équilibré ». Ce mode d’investissement, en substance, consiste à placer vos économies de façon à peu près équivalente dans des fonds en euros d’une part, et des unités de compte d’autre part, par exemple selon une clé de répartition 60/40, 50/50 ou 60/40. À noter : La réussite d’un placement assurance-vie suppose avant tout d’investir en adéquation avec votre profil d’épargnant. A défaut, le manque de sérénité pourrait vous conduire à commettre des erreurs.

Réduisez vos factures grâce à nos conseils budget
Merci de vous être inscrit à notre newsletter !
En m’inscrivant, j’accepte les C.G.U. et de recevoir les newsletters de Radins.com par email.