Comment éviter les problèmes en colocation ?

La rédaction - publié le 17/09/2019 à 14:30

La colocation est l'un des systèmes les plus intéressants pour les étudiants : il permet de vivre dans un espace plus grand, voire mieux situé, tout en réduisant les frais de location. Mais la vie en communauté peut vite dégénérer en véritable cauchemar si vous ne respectez pas quelques règles de vie.

Bien choisir son colocataire

Le choix du colocataire est loin de toujours être une évidence. Plusieurs cas de figure s’offrent à vous :

  • Vivre avec un ami proche : votre meilleur ami, votre cousine ou vos frères et sœurs, vivre avec un proche est souvent une solution pratique et facile.

Avantages : vous connaissez votre colocataire, et pouvez parler sans gêne de ses points forts et points faibles, ainsi que des vôtres. Vous pouvez aussi discuter plus librement de systèmes de ménage, des frais communs, etc.Inconvénients : votre colocataire (ou vous !) peut vite en arriver à ne plus faire d’effort, et à se sentir totalement chez lui, au point de rendre votre cohabitation invivable. C’est souvent avec ses proches que l’on est le plus « soi-même ». Vous risquez donc d’abîmer une belle relation.

  • Vivre avec une connaissance : un ancien camarade de classe, l’un des membres de votre association étudiante, un collègue de votre job d’été, toutes les situations sont possibles !

Avantages : vous vous connaissez peu et serez plus enclins à faire des efforts. Mais, à moins de ne vraiment pas avoir de chance, vous savez à peu près avec qui vous allez vivre, et faites relativement confiance à la personne. Cette personne peut devenir l’un de vos plus proches amis par la suite !Inconvénient : vous n’avez pas entièrement confiance l’un dans l’autre, et avez du mal à communiquer par peur de la réaction de l’autre.

  • Vivre avec un parfait inconnu : de nombreux sites Internet proposent des annonces de colocations entre particuliers.

Avantages : vous commencez une toute nouvelle relation et pouvez être qui vous voulez ! Vous n’avez pas d’apriori sur votre colocataire, et pouvez construire une belle relation avec lui. Chacun de vous fera sans doute plus d’efforts pour ne pas mettre l’autre mal à l’aise.Inconvénient : vous n’êtes jamais à l’abri de mauvaises surprises. Si vous êtes le « petit nouveau » dans la colocation, l’autre peut tenter de vous imposer son train de vie, car « il a toujours vécu comme ça ici ». Si vous êtes plus âgé, vous pouvez tomber sur un jeune bachelier qui ne pense qu’à faire la fête.Ainsi, le choix du colocataire n’est pas évident ! Vous devez parler sans retenue de vos défauts, ce que vous supportez et ne supportez pas, et l’autre devra en faire autant. Cela est également valable pour les colocations à plus de deux. Mais ne vous inquiétez pas, avec quelques efforts et une bonne communication, vous pourrez renforcer des amitiés existantes, et faire des rencontres plus qu’enrichissantes !

Se mettre d'accord avant d'emménager

Il est particulièrement important de ne pas emménager avec un colocataire sur un coup de tête ! Sauf en de rares exceptions, ces expériences mènent souvent à la catastrophe. Prenez un moment avec votre (ou vos !) futur(s) colocataire(s), et mettez vous d’accord sur un certain nombre de points.

