Partager son appartement : est-ce le bon plan ?

Florian Billaud - publié le 18/09/2019 à 14:30

L’espérance de vie s’allonge, mais avec elle, la dépendance et la perte d’autonomie aussi. Alors pour retarder le plus possible l’entrée en maison spécialisée sans avoir à trop compter sur leurs proches, de plus en plus de seniors font le choix d’ouvrir leur domicile à de jeunes étudiants, actifs ou même à d’autres seniors. Bonne ou mauvaise idée, on fait le point pour vous !

Une entraide basée sur le donnant-donnant

L’idée peut paraitre saugrenue au départ, pourtant quoi de plus naturel que de s’entraider lorsque cela reste possible ? C’est sur cette idée que de nombreux seniors ouvrent aujourd’hui les portes de leur domicile.L’un donne du temps, un coup de main, une présence, etc., tandis que l’autre apporte son aide de manière financière avec un loyer modéré voire gratuit dans certains cas. Car à l’heure où le logement des étudiants et des jeunes actifs pose parfois un vrai problème, ce type d’accueil et d’échanges de services peut se révéler avantageux pour les deux parties.

Colocation étudiant/senior : qui fait quoi ?

On imagine sans peine quels avantages peuvent profiter aux plus jeunes : un logement gratuit ou presque, une aide considérable en matière de charges et même pourquoi pas de frais d’alimentation. Mais que peuvent en attendre les seniors ?Ce sont les capacités physiques des plus jeunes que les ainés ciblent par cette démarche. Aides au ménage, à la préparation des repas, présence en cas de soucis de santé ou de faiblesse, ou simple présence pour combattre la solitude sont autant de bonnes raisons d’accueillir un étudiant ou un jeune actif à la maison.

Et la colocation entre seniors : bonne ou mauvaise idée ?

Dans ce cas précis, il ne s’agit plus de vraiment d’échange de services. L’idée est plutôt ici de partager les frais d’un maintien à domicile. Entre le loyer, les frais d’alimentation, mais surtout le cout d’un personnel qualifié, les factures peuvent vite grimper. C’est pourquoi de plus en plus de seniors font le choix de se regrouper pour diviser ces frais.C’est une solution à la fois économique et rassurante. Entourées, les personnes en perte d’autonomie se sentent moins isolées et mieux entourées. À condition, bien sûr, que la cohabitation se passe au mieux et que chacun puisse y trouver un espace personnel pour souffler.

Les inconvénients du partage de son appartement

Ouvrir sa porte à des inconnus réserve son lot de surprises et parfois d’incompatibilités de caractères. Un tel procédé nécessite donc d’être vigilant et de s’assurer une confiance réciproque entre les deux parties.Pour que les choses se passent au mieux, de plus en plus d’associations et de services dédiés accompagnent chacun des colocataires dès le début de la cohabitation. Un moyen de s’assurer que tout se passe au mieux. Vous pouvez également vous engager à signer un pacte de colocation garantissant les droits et les devoirs de chacun. Une façon de clarifier les choses dès le départ et d’éviter les quiproquos.Bon à savoir : si vous êtes locataire de votre logement, vous devez demander l’autorisationSi vous n’êtes pas propriétaire de votre appartement, vous ne pouvez pas accueillir une autre personne sans l’autorisation de votre propriétaire et vous devez également convenir d’un loyer, même s’il est minime.Pour éloigner l’isolement social et favoriser les échanges enrichissants, la colocation semble être une solution d’avenir. À condition d’accepter d’accueillir des inconnus chez soi.

Tous les guides immobilier
Réduisez vos factures grâce à nos conseils budget
Merci de vous être inscrit à notre newsletter !
En m’inscrivant, j’accepte les C.G.U. et de recevoir les newsletters de Radins.com par email.