Vivre seul ou en colocation ?

La rédaction - publié le 14/02/2020 à 14:30

Votre enfant passe son Bac à la fin de l'année et compte partir étudier dans une autre ville ? Vous êtes un (futur) étudiant et vous ne savez pas quel type de logement choisir ? Pas de panique. Avec quelques questions, vous saurez rapidement si vous êtes faits pour vivre seul ou en communauté !

Les finances : premier facteur de décision

Avant de vous imaginer dans une grande colocation à l’américaine une fois votre Bac en poche, vous devez absolument discuter des différentes options avec vos parents ou tuteurs.

  • Allez-vous toucher une bourse ou des Aides pour le logement ?
  • Quels sont les moyens financiers de vos parents ?
  • Quel budget loyer vous accordent-ils ?
  • Quels sont les prix moyens d’un loyer dans votre future ville d’études ?
  • Vivrez-vous seul ? En colocation ? En logement étudiant ?
  • Avez-vous besoin d’aménagements spécifiques (ascenseur, parking) ?

Pas question de ruiner vos parents pour aller vivre dans un appartement en plein centre avec votre meilleur ami, alors qu’ils n’en ont pas les moyens. Si la solution est tentante, rappelez-vous que ce sont eux qui vous financent, au moins en partie et que la décision leur appartient (même si vous devez donner votre avis !).Si vous comptez devenir étudiant salarié, et payer votre loyer vous-même, la situation est différente. A vous de définir votre budget mensuel, et ce que vous pourrez mettre dans votre loyer chaque mois.Pour un premier appartement, il existe deux écoles : certains parents préfèrent que leur enfant vive en colocation, afin de réduire les frais et d’éviter qu’il soit livré à lui-même. D’autres sont partisans de l’appartement ou du studio seul, afin de travailler au calme, et d’être moins tenté de faire la fête tous les soirs.En réalité, ces deux solutions ont de nombreux avantages ... mais aussi des inconvénients.

La colocation, de sacrés avantages

Si vous n’êtes pas du genre solitaire, vous apprécierez tous les avantages de la colocation. Outre une baisse de frais conséquente, la colocation vous évite de vous sentir seul et perdu dans une grande ville, loin de votre famille. A la sortie du lycée, la colocation est souvent conseillée par les universitaires. 76 % des étudiants affirment qu’une colocation est préférable lors de sa première année (à condition de pouvoir travailler correctement).En effet, de nombreux étudiants se retrouvent dans une nouvelle ville et une nouvelle université, commencent une nouvelle formation, découvrent un fonctionnement différent du lycée, où ils sont davantage livrés à eux-mêmes. Les premiers mois sont souvent fatigants pour les jeunes étudiants : en plus de suivre des cours et d’apprendre une nouvelle manière de travailler, ils apprennent à faire leurs courses, leur ménage, leur lessive, à gérer leur budget, etc.Vivre en colocation permet de réduire ces tâches (et donc la fatigue qui en résulte), et de retrouver un foyer le soir, d’avoir des personnes sur qui compter en cas de problèmes. Le fait de boire un chocolat avec ses colocataires en rentrant des cours, de s’organiser un repas commun hebdomadaire, ou de visiter la ville ensemble, permet de mieux supporter le passage de l’adolescence à la vie de jeune adulte.Attention à choisir des colocataires fiables, et à faire des efforts, à communiquer avec vos colocataires ! Un roulement équitable des tâches, un respect mutuel et une bonne communication vous permettront de profiter pleinement de votre colocation !

Vivre seul, le choix de la tranquillité

Certains étudiants sont, en revanche, davantage portés sur un logement individuel, qu’il s’agisse d’une chambre universitaire, un logement chez l’habitant, un studio, ou un appartement personnel, selon les moyens financiers.Ce choix peut être motivé par un besoin de tranquillité, un désir de beaucoup travailler chez soi, ou simplement un goût très prononcé pour l’indépendance. Vivre seul est, en effet, un sacré avantage pour les personnes ayant besoin de calme. Vous pouvez travailler à loisir, faire votre vaisselle trois fois par jours ou une fois par semaine, et ranger votre appartement quand bon vous semble. Vous n’avez pas non plus d’horaires à respecter, et pouvez inviter les personnes de votre choix chez vous.Vivre seul est aussi une bonne solution pour prendre totalement son indépendance : l’étudiant se voit obligé d’apprendre à ne compter que sur lui-même, à faire ses propres courses, gérer son budget, et ne pas compter sur d’autres pour les tâches ménagères. Enfin, il peut travailler au calme à loisir, et sait qu’il ne risque pas de voir un colocataire arriver avec dix amis pour faire la fête la veille d’un examen.

L'importance du choix et du dialogue pour éviter les problèmes

Dans tous les cas, il est particulièrement important de ne pas obliger son enfant à choisir un type de logement qu’il ne supporterait pas. Si les moyens financiers rentrent largement en compte lors du choix du logement, le désir de l’étudiant est lui aussi primordial.Il n’est pas rare que certains parents obligent leur enfant à vivre dans un studio ou une chambre, alors que celui-ci ne supporte pas la solitude. Dans de nombreux cas, le passage à l’indépendance est difficile car le jeune étudiant n’est pas prêt. Certains vont rentrer chez leurs parents tous les week-ends et laisser maman laver leur linge et leur préparer des repas pour toute la semaine. Une solution peut-être économique (encore qu’entre le transport aller-retour, la lessive et le prix des repas, nous n’en soyons pas si sûrs), mais qui n’aide pas du tout l’étudiant à devenir un adulte responsable, car elle maintien une véritable dépendance. D’autres vont vivre « en douce » chez des amis à eux, sortir beaucoup, ou inviter des camarades en permanence, car ils ne supporteront pas de vivre seuls dans un appartement.Dans le cadre d’une colocation, les problèmes sont également possibles : faire vivre un étudiant en colocation alors qu’il a grand besoin de solitude est loin d’être une solution. L’étudiant risque de ne pas faire d’effort avec son (ou ses) colocataire(s), de rester enfermé dans sa chambre, d’avoir du mal à communiquer, et de se retrouver mis à l’écart. Cette solution n’est donc pas forcément la meilleure, et risque de déteindre sur ses études.Vous êtes parent d’un futur étudiant ? Dialoguer avec votre enfant, définir un budget, et lui laisser le choix dans son futur logement sont les meilleures façons de trouver le lieu de vie qui lui correspond.Vous êtes un futur étudiant ? Réfléchissez à votre mode de vie, choisissez un logement en fonction du budget de vos parents, et de la meilleure façon pour vous de réussir vos études !

Réduisez vos factures grâce à nos conseils immobilier
Merci de vous être inscrit à notre newsletter !
En m’inscrivant, j’accepte les C.G.U. et de recevoir les newsletters de Radins.com par email.