Arrondir ses fins de mois : comment louer légalement son logement sur Airbnb ?

Fabienne Cornillon - publié le 28/02/2020 à 15:22


Il est tentant d’arrondir ses fins de mois en louant son bien sur des plateformes à l‘image de Airbnb. Attention toutefois : il existe des règles à respecter en la matière si vous souhaitez réaliser cela en toute légalité.

Pourquoi louer son logement sur Airbnb ?

Ne serait-ce que durant l’été 2019, environ 8,5 millions de Français ont réservé un logement sur Airbnb. La demande est toujours extrêmement forte et la tentation est grande de laisser ses clés à des touristes pour se faire un complément de revenus.

Si vous quittez votre logement de manière régulière le week-end, il est intéressant de le louer pour le rentabiliser dès lors qu’il est inoccupé. Cela peut également être rentable si vous partez en vacances durant une à deux semaines l’été ou à tout moment de l’année.

Imaginez que vous soyez en mesure de louer ne serait-ce que 50 nuits à 50 €. Cela vous permet d’obtenir un revenu complémentaire de 2 500 € dans l’année. C’est un beau 13e mois (voire un 14e selon votre revenu).

Pour que cette solution soit pérenne, il est important de respecter les règles en vigueur. En effet, les lois successives ont tenté d’encadrer cette pratique qui fait beaucoup de tort aux professionnels de l’hôtellerie. Ces derniers ont des charges importantes et ne peuvent rivaliser avec les tarifs pratiqués par les loueurs particuliers sur Airbnb.

Des règles en matière de durée

La loi Alur ainsi que la loi Elan ont mis un nom sur cette pratique. Si vous louez votre bien une partie de l’année, celui-ci a le statut de meublé de tourisme. Les touristes doivent venir effectuer de courts séjours dans votre résidence principale ou secondaire (pas plus de 90 jours consécutifs). Si vous louez votre résidence principale, vous ne pouvez louer plus de 120 nuitées par an.

Concrètement, vous n’êtes pas censé vivre de ces locations, mais simplement rechercher un complément de revenus. Un complément tout à fait appréciable. Si l’on reprend notre exemple de 50 € (un montant loin d’être excessif sur Airbnb), pour 120 nuits, vous gagnerez 6 000 €. C’est loin d’être un détail pour la majorité des ménages français.

Bon à savoir : cette règle des 120 nuitées concerne les locations de logements entiers. Si vous ne louez qu’une chambre, ce sont les règles de la chambre chez l’habitant qui s’appliquent. Il n’y a, cette fois, pas de limitation de durée.

Les démarches à réaliser

Dans certaines villes telles que Paris, Bordeaux, Toulouse, Lyon, Strasbourg ou encore Nice, si vous louez votre bien à des touristes sur Airbnb et que vous souhaitez respecter les règles en vigueur, vous devez faire une déclaration en mairie. C’est très simple, un service en ligne est à la disposition des loueurs. Par exemple, si vous habitez à Paris, vous devez vous rendre sur le lien suivant : https://teleservices.paris.fr/meubles-tourisme/. Cette déclaration permet de vous mettre en conformité en cas de contrôle. À la fin de votre déclaration, vous recevrez un numéro d’enregistrement. Celui-ci doit être indiqué sur le site d’Airbnb dans votre annonce. Si vous n’avez pas pris la peine de vous enregistrer, vous encourez une amende de 5 000 €.

Dans la plupart des communes françaises, cet enregistrement n’est pas nécessaire. S’il a été mis en place dans les grandes villes précitées, c’est tout simplement pour limiter les abus. Aujourd’hui, la demande locative est forte dans ces villes et l’offre est insuffisante. Le tourisme fait donc de l’ombre à la location à l’année et pénalise les locaux qui souhaitent simplement se loger. Les autorités souhaitent pouvoir contrôler que les logements sur Airbnb ne sont pas des locations touristiques déguisées.

Location d’une résidence secondaire sur Airbnb : quelles sont les règles ?

Dans le cadre d’une résidence secondaire, les règles sont quelque peu différentes. Cette fois, vous n’êtes pas soumis à l’obligation de ne pas dépasser 120 nuitées.

En revanche, quelle que soit la ville dans laquelle se trouve votre bien et quelle que soit la durée de location, vous devez effectuer une déclaration en mairie. Pour les villes de plus de 200 000 habitants et dans la plupart des villes de la petite couronne parisienne, vous devez obtenir une autorisation temporaire de changement d’usage. Ainsi, votre bien à usage d’habitation devient un bien à usage commercial.

Location d’un logement sur Airbnb : dois-je déclarer mes revenus ?

Oui, si vous souhaitez louer votre logement sur Airbnb en toute légalité, vous devez déclarer les revenus perçus. Dans la mesure où il s’agit d’un logement meublé, vous ne déclarez pas des revenus fonciers, mais vous devez déclarer ces revenus dans la case « bénéfices industriels et commerciaux ».

En tant que loueur meublé non professionnel, vous avez le choix entre deux régimes :
- le micro-BIC ;
- le régime réel.

Le régime micro-BIC

Celui-ci s’applique si votre revenu est inférieur à 70 000 €. C’est le régime le plus simple puisqu’il suffit de déclarer le montant des revenus, un abattement est automatiquement appliqué. Cet abattement est de 50 %, seule la moitié des revenus de votre location sera donc imposée.  

Le régime réel

Cette fois, vous ne bénéficiez pas d’un abattement. En revanche, vous avez le droit de déduire toutes les charges liées à votre location. Vous pouvez ainsi déduire les amortissements, les intérêts d’emprunt, les gros travaux, les frais d’annonce, etc.

Le régime réel est obligatoire pour les ménages dont les revenus de location excèdent 70 000 € par an. Vous pouvez choisir cette option si vos charges excèdent 50 % de vos revenus. Dans le cas contraire, il est préférable d’opter pour le régime micro-BIC et son abattement de 50 %.

Bon à savoir : si tous les revenus d’Airbnb se déclarent, sachez qu’une décote de 305 € est appliquée. Ainsi, dès lors que les revenus annuels perçus sont inférieurs à ce montant, vous ne serez pas imposé.

Il est plus que conseillé de bien déclarer les revenus de ses locations sur Airbnb aux impôts. De fait, le site doit chaque année envoyer des informations à l’administration fiscale quant à ses loueurs. Si votre déclaration de revenus n’est pas conforme aux informations envoyées par Aibnb, vous pourriez faire l’objet d’un redressement fiscal. Dans ce cas, vous finiriez par perdre le bénéfice de vos locations.

Tous les guides immobilier
Réduisez vos factures grâce à nos conseils finances
Merci de vous être inscrit à notre newsletter !
En m’inscrivant, j’accepte les C.G.U. et de recevoir les newsletters de Radins.com par email.