  • Zone géographique : est-ce que le quartier convient à chacun ?
  • Prix du logement et modalités : nombre de chambres ? Douche ou baignoire ? Isolation ? Energie ? Meublé ou non ? Appartement ou maison ? Jardin ?
  • Factures : qui paye quoi ? Est-ce que vous divisez tout par le nombre de colocataires ? Est-ce que vous payez l’électricité tandis qu’un autre se charge de l’eau, ou encore d’Internet ?
  • Loyer : chacun sa part ? Chèque ou virement ? L’un avance et l’autre rembourse ?
  • Courses : qu’achetez-vous en commun ? Préférez-vous faire chacun vos courses ?
  • Ménage : êtes-vous maniaque ou « bordélique » ? Soyez honnête sur ce point, pas la peine de dire que vous adorez passer l’aspirateur si vous ne faites le ménage qu’une fois par mois !
  • Meubles : qui peut fournir quoi ? Précisez s’il y a des meubles ou objets que vous ne voulez pas partager !
  • Animal : l’un de vous a-t-il un animal ? Qui s’en occupe ? Qui finance sa nourriture ou paye le vétérinaire ?
  • Rythme de vie : si l’un de vos colocataires est étudiant salarié, l’autre est en stage la moitié de l’année, le troisième un véritable fêtard, et le dernier un étudiant en médecine avec des gardes, vos rythmes seront sensiblement différents ! Prévenez tout de suite les autres de votre rythme, voyez s’il est possible ou non d’inviter du monde, d’organiser des soirées ou de recevoir votre moitié, et avisez en fonction.

Une fois tous ces points abordés, vous devriez savoir si, oui ou non, vous êtes faits pour vivre ensemble !

La discussion évite les conflits

Une fois l’emménagement passé, le plus dur est à venir : les premiers mois. Vous vous retrouvez seul avec votre colocataire, et devez apprendre tous les deux (ou trois, ou plus) à ne compter que sur vous-même. Si votre colocation se passe bien, vous avez trouvé la perle rare ! Ou, en tout cas, chacun de vous est assez mature pour faire des efforts.Mais il arrive parfois que des situations dégénèrent sans y prendre garde. Il peut s’agir du ménage, d’un locataire qui ne ramasse pas ses cheveux dans la douche, d’une soirée improvisée qui finit trop tard ... Vous devez toujours discuter avec votre colocataire afin de désamorcer les conflits.Pour éviter les disputes au sujet du ménage, n’hésitez pas à vous faire un tableau des tâches, et à l’adapter selon vos examens, par exemple. Si votre colocataire n’a pas l’air dans son assiette ou est un peu froid avec vous, n’attendez pas qu’il explose : demandez-lui ce qui ne va pas, afin de régler calmement le conflit. Il en va de même pour vous : pas la peine d’en vouloir à votre colocataire pendant trois mois parce qu’il ne fait pas la vaisselle, si c’est pour ne rien lui dire. Parlez ensemble, et ne vous vexez pas pour un oui ou pour un non ! Le but est de passer une super colocation et de vivre dans un cadre agréable, propice à la réussite de vos études.

Faites des efforts tous les jours

Autre point primordial : faites des efforts ! Rincer la baignoire ou le lavabo après son passage, faire la vaisselle directement après son repas, baisser la musique après 22 heures, ou fumer dans la cour/à la fenêtre plutôt que dans le salon, sont autant de petits gestes quotidiens qui peuvent sauver votre colocation.Et si les efforts doivent se faire dans les deux sens, soyez ferme mais indulgent : que votre colocataire oublie de faire sa vaisselle parce qu’il est malade, en examens, ou déprimé, cela peut arriver (et à vous aussi !). Qu’il en fasse une habitude : rien ne va plus, discutez-en rapidement.Soyez également respectueux de votre colocataire au niveau des invitations à l’appartement. Ne faites pas vivre en douce votre moitié chez vous, au dépend de votre colocataire (surtout si celle-ci ne participe pas aux courses ou aux dépenses en énergie). N’organisez pas de fête tous les soirs alors que votre colocataire veut passer une soirée tranquille ou doit se lever tôt. Ne logez pas dix personnes chez vous sans le prévenir au préalable. C’est une question de respect et de savoir vivre.En bref : afin d’éviter d’avoir de gros problèmes de colocation, choisissez une personne fiable, mettez-vous d’accord sur les points vitaux (financiers, matériels, etc.), et faites des efforts de respect mutuel ! Enfin, discutez en cas de conflit et apprenez à vous pardonner, ainsi qu’à compter l’un sur l’autre. Vous vivrez une année de colocation exceptionnelle et garderez de très bons souveni rs de cette période !

Réduisez vos factures grâce à nos conseils immobilier
Merci de vous être inscrit à notre newsletter !
En m’inscrivant, j’accepte les C.G.U. et de recevoir les newsletters de Radins.com par email.