Colocation : mode d'emploi pour faire des économies

La rédaction - publié le 09/09/2019 à 14:30

La colocation a la côte : 87 % des Français estiment qu'ils s'agit de la meilleure solution pour bénéficier d'un logement moins cher et plus confortable. Toutefois, elle n'est pas exempte de risques. Quelles sont les clés d'une expérience de colocation réussie ? Comment économiser au quotidien ?

Trouver le bon logement

C’est bien connu, une colocation coûte souvent moins cher qu’un studio. Plus le logement choisi sera grand et possèdera de chambres, moins le loyer à payer par le locataire sera élevé. Il vous faut donc réfléchir au nombre de personnes avec lequel vous êtes prêt à vivre 24h/24, pendant au moins un an.Exemple : si vous choisissez un appartement disposant de deux chambres et coûtant 500 € par mois, chaque colocataire payera 250 €. Par contre, si vous privilégiez la colocation à 4, et donc un appartement à quatre chambres, et ayant un loyer de 850 €, vous ne payerez que 212,50 €.Attention tout de même, tous les propriétaires ne veulent pas de colocation. C’est donc à vous de le rassurer : amitiés de longue date, liens familiaux, inscrit dans une grande école, emploi stable, etc.

Trouver un nouveau coloc'

Trouver LE bon coloc’ n’est pas toujours une mince affaire. Soit la personne se trouve dans votre cercle d’amis et la solution est alors toute trouvée ; soit, ce n’est pas le cas et il vous faut trouver chaussure à votre pied.Pour cela, piochez les petites annonces ! Vous avez peut-être déjà remarqué que les agences immobilières ne disposent pas de beaucoup d’annonces de colocation.Il vous est donc conseillé de consulter ou de déposer une annonce sur les sites spécialisés comme Appartager.com ou Colocation.fr. Dans votre annonce, n’hésitez pas à établir la liste de vos attentes et de vos conditions afin de démotiver les personnes ne correspondant pas au profil recherché.

Trouver un coloc' et un logement

Vous êtes à la recherche du bon coloc’ si possible disposant déjà d’un logement.Misez sur les sites de colocation cités ci-dessus. Certains de ces sites peuvent être payants, mais mieux vaut investir quelques euros pour avoir accès à des annonces sérieuses.Préparer un entretien de colocation. C’est la deuxième solution qui s’offre à vous. Attention, comme pour un premier rendez-vous, il faut s’y prendre avec prudence et minutie. Voici, une liste de recommandations non exhaustives :

  • Établissez la liste de vos attentes et vos conditions afin d’avoir une base de discussion.
  • Évitez comme la peste d’avoir comme colocataire un individu au caractère très dominant, surtout dominant le vôtre.
  • Évitez d’avoir pour colocataire un fanfaron qui ne parle que de lui et ses expériences sans même prendre le temps de vous écouter.
  • Évitez de choisir pour colocataire un individu dont les revenus sont disproportionnés par rapport aux vôtres.
  • Torpillez le prétendant de questions. Plus vous en saurez sur lui, mieux se sera.
  • Faites confiance à votre sixième sens. Aussi sympa et radieux que puisse paraître un prétendant, s’il vous semble que quelque chose dans son histoire sonne faux, faites une croix sur lui.
  • Prenez votre temps. Le colocataire est un parfait étranger qui peut transformer votre vie en paradis ou en enfer. Mieux vaut donc perdre du temps à la réflexion que de faire un choix précipité qui se retournera contre vous.

Le bail

Puisque vous êtes plusieurs locataires, il est recommandé d’établir un bail par colocataire (même si c’est un peu plus cher) et non pas un bail au nom de tous.De plus, il est conseillé, dans les cas où c’est possible, de refuser la clause de solidarité. La confiance c’est bien mais comme pour toute union, mieux vaut prévoir la séparation...Ainsi, vous éviterez tout problème en cas de litige avec votre ou vos colocataire(s) puisque chacun sera tenu des obligations du bail envers le propriétaire : paiement des loyers, respects des clauses inscrites au bail, etc.A noter : la clause de solidarité est une mention dans le bail qui exprime clairement que chacun des locataires peut-être tenu responsable du paiement de la totalité de toute somme due au propriétaire (loyer, réparations locatives) jusqu’à l’expiration du bail en cours. A éviter donc !

