Construire une maison passive : oui à l'énergie positive !

La rédaction - publié le 17/09/2019 à 14:30

La maison passive est un concept de maison à énergie positive inventé en 1988. Aujourd'hui, les maisons écologiques ou passives ont le vent en poupe, et le nombre de constructions de maisons à basse consommation double presque chaque année. La facture énergétique augmentant considérablement, la haute performance énergétique de la maison passive en fait un investissement écologique et économique à long terme.

Pourquoi faire construire une maison passive ?

Une maison passive (ou maison basse consommation) est un logement de conception bioclimatique, labellisé par l’institut allemand Passivhaus pour ses hautes performances énergétiques. Pour obtenir le label maison passive, la construction doit utiliser l’énergie positive et être capable de se passer d’un système de chauffage traditionnel en fournissant de la chaleur de façon autonome avec l’énergie solaire, les apports métaboliques (habitants, appareils ménagers) et une excellente isolation.Le cadre d’obtention de ce label se base sur une réglementation thermique très stricte : la norme allemande accorde le statut de maison passive pour un modèle de maison qui a un besoin de chauffage inférieur à 15 kWh/m²/an et moins de 50 kWh/m²/an d’énergie finale (chauffage + eau + électricité consommée). Il faut savoir qu’une maison classique consomme en moyenne 110 kWh/m²/an uniquement en chauffage.A savoir : le surinvestissement de départ lors de la construction d’une maison passive est rentabilisé au bout d’une quinzaine d’années grâce aux économies d’énergie réalisées. En effet, une maison passive est un modèle de maison économe qui consomme seulement 10 à 25 euros par mois en chauffage.

Les quatre principes de base pour obtenir le label « maison passive »

Le cadre d’obtention du label maison passive est très stricte, et se base sur une étude thermique qui évalue précisément les apports et la déperdition d’énergie : les critères sont basés sur une isolation thermique haute performance, une ventilation soignée, une parfaite étanchéité à l’air ainsi qu’une consommation d’énergie maîtrisée.

  • L’isolation thermique : Près de 80 % des maisons passives sont conçues en bois, qui est un matériau présentant d’excellentes performances thermiques. Pour ce type d’éco-habitat, on compte à peu près 30 cm d’isolants thermiques dans chaque mur (contre 8 à 10 cm dans une maison classique). L’obtention du label maison passive dépend aussi de l’absence totale de pont thermique : l’isolant se trouve donc à l’extérieur de la maison, afin d’en recouvrir l’intégralité sans qu’il n’y ait de points faibles. L’isolation par l’extérieur permet aussi de mieux utiliser les ressources métaboliques : la chaleur humaine, les appareils électroménagers et l’éclairage ont un rôle très important dans la gestion autonome de l’énergie d’une maison passive.
  • Dans une maison passive, la ventilation doit assurer continuellement une parfaite qualité de l’air interne et cela indépendamment des conditions climatiques externes. Le principe est d’installer une ventilation mécanique contrôlée (VMC) à double flux avec récupération de chaleur. La VMC fait entrer de l’air frais dans les espaces de vie (chambre, séjour, bureau) et extrait l’air impur des espaces utilitaires (salles d’eau et de bain, cuisine, toilette). Grâce à un échangeur de chaleur, l’air frais est préchauffé par la chaleur de l’air impur évacué sans mélanger les flux. Ce système permet de contrôler en permanence l’air introduit dans votre maison (puisque l’entrée d’air est unique), permettant de filtrer et de débarrasser toutes particules, pollen ou agent allergène.
  • Des fenêtres parfaitement étanches : c’est à travers elles que se perd la plus grande partie de la chaleur. Afin de ne pas perdre de chaleur par la surface vitrée, une maison passive doit s’équiper de fenêtres à triple vitrage afin d’augmenter le confort thermique. Il est également primordial de maîtriser les pertes thermiques liées à des défauts d’étanchéité à l’air : la jonction entre le bâti et le châssis doit être parfaitement étanche afin d’éviter les pertes de chaleur et les ponts thermiques. Une bonne étanchéité de l’air évite aussi les pathologies dues à la condensation sur les parois humides (comme les moisissures). Elle garantit le bon fonctionnement de la ventilation mécanique (VMC).

Il est également important de favoriser les apports en énergie solaire, en privilégiant les grandes surfaces vitrées au sud afin de profiter de l’ensoleillement le plus puissant : les vitres à isolation thermique renforcée captent les rayons solaires et les stockent ainsi dans le sol, les plafonds et les murs.•Une consommation d’énergie parfaitement maîtrisée :Durant les mois d’automne et d’hiver, lorsque les apports solaires sont trop faibles, il est possible d’assurer une source de chaleur supplémentaire avec des chauffages adaptés aux maisons passives et à leur faible consommation d’énergie primaire (120 kWhm2/an) : ces chauffages sont souvent basés sur un système de VMC à double flux thermodynamique, ou prennent la forme d’un poêle à granulés. La production d’eau chaude est elle assurée soit par l’installation de panneaux solaires, soit par un chauffe-eau thermodynamique.

Construire une maison passive, est-ce rentable ?

Une maison passive possède de nombreux avantages, mais quelques inconvénients sont tout de même à prendre en compte avant ds se lancer dans un projet de construction.Le projet de maison passive est rentable à long terme : ses besoins énergétiques sont très faibles, les économies réalisées sont considérables (pas de chauffage traditionnel, ni de frais de gaz) ;elle offre un meilleur confort thermique et garantit une excellente qualité de l’air ; elle permet une indépendance par rapport aux énergies fossiles et s’inscrit donc parfaitement dans une démarche de vie basée sur le développement durable. La construction étant de haute qualité, la maison passive bénéficie d’une valeur immobilière élevée.Par contre, les dépenses à la construction sont très élevées du fait du surcoût des installations nécessaires pour atteindre les obligations induites de la norme. En effet, il y a encore un manque d’artisans qualifiés capables de réaliser des maisons passives : la demande est donc supérieure à l’offre. Il faut aussi avoir en tête que la maison passive est dépendante de vos habitudes de vie, et demande une certaine discipline : si les fenêtres ou la circulation d’air par ventilation sont utilisées à mauvais escient, tout le bénéfice des installations est réduit à néant.

Combien coûte la construction d'une maison passive ?

Le prix de construction d’une maison passive est généralement supérieur de 10 à 20 % par rapport à une maison classique (environ 1500 € le m²). Ce prix varie selon vos matériaux de construction choisis ou importés. Les matériaux écologiques sont souvent plus onéreux.Vous pouvez avoir des aides « maison passive » selon votre région, votre département ou votre commune pour établir des travaux d’amélioration de la performance énergétique de votre logement. Pour cela, renseignez-vous en Mairie.

Tous les guides immobilier
Réduisez vos factures grâce à nos conseils budget
Merci de vous être inscrit à notre newsletter !
En m’inscrivant, j’accepte les C.G.U. et de recevoir les newsletters de Radins.com par email.