Enfant gâté, attention danger !

La rédaction - publié le 06/02/2020 à 14:30

Les enfants gâtés ou couvés peuvent devenir de jeunes personnes malheureuses et avoir du mal à s'intégrer au sein de la société. Comment éviter ce problème ? Voici quelques conseils pour lui apporter tout ce dont il a besoin.

Apprendre à dire « non »

Et la tâche n’est pas toujours aisée. D’un point de vue matériel, il n’est pas bon pour l’enfant de recevoir en permanence tout ce qu’il réclame du premier coup sans contrepartie. Qu’il s’agisse d’un jouet, d’une friandise ou d’un film, vous devez apprendre à votre enfant à obtenir ce qu’il souhaite sous forme de récompense, par exemple s’il a été sage ou a eu de bonnes notes. Attention, un petit cadeau de temps à autre ne fait pas de mal, bien au contraire ! Mais cela ne doit surtout pas devenir une habitude.Il en va de même pour le temps que vous lui accordez : un enfant ne peut pas être en permanence le centre de votre attention. Apprenez-lui à respecter votre temps personnel et vos activités, à ne pas vous interrompre quand vous parlez à quelqu’un par exemple. Cela ne veut pas dire que votre enfant ne doit jamais prendre la parole ! Il est important qu’il ait conscience de l’urgence ou non de la situation. Il vous interrompt pendant une discussion importante pour vous demander de jouer ? Dites lui d’attendre la fin de votre conversation. Il se précipite vers vous pendant cette conversation car il s’est fait mal ? Vous le soignez immédiatement. Tout est une question de dosage, et il doit s’en rendre compte.

Savoir remercier les autres

La politesse s’apprend dès le plus jeune âge, ainsi que la gratitude. Un cadeau n’est pas un dû, et votre enfant doit s’en rendre compte en douceur. Au-delà d’un simple « merci », apprenez-lui à faire une bise, un câlin ou simplement à sourire à la personne qui lui offre un jouet par exemple. S’il s’agit d’un colis que vous recevez, associez-le aux remerciements par téléphone, mail ou en lettre.Votre enfant ne sait pas écrire ? Aucun problème, il peut vous dicter ce qu’il souhaite transmettre. En plus de lui enseigner la politesse, vous l’aidez à améliorer son vocabulaire, à mettre des mots sur ses sentiments. Et cela peut se transformer en moment complice avec lui.

Le rendre responsable

Nous le disions tout à l’heure, les enfants gâtés ne le sont pas forcément matériellement. En l’occurrence, le fait de couver votre enfant et de tout faire à sa place peut engendrer une forme « d’enfant gâté ». Il doit passer par un certain nombre d’expériences personnelles afin d’apprendre au mieux à vivre, à se connaître. Sans dire que vous devez le laisser aller au devant du danger, il devra parfois apprendre par lui-même pourquoi vous lui avez répété à maintes reprises que « le feu ça brûle ».Aidez-le à prendre au plus vite son autonomie. S’il salit la table, apprenez-lui à la nettoyer. Le matin, laissez-le faire son lit. Et pourquoi ne pas le laisser débarrasser tout seul son assiette ? Après tout, nous aussi nous cassons de la vaisselle à notre âge ... Ce ne sera peut-être pas parfait, mais il prendra l’habitude d’avoir des responsabilités. Cela peut également passer par le fait de s’occuper d’une plante, ou d’un animal adapté à son âge, par exemple. Responsabiliser votre enfant, c’est lui apprendre à se passer de vous en douceur pour les tâches du quotidien, et ne pas l’habituer à être un « enfant roi ».

Discuter avec votre entourage

Il ne suffit pas que vos enfants reçoivent une éducation à la maison ou à l’école, certains principes doivent être appliqués lorsque des personnes de votre entourage en ont la responsabilité. S’il est important pour les enfants de voir régulièrement d’autres personnes que ses parents, et de changer de milieu pendant un weekend ou des vacances, ils ne doivent pas perdre de vue l’éducation que vous leur donnez.Ainsi, expliquez aux grands-parents qui doivent garder votre enfant toutes les règles sur lesquelles ils doivent être intransigeant (dire merci, finir son assiette, se laver les dents avec de dormir, etc.). Sans compter que vous pouvez recevoir plein de bons conseils de la part de votre entourage !