Une caution pour tous

Faites attention à éviter l’arnaque : chaque locataire doit payer sa propre caution. Mais prenez garde, les obligations étant indivisibles, un cautionnement proposé par un des colocataires ne peut porter que sur leur totalité du loyer et des charges.Impossible en effet, si le bailleur n’accepte pas (ce qui est généralement le cas) de diviser le paiement entre les colocataires en fonction de leur quote-part. On comprend les réticences des parents à s’engager pour le loyer total et les charges d’un 5 pièces dans un beau quartier pour des amis qu’ils ne connaissent pas ou pour des colocataires recrutés pour l’occasion.Il faut donc prendre ses précautions pour éviter les problèmes. Le plus simple est que chaque nouveau colocataire rembourse sa part à celui ayant fait le chèque de caution.

L'APL en colocation

Pour bénéficier des APL en colocation, vous devez être titulaire du contrat de location avec une ou plusieurs personnes et ne pas vivre en couple.Lorsque vous vivez en colocation, la CAF tient compte tout d’abord des aides et de vos ressources personnelles, puis prend en compte le montant de votre loyer divisé par le nombre de colocataires.Pour faire plus simple, rendez-vous sur le site de la Caisse d’Allocation Familiale pour faire une simulation de votre demande d’APL et connaître le montant auquel vous avez droit.

Un partage des charges équitable

Tenez régulièrement des comptes pour bien partager les frais et payer votre loyer à temps. Les problèmes de paiement de loyers et des charges sont souvent la cause de mésentente entre colocs. Ne négligez donc pas la tenue des comptes !Un simple cahier retraçant le prix du loyer par personne, le total des charges par mois (eau, gaz, électricité, assurance habitation) facilitera la bonne gestion de votre colocation.De plus, mettez-vous d’accord avec votre/vos colocataire(s) : pas de radiateur avant le 1er novembre, pas de douche qui dure 3/4 d’heure, etc.

L'assurance habitation

Vous louez un logement à plusieurs ? Vous devez, au même titre que n’importe quel locataire, contracter une assurance habitation. Mais certaines dispositions sont nécessaires du fait de la colocation. En effet, en cas d’incendie, les colocataires sont solidairement responsables de la totalité des dommages causés.Vous pouvez souscrire à un contrat unique pour couvrir tous les colocataires. Le nom de chacun d’entre eux doit alors figurer dans le contrat. Il est également possible à chacun de s’assurer individuellement. Ce mode d’assurance est plus simple si tout le monde ne part pas en même temps !

Etablir un planning

A qui le tour ? Qui lave quoi ? Ménage tous les jours, toutes les semaines ou tous les mois ?A vous de trouver le bon rythme, le principal étant de fixer un programme pour faciliter l’organisation de chacun et éviter que votre appart’ ne devienne un champ de bataille. Le mieux est de tenir un petit tableau de bord à coller sur le frigo.Il s’agit de bien répartir les tâches ménagères afin que chacun y mette du sien et gagne du temps. Parties communes, salle de bain, toilettes, réfrigérateur, poussière, etc., vous pouvez instaurer une rotation pour que tout le monde soit logé à la même enseigne. De même pour descendre les poubelles, c’est chacun son tour !

Le budget courses

Pour faire les courses quand on habite à plusieurs, différentes méthodes existent :

  • Si vous avez des modes de vie différents, optez pour le "chacun pour sa pomme" et tout se passera bien. Chaque coloc’ aura droit à une étagère dans le frigo et à un placard dans la cuisine. Ne piquez pas les réserves des copains, même en vous disant que vous lui rachèterez demain, il est toujours plus prudent de demander.
  • Si vous préférez acheter malin, pensez à mettre en commun huile, vinaigre, beurre, lait, épices, sel, poivre et autres condiments ou aliments qui ne périment pas trop vite et que tout le monde utilise de façon équitable.
  • Si vous êtes partisan de la colocation communautaire, partagez tout ! Vous allez faire les courses et vous divisez la note. Attention quand même à ne pas frustrer les petits estomacs qui peuvent se sentir abusés par les grands grignoteurs !

Faites un pot commun

Qui dit pot commun, dit dépenses communes : produits d’entretien, papiers toilettes, accessoires de cuisine, meubles, etc. Une fois la somme calculée, versez chacun votre part mensuelle ou hebdomadaire. Rappelez-vous que les bons comptes font les bons amis et que nous n’avons pas tous le même rapport à l’argent.Vous pouvez aussi penser aux cagnottes en ligne ! Chacun des colocataires pourra apporter sa participation directement en carte bleue. Fini donc les chèques, les enveloppes, les relances gênantes, les trous dans le budget, les "j’ai pas de monnaie sur moi". Lorsque vous le souhaitez, demandez le virement de la somme collectée et dépensez la comme bon vous semble. Pour en savoir plus, rendez-vous sur Leetchi.

Réduisez vos factures grâce à nos conseils immobilier
Merci de vous être inscrit à notre newsletter !
En m’inscrivant, j’accepte les C.G.U. et de recevoir les newsletters de Radins.com par email.