Comment bénéficier d’aides au logement ?

Florian Billaud - publié le 12/09/2019 à 14:30

En France, il existe principalement trois types d’aides publiques au logement auxquelles un locataire, une personne hébergée ou un propriétaire qui payent une charge relative à leur logement peuvent prétendre. Quelles sont-elles et comment en bénéficier ?

Comment fonctionnent les allocations logement ?

C’est la Caisse d’allocations familiales (CAF) qui se charge du versement des allocations logement aux allocataires. Celles-ci sont déterminées en fonction de vos ressources financières (salaires, pensions, aides de l’État, patrimoine, etc.), mais aussi en fonction de vos charges liées au logement et de votre situation familiale (nombre d’enfants, en couple ou non, etc.). Ces aides sont conçues pour vous aider à payer votre loyer ou votre crédit si vous êtes primo-accédant, et sont proportionnelles à vos ressources. Ainsi, chaque cas est particulier en fonction des personnes et des situations. Enfin, il faut que vous soyez éligible aux aides au logement et donc que vous respectiez certains critères (résider en France, etc.). Il existe actuellement trois principales aides, qui ne sont pas cumulables entre elles. En voici le détail.

L’APL, l’aide au logement la plus répandue

L’APL (aide personnalisée au logement) est certainement l’allocation à laquelle on pense le plus souvent en matière de logement. Elle est déterminée principalement en fonction de la nature de votre logement. Elle peut être accordée dans trois cas précis et distincts, qui sont non cumulables. Le premier cas concerne les personnes qui paient un loyer en étant locataires ou sous-locataires d’un logement conventionné – qui respecte un cahier des charges et fait l’objet d’un contrat entre l’État et le bailleur. Le deuxième cas est si l’on est locataire ou résident d’un foyer d’hébergement, notamment pour les jeunes. Enfin, le troisième cas est si vous remboursez un prêt conventionné ou d’accession sociale pour votre logement, dans le cas d’un achat immobilier en tant que primo-accédant.

L’ALF, l’aide au logement côté familial

L’ALF (Allocation de logement familial) est, comme son nom l’indique, calculée en fonction de votre situation familiale, et est conçue pour aider les personnes qui ont une charge familiale et qui répondent à un critère parmi une liste définie. Ainsi, elle peut être perçue si l’on a un enfant de plus de 21 ans à sa charge, si l’on est enceinte de plus de 4 mois, seule ou en couple, si l’on bénéficie de prestations familiales et donc que l’on a des enfants, ou encore si l’on a un parent à sa charge de plus de 65 ans qui a de faibles ressources, inférieures au montant de l’allocation de solidarité aux personnes âgées.

L’ALS, pour ceux qui ne sont pas éligibles aux autres aides

Vous ne correspondez à aucun critère de l’APL ou de l’ALF ? Sachez qu’il existe également l’ALS (allocation de logement social). Elle concerne les jeunes et/ou étudiants, les célibataires ou ménages sans enfants à faibles ressources, ainsi que les personnes âgées. Enfin, il existe des cas où l’on ne peut pas percevoir d’aides au logement. Par exemple, si votre famille dispose d’un patrimoine conséquent, vous ne pourrez pas bénéficier de ces aides. Vous pouvez faire votre demande d’allocation logement auprès de votre CAF sur Internet, après avoir fait une simulation, ou en agence. APL, ALS, ALF : vous connaissez désormais la différence entre ces trois aides au logement et les critères pour les obtenir !

Quand sont versées les allocations logement ?

Une fois le dossier de demande d'allocation logement complet envoyés, comptez entre 10 jours et 1 mois (voire plus lors de la rentrée étudiante) pour connaître le montant définitif de l'aide. Le versement sera effectué le 5 (à + ou – 2 jours) de chaque mois pour le mois précédent. Exemple : l'aide au logement du mois de septembre sera versée le 5 octobre. Notez également que le premier versement ne sera effectué que le mois complet suivant l'entrée dans le logement.

Le montant des allocations logement perçu n'est jamais définitif. Chaque changement de situation (personnelle ou familiale) entraine une réévaluation à la hausse ou à la baisse. Si votre situation change, informez-en directement votre CAF, car en cas de trop-perçus, ils vous seront réclamés à coup sûr. Quoi qu'il en soit, en général chaque 1er juillet une réévaluation annuelle a lieu pour tous les allocataires.

Réduisez vos factures grâce à nos conseils immobilier
Merci de vous être inscrit à notre newsletter !
En m’inscrivant, j’accepte les C.G.U. et de recevoir les newsletters de Radins.com par email.