Lui enseigner le partage

Nombre d’enfants ont du mal à partager leurs affaires, parfois avec les frères et sœurs, d’autre fois avec les cousins, les enfants des amis, ou les camarades d’école. Il ne tient qu’à vous de lui montrer que le « c’est à moi » n’est pas toujours bénéfique. L’enfant a en effet tendance à se renfermer sur lui-même quand il a du mal à partager. Qu’il joue seul et au calme est tout aussi important, que de savoir évoluer au sein d’un groupe.Apprenez-lui à prêter ses affaires, à les récupérer à la fin du jeu, et même à donner ce qu’il n’utilise plus. Pour ce faire, rien de mieux que de le laisser donner lui-même ses anciennes peluches et jouets de bébés à de jeunes parents, ou encore à une association pour enfants défavorisés. Montrez lui qu’il peut être fier de son don, et qu’il est important de penser aux autres.

De l'argent de poche ? Pourquoi pas

Dans la continuité des responsabilités, votre enfant doit également savoir se débrouiller avec un petit budget. Attention à ne pas lui donner d’argent de poche trop tôt et à lui expliquer que l’argent « se mérite » et ne se dépense pas à tort et à travers. Même si vous avez un revenu conséquent, votre enfant ne doit pas prendre l’habitude de pouvoir demander de l’argent dès qu’il désire acheter quelque chose.Vous devez lui apprendre à économiser pour quelque chose qui lui ferait vraiment plaisir. En grandissant, ses besoins seront plus élevés, alors autant lui apprendre à mériter son argent et à le dépenser intelligemment. N’hésitez pas à consulter notre article sur les enfants et l’argent pour plus d’informations !N’oubliez pas que, si lui offrir des cadeaux peut être une preuve d’amour, le temps passé avec lui, les câlins, les jeux en famille, sont des moments plus précieux à ses yeux, et importants pour son développement. Et l’amour est gratuit !

Aller au bout de ses objectifs

Il est important de ne pas laisser votre enfant abandonner toute activité à sa guise dès qu’il ne s’y intéresse plus. S’il fait du sport, et décide au bout de deux mois de faire de la danse pour se retrouver avec son meilleur ami, avant de vouloir commencer la cornemuse deux semaines plus tard afin d’être avec son amoureuse, vous faites face à un problème. Trouvez l’équilibre entre laisser sa curiosité s’épanouir, et l’obliger à respecter ses choix.D’une part parce que tous les parents n’ont pas les moyens de payer plusieurs cotisations pour différentes activités tout au long de l’année. D’autre part car votre enfant doit apprendre à s’engager durablement dans un projet, à aller jusqu’au bout et donner le meilleur de lui-même.Attention bien sûr, ceci ne concerne aucunement les activités dans lesquelles l’enfant peut être malheureux. Encore une fois, aidez-le à mettre des mots sur ce qu’il ressent afin de cerner s’il y a un problème ou non.

En bref, soyez ferme mais proche de lui

Si la sévérité peut brider un enfant et le renfermer sur lui-même, le laxisme risque de laisser croire à l’enfant que tout lui est permis. Ne lui passez pas ses caprices et, si vous le punissez, respectez votre parole afin qu’il comprenne ses actes. Un enfant gâté est propice aux caprices, c’est à vous de lui montrer les limites à ne pas dépasser. Une fois le cadre établi et les règles respectées, vous aiderez l’enfant à mieux s’épanouir.Pour cela, il est aussi important de dialoguer avec lui, de lui raconter vos expériences, et de lui faire prendre conscience qu’il peut facilement se confier à vous. Cette relation de confiance vous permettra de mieux gérer votre enfant, ainsi que de le comprendre et d’adapter votre éducation à son tempérament.Pour conclure, ne lui donnez pas tout ce qu’il désire à tort et à travers, ne le couvrez pas de cadeaux, ne faites pas tout à sa place, mais au contraire passez du temps avec lui, responsabilisez-le, conseillez-le, et laissez-le faire ses erreurs, parfois, pour mieux se relever ensuite.

Réduisez vos factures grâce à nos conseils lifestyle
Merci de vous être inscrit à notre newsletter !
En m’inscrivant, j’accepte les C.G.U. et de recevoir les newsletters de Radins.com par email.