Comment négocier le prix d'un bien immobilier ?

Fabienne Cornillon - publié le 15/10/2019 à 05:00

Lorsque l'on envisage d'acheter un bien immobilier, il est intéressant de savoir qu'il existe une marge de négociation. Si tel est le cas, préparez-vous, nous vous donnons nos meilleurs conseils pour bien négocier le prix de votre future maison. 

Étudiez bien le marché immobilier local

La première chose à faire, si vous envisagez d'acheter un bien et d'éventuellement négocier son prix, est de s'intéresser au marché immobilier local. La raison est simple : si vous vous apercevez que, dans le même quartier, deux maisons ou appartements offrant des prestations similaires sont vendus 20 % moins cher, vous pouvez imaginer que le vendeur a surévalué son bien. De ce fait, il est fort probable qu'il ne trouve pas d'acquéreur, vous avez alors toute latitude pour entamer une négociation et acheter ce bien immobilier à son juste prix. 

Analyser la nature et le comportement du vendeur

S'il est essentiel de connaître le marché local, il est aussi très important de bien comprendre la psychologie du vendeur et ses attentes.

Ainsi, il sera, a priori, bien plus complexe de négocier avec un vendeur qui occupe son bien et qui n'est pas pressé. Lors de la visite, nous vous conseillons de poser beaucoup de questions aux propriétaires. Ont-ils un autre projet immobilier à court terme ? Ont-ils besoin d'argent rapidement ? Partent-ils pour simplement changer de logement ou est-ce que cela est lié à une mutation ? Les vendeurs sont-ils les occupants ou les héritiers ? Tout ceci est important.

Plus le vendeur est pressé, plus vous avez de chances d'obtenir le bien, même en négociant. De même, en ayant affaire à des héritiers, ils se sentiront moins concernés et auront peut-être envie de se "débarrasser" du bien et des démarches liées à la vente. 

Cachez votre engouement

Si vous souhaitez négocier, ne montrez surtout pas que vous avez un coup de cœur. Restez neutre et tentez de faire baisser le prix. Si le vendeur s'aperçoit que vous voulez absolument acheter son bien, il sera moins enclin à faire un effort financier. 

Montrez un profil favorable

Pour rassurer le vendeur et s'assurer qu'il voudra bien vous vendre son appartement ou sa maison, il peut être judicieux de lui prouver que vous aurez bien les fonds nécessaires pour acheter. Si vous faites un crédit, montrez-lui la simulation de la banque. Si vous avez déjà les fonds sur votre compte bancaire, n'hésitez pas à lui montrer. Conscient qu'il vend à quelqu'un qui ne lui fera pas faux bond et qui lui permettra de réaliser ses futurs projets, il sera susceptible de baisser son prix.

Préparez bien vos arguments

Lors de la visite, prenez le temps de regarder chaque recoin du bien si vous souhaitez négocier son prix. L'objectif est ici de relever les différents points faibles. Une mauvaise isolation, des fenêtres simple vitrage, des traces de moisissure, un réseau électrique non conforme, une fosse à changer, notez bien tous ces points.

Ceci est extrêmement important. De fait, si vous souhaitez négocier le prix du bien immobilier, mieux vaut avoir des arguments. Si vous souhaitez baisser le prix simplement par principe, il se peut que le vendeur refuse d'accéder à votre demande. En revanche, en faisant un point sur les éventuels travaux à réaliser, il pourrait comprendre qu'effectivement, le prix peut être baissé. 

Tapez fort dès le début

Vous envisagez d'entamer une négociation avec le propriétaire, ne tentez pas de baisser de 1 000 € un bien à 300 000 €. Cela ne correspond à rien et ne fera que montrer votre volonté pure et simple de négocier par principe. Tentez de baisser de 10 000 €, voire de 20 000 € si vous jugez que le bien n'est pas à son prix et que vous devez réaliser certains travaux. Qui peut le plus peut le moins. Si vous tentez de faire baisser le prix du bien de 20 000 €, le propriétaire vous accordera peut-être 10 000 €. Cela représente déjà une somme importante qui pourrait couvrir une partie des frais de notaire.  

Rédigez une offre d'achat

Dans une démarche de négociation de prix d'un bien immobilier, votre objectif est de convaincre. Pour cela, il vous reste une solution : signer une offre d'achat. Ce document atteste de votre volonté d'acheter et vous engage. Il s'agit d'un acte juridique qui permet de retenir le bien et de fixer le prix. Tentez de signer une offre d'achat au prix qui vous correspond, cela rassurera le propriétaire quant à votre réelle volonté d'acquérir son bien.

Ensuite, évoquez la possibilité de signer une promesse de vente et non un compromis. Si ces deux actes signés devant notaire ou avec un agent immobilier vous engagent, la promesse de vente peut être assortie d'une indemnité d'immobilisation à hauteur de 10 % du bien. Si vous revenez sur votre décision plus de 10 jours après la signature de la promesse de vente, le vendeur percevra les 10 % versés au titre des dommages et intérêts.

Êtes-vous certain de vouloir prendre le risque de négocier ?

Telle est finalement la grande question. Pour négocier un bien, nous l'avons évoqué, il faut impérativement prendre connaissance du marché immobilier local et argumenter. L'argent est le nerf de la guerre, baisser le prix d'un bien fait mécaniquement baisser le coût total du crédit et permet donc de réduire ses mensualités.

Pour autant, s'il est devenu habituel de négocier, certains biens ne présentent pas de défauts et sont vendus au juste prix. Dans ce cas, la concurrence sera plus importante. Si vous faites une offre de 10 000 € inférieure au prix fixé et qu'en parallèle un autre acquéreur fait une offre au prix, vous risquez simplement de ne pas devenir propriétaire du bien que vous convoitiez. Si le bien vous plaît vraiment, ne prenez pas le risque de négocier et faites une offre au prix.

Dans le cadre d'une démarche de particulier à particulier, la première personne qui fait une offre au prix sera l'acquéreur. Selon les articles 1583 et 1589 du Code civil, la vente est parfaite dès lors que les parties sont convenues de la chose et du prix.

Bon à savoir : si vous faites une offre au prix et qu'ensuite seulement un autre acheteur obtient le bien en faisant une offre supérieure, le vendeur est en faute. La vente conclue avec l'autre acheteur peut être annulée et vous pouvez obtenir des dommages et intérêts. 

Tous les guides immobilier
Réduisez vos factures grâce à nos conseils budget
Merci de vous être inscrit à notre newsletter !
En m’inscrivant, j’accepte les C.G.U. et de recevoir les newsletters de Radins.com par email.