Comment isoler ses combles ?

Florian Billaud - publié le 30/09/2019 à 11:00

L’isolation des combles, qu’ils soient perdus ou aménageables, est indispensable pour garder la chaleur en hiver et la fraîcheur en été. Mais ça l’est aussi pour faire des économies, car votre habitation perd environ 30 % de sa chaleur par le toit. Nous allons voir ensemble quels sont les différents matériaux isolants qui existent, et quelle isolation mettre en œuvre en fonction du type de comble à aménager.

Quels sont les différents matériaux d’isolation existants ?

Il est indispensable d’isoler une habitation pour améliorer le confort et faire des économies d’énergie. Néanmoins, le marché de l’isolation est tellement vaste qu’il est parfois difficile de s’y retrouver et de faire le bon choix. Pour commencer, il faut savoir qu’il existe quatre grandes familles d’isolants :

  • L’isolant minéral : la laine de verre, de roche.
  • L’isolant naturel : les laines végétales comme le chanvre, la paille, la fibre de lin, le liège et la laine de coton, de bois ou animale, comme celle de mouton ou les plumes de canard.
  • L’isolant synthétique : le polystyrène expansé ou extrudé et le polyuréthane.
  • L’isolant mince : composé de plusieurs feuilles d’aluminium intercalées avec de la mousse souple ou du feutre. Il ne peut être utilisé seul, mais plutôt en tant que complément d’une autre isolation.

On mesure l’efficacité d’un isolant par sa résistance thermique (R). Plus le produit est isolant et plus R est élevé. L’épaisseur et la conductivité thermique de l’isolant définissent le R, noté λ. À épaisseur égale, plus la conductivité est basse et plus le matériau est isolant.

En plus de la résistance thermique, nous vous recommandons de sélectionner une isolation possédant des certifications (CSTB, Acermi, etc.). Attention aussi à la qualité écologique de votre isolation, elle se mesure grâce à l’analyse du cycle de vie du matériau (ACV) ou à un écobilan. Cela tient compte des impacts sur la santé et l’environnement (énergie nécessaire pour sa fabrication, consommation de matières premières, transport, etc.). Cela s’appelle l’énergie grise.

L’énergie grise utilisée dans l’ACV d’un matériau isolant tient compte de :

  • L’émission de polluants dans la terre, dans l’eau, dans l’air.
  • Des déchets engendrés lors de : la transformation, la commercialisation, la mise en œuvre, l’utilisation, l’élimination et le recyclage.

Voici un tableau qui met en évidence ces deux points, ainsi que la forme sous laquelle on les trouve :

Matériaux

Énergie grise en kWh/m3

Conductivité en W/m. °C

Conditionnement

Isolant minéral

Laine de verre et de roche

150 à 225

0,039

Vrac à souffler, panneaux et rouleaux

Isolants synthétiques

Polyuréthane

1000 à 1200

0,04

Panneaux

Polystyrène extrudé

850

0,028

Panneaux

Polystyrène expansé

450

0,035

Panneaux

Isolants naturels

Chanvre

40

0,039

Vrac à souffler, panneaux et rouleaux

Cellulose

50

0,039

Vrac à souffler et panneaux

Fibre de bois

800 à 1400

0,04 à 0,05

Panneaux

Liège expansé

450

0,042

Panneaux

Laine de mouton

55

0,035 à 0,042

Vrac à souffler, feutre et rouleaux

Laine de lin

30

0,037 à 0,04

Vrac à souffler, feutre, panneaux et rouleaux

Isolant mince

Isolant mince

NC

0,1 à 1

Rouleaux

Quelle isolation pour des combles perdus ?

