Couple : peut-on vivre sans sexe ?

La rédaction - publié le 18/02/2020 à 09:15

Baisse de libido, troubles de l’érection, fatigue ou soucis de santé... Dans un couple, les problèmes sexuels font partie des tracas les plus courants. Il y aura toujours ceux qui vous disent faire l’amour au moins 5 fois par semaines. La réalité c’est que ce n’est pas la majorité. Vivre sans sexe paraît impossible. Ce qui est possible, c’est de gérer les périodes moins intenses avec douceur et complicité. Le sexe n’est pas le seul ciment du couple !

Ne pas faire l'amour : ça existe ?

Les abstinents ne sont pas une majorité mais ils existent. Cela peut être un choix comme une fatalité. Ainsi, nombre de personnes déçues ou choquées par un chagrin d’amour peuvent passer quelques années sans assouvir de besoins sexuels particuliers. Il n’en reste pas moins que la pression sociale les isole, et que moins on fait l’amour, plus la peur de ne pas être normal s’installe. Cela peut stigmatiser certaines personnes qui éviteront de plus en plus les occasions, par manque de confiance et de pratique. Ne plus faire l’amour, c’est possible dans ces cas particuliers, mais est-ce possible en couple ?

La fréquence des rapports sexuels

En couple, il n’y a pas de règles, l’essentiel est ce qui fait plaisir et ce qui satisfait les deux. Statistiquement, c’est plutôt une fois par semaine (s’il faut parler de « normes »). Mais les aléas de la vie peuvent faire varier cette statistique. Ce qui est important, c’est que l’un des deux ne soit pas frustré. Ainsi, certains couples sont moins gourmands, d’autre plus...Cela dit, la baisse de la fréquence des rapports sexuels est monnaie courante. Avec le temps, la vie professionnelle et familiale pompe l’énergie, et le désir arrive au dernier plan. Comment passer ces périodes sans trop fragiliser son couple ?

Problèmes sexuels passagers

Si l’un des partenaires a des soucis « physiques » (baisse de libido, sécheresse vaginale, troubles de l’érection ou autre maladie), il est recommandé de continuer à se donner du plaisir autrement. L’essentiel, c’est le contact et... la pratique.Trouvez ensemble un compromis qui vous convienne et qui permet de maintenir le contact physique et plaisir avec l’autre.

  • Ne vous renfermez pas, ne restez pas bloqué(e) sur le problème. Parlez, trouvez des alternatives ensemble et ne culpabilisez pas.
  • Continuez de prendre soin de vous, souriez, restez désirable pour l’autre
  • Gardez le contact physique : massages, caresses, câlins. Ne perdez pas le fil, entretenez votre amour.

Et n’oubliez pas également que baisse de libido ne signifie pas automatiquement baisse d’amour.

Sexe dans le couple : quand la relation devient quasi-fraternelle

Les rapports se sont espacés, de plus en plus. Le couple est devenu une équipe, à la tête de la grande entreprise familiale. Les échanges sont toujours complices, mais la vie sexuelle est passée au second plan, voire aux oubliettes. C’est là que peuvent apparaître les tentations de liaison, et le passage à l’acte avec une autre personne.Dans ce cas c’est quitte ou double : soit le secret est conservé et sert à « relancer la machine », soit c’est un quasi-consentement mais l’autre « ne veut pas savoir », soit c’est la fuite en avant vers la rupture...

Sexe dans le couple : comment affronter ses problèmes sexuels ?

Avant de passer la porte du cabinet d’un sexologue, commencez par vous réserver des moments à deux, pour vous câliner et discuter ouvertement de votre vie à deux.Vous pouvez rassurer votre partenaire sur votre baisse de libido et trouver des réponses ensemble : que se passe t-il en ce moment ? Avez-vous des soucis, du stress ? Comment y remédier ?

Décidez ensemble d’un rdv hebdomadaire juste à deux, d’un rituel pour vous retrouver à deux. Si vous vous aimez, vous trouverez des solutions adaptées...Verbalisez aussi le fait que la sexualité des hommes et des femmes ne fonctionnent pas sur le même mode : une baisse de libido due au stress est classique chez les femmes, qui ont besoin d’être dans des conditions psychologiques équilibrées.

Parlez ! Cela vous permettra aussi de désamorcer des « croyances », par exemple : vous n’aimez plus votre corps à cause de ses kilos en trop ? Votre conjoint peut vous rassurer et vous dire qu’il vous désire malgré cela...Un mot d’ordre = maintenir dialogue et contact physique !

Abstinence sexuelle : la libido baisse et la confiance en soi aussi ...

L'abstinence sexuelle peut être due à de nombreux facteurs. Mais essentiellement, c'est une période sans relation amoureuse qui l'entraîne. Ça arrive à tout le monde, mais voilà : même si ça fait partie de la vie, ça a un impact sur le moral. Notamment sur la confiance en soi : ne pas être en couple ou ne pas avoir de relations sexuelles même occasionnelles et sans lendemain mine cette confiance. L'amour et le sexe provoquent en effet la sécrétion de certaines hormones, dont les endorphines. Outre la confiance en soi, la libido est également mise à rude épreuve. La libido est très élevée lorsque l'activité sexuelle est fréquente et baisse lorsqu'elle diminue. Les chercheurs sont toutefois rassurants sur la question : même si la libido baisse en période d'abstinence, elle repart de plus belle dès que cette période se termine.

Des problèmes de santé plus graves liés à l'abstinence

Le sexe ne fait pas que du bien au moral : il a des impacts bénéfiques sur la santé... Et inversement pour l'abstinence. Le stress peut augmenter lors d'une longue période sans rapports sexuels, puisque ces derniers permettent de réguler l'afflux sanguin. Il en est de même pour le système immunitaire : il est renforcé lors des périodes sexuellement actives et s'affaiblit lors des périodes d'abstinence car on est moins en contact avec bactéries et virus. Enfin, mais ça ne concerne que les hommes, une longue période d'abstinence peut conduire à des troubles de l'érection. Une vie sexuellement active réduit de 50 % le risque de souffrir de ce type de troubles. 

Vous aimerez aussi : Quel est le secret pour avoir une vie sexuelle épanouie ?

Réduisez vos factures grâce à nos conseils lifestyle
Merci de vous être inscrit à notre newsletter !
En m’inscrivant, j’accepte les C.G.U. et de recevoir les newsletters de Radins.com par email.