Rouge à lèvres : qu'y trouve-t-on vraiment ?

La rédaction - publié le 19/02/2020 à 09:15

Le rouge à lèvres, cet allié de séduction qui se cache dans nos sacs à mains, armoires de salle de bains et trousses de toilette, n'est peut-être pas aussi innocent que l'on voudrait le croire. Avec 900 millions de tubes multicolores vendus dans le monde, Radins.com fait aujourd'hui le point sur les substances qu'il contient.

Des métaux toxiques dans certains rouges à lèvres

Les chercheurs de l’Ecole de santé publique de Berkeley ont détecté, dans une étude de 2013, la présence de certains métaux dans différents types de rouges à lèvres et de gloss : de l’aluminium, du cadmium et du chrome, entre autres. Ces composés sont toxiques, mais présents en quantités minimales, ce qui permet de limiter les risques. Malgré tout, de plus en plus de marques de cosmétiques tendent à surveiller la fabrication de leurs rouges à lèvres, afin d’éviter tout risque d’ingestion de métal.L’étude met aussi en évidence la présence, à faible dose, de plomb. Si dans les années 2000, plus de 60 % des rouges à lèvres de grandes marques contenaient du plomb, selon l’étude de Berkeley, le taux de plomb est, aujourd’hui, en chute libre, preuve que les industriels tendent à limiter les risques.Malgré tout, lisez attentivement la liste des composés de votre rouge à lèvres à l’achat.

Des conservateurs et substances minérales

Afin d’éviter les infections et autres bactéries, certains rouges à lèvres contiennent également des conservateurs ! Ces conservateurs sont soupçonnés d’être des parabènes, ces conservateurs issus de la pétrochimie, particulièrement nocifs pour la santé.D’autres substances minérales dangereuses pour la santé peuvent également être présentes dans votre rouge à lèvre : la cire microcristalline, ou ozokérite, un composé provenant d’hydrocarbures saturés. Si l’étiquette de votre rouge mentionne ce type de composés, ne l’utilisez pas !

Des cires structurantes

Les rouges à lèvres sont composés de cires structurantes, environ à hauteur de 10 % selon le produit, qui sont un mélange de cires végétales et synthétiques. Elles servent à solidifier le rouge à lèvres, et permettent une application en douceur.Les rouges à lèvres sont également composés de soins, souvent des antioxydants et soins hydratants, afin de limiter l’assèchement des lèvres. Ce qui explique en partie le côté « gras » de certains rouges. Des beurres végétaux sont d’ailleurs souvent présents dans les rouges à lèvres (cacao, karité, etc.) afin de prendre soin des lèvres et permettre un bon étalement du produit.

Des pigments et des huiles naturelles

Environ 10 % d’un rouge à lèvres est composé de pigments, afin de colorer le produit. Ces pigments sont créés à base d’oxyde de fer, souvent rouges ou bruns. Les rouges sont aussi composés d’huiles naturelles, qui ont pour but de donner une texture brillante, et de répartir les pigments.Les huiles naturelles représentent 68 % de la composition d’un rouge à lèvres. Elles sont généralement très pures afin d’éviter l’oxydation du produit, et un mauvais goût dans la bouche (une utilisatrice quotidienne de rouge à lèvre peut en avaler jusqu’à 2 kilos au cours de sa vie !).

Des vitamines

Ce n’est pas une blague, les rouges à lèvres peuvent aussi contenir des vitamines ! Ce sont les vitamines C et E qui sont concernées, et liées à l’utilisation d’huiles végétales dans les rouges à lèvres, par exemple l’huile de ricin (bien que son usage soit en baisse au profit d’autres huiles naturelles). Avec 900 millions de tubes vendus chaque année dans le monde, et 300 millions uniquement en Europe, cela ferait un sacré paquet de fruits. Qui veut un petit jus de rouge à lèvres pour bien commencer la journée ?

Plus de baleine ... mais du requin

La graisse de baleine est longtemps entrée dans la composition du rouge à lèvre, mais le risque d’extinction des espèces de baleine, et les lois de protection des animaux, ont rendu ce commerce difficile. D’ailleurs, son usage dans les cosmétiques est aujourd’hui interdit. Si l’on peut parler ici de belle victoire dans le cadre des baleines, il y a cependant un revers de médaille sordide.En effet, certains rouges à lèvres sont composés de squalène, autrement dit, d’huile de foie de requin. Le commerce du squalène est d’ailleurs devenu une importante industrie, notamment à cause de ses vertus antioxydantes. Rajoutons que le squalène est aussi utilisé dans certains compléments alimentaires. Il faut donc rester vigilant quant aux produits présents dans votre rouge à lèvres. On ne le dira jamais assez, mais surtout, lisez l’étiquette !Shampoing : les produits à éviter

Réduisez vos factures grâce à nos conseils lifestyle
Merci de vous être inscrit à notre newsletter !
En m’inscrivant, j’accepte les C.G.U. et de recevoir les newsletters de Radins.com par email.