Avant de procéder à l’isolation de vos combles perdus, il faut comprendre une chose toute simple. Les combles sont une zone tampon entre le volume chauffé de la maison et l’extérieur. De ce fait, ils sont responsables de la perte de 30 % de la chaleur de l’habitation, mais aussi de la stagnation d’un gros volume de chaleur l’été. En effet, la température des combles pendant cette période peut atteindre les 70 °C. Partant de ce constat, nous vous recommandons de choisir un mode d’isolation qui s’installe au plus près du volume chauffé de votre habitation, donc sur le sol des combles. Avant de mettre en place l’isolant en lui-même, il convient de poser un pare-vapeur. Celui-ci permet d’éviter la formation d’humidité entre l’isolation et le plafond, ce qui dégraderait à la fois le matériau et la maison.

Vous pouvez réaliser l’isolation de deux façons :

  • Par soufflage : si l’accès aux combles est difficile, s’il y a peu de place, pour gagner en temps et en coût de pose.
  • Par pose d’un isolant en panneau ou en rouleau : si l’accès est facile et la place suffisante pour procéder à l’isolation.

Dans le premier cas, l’isolation se fait par soufflage d’un matériau en vrac sur toute la surface au sol des combles. Les flocons vont se loger facilement dans tous les recoins de la pièce. Il convient d’en mettre dans l’espace entre le plafond et les solives, mais aussi entre ces dernières jusqu’à les dépasser et les recouvrir à leur tour afin d’éviter les ponts thermiques, c’est-à-dire des volumes d’air dans l’isolation ou des ruptures de continuité dans la pose de l’isolant. Car cela fait baisser considérablement l’efficacité de l’isolation.

Dans le second cas, vous commencerez par poser de l’isolant en panneau ou en rouleau entre les solives pour combler totalement l’espace et la hauteur entre elles. Ensuite, vous croisez une deuxième couche d’isolant au-dessus des solives pour éviter les ruptures dans l’isolation qui engendreraient des ponts thermiques.

Quelle isolation pour des combles aménageables ?

Contrairement aux combles perdus, il convient de réaliser non pas une isolation au sol, mais plutôt des rampants de la toiture. Là encore deux solutions s’offrent à vous :

  • La pose d’isolant par l’intérieur qui réduit la hauteur sous plafond, mais qui est abordable et facile à mettre en œuvre.
  • La pose d’isolant par l’extérieur qui évite la perte de place, mais qui est plus onéreuse et compliquée à mettre en place.

L’isolation par l’intérieur peut se faire en couche simple ou double. Dans tous les cas, il convient d’insérer de l’isolant entre les chevrons (pièce de bois sur laquelle on fixe les éléments de la toiture). L’épaisseur des chevrons définit l’épaisseur maximum de la première couche d’isolant.

Bon à savoir

S’il n’y a pas d’écran à haute perméabilité à la vapeur d’eau (HPV), il faudra laisser une lame d’air de 2 cm entre l’isolant et le toit. Cela réduira l’épaisseur de la première couche d’isolant et permettra une bonne ventilation du toit.

Si vous faites une seconde couche, il vous faudra installer des suspentes sur lesquelles vous fixerez des fourrures qui maintiendront la deuxième couche d’isolant.

L’isolation par l’extérieur, ou sarking, se fait par pose sur chevrons, il faut donc une dépose complète des matériaux de couverture. Cette technique est intéressante lors de la construction de votre maison où si vous devez refaire votre toiture ou charpente. Elle permet de conserver toute la beauté de la charpente et la hauteur sous plafond une fois les combles aménagés.

L’isolation d’une maison est primordiale pour un bon confort de vie, mais aussi pour faire des économies. Vous l’avez compris, isoler les combles est la base, même si ce n’est pas la seule chose à faire. En effet, l’isolation des sous-sols est également importante pour éviter que le froid ne remonte de la terre. Les murs extérieurs doivent aussi bénéficier d’une bonne isolation pour empêcher que les pièces ne refroidissent trop en hiver ou ne surchauffent en été.

Réduisez vos factures grâce à nos conseils énergie
Merci de vous être inscrit à notre newsletter !
En m’inscrivant, j’accepte les C.G.U. et de recevoir les newsletters de Radins.com par email.