Le kamasutra, qu'est-ce que c'est exactement ?

Alexis Guiot - publié le 06/02/2020 à 14:30

Le kamasutra est un recueil érotique indien, destiné à aider les amants dans leur quête du plaisir et de l'accomplissement de soi.

Un guide de l’érotisme

Le kamasutra vient du mot indien ancien « kâma » qui signifie désir, plaisir et de « sûtra » qui peut désigner un guide, un aphorisme, un livre ou un verset. Le kamasutra peut donc se traduire par « guide du désir ». Dans l’imaginaire populaire, le kamasutra n’est qu’un recueil de positions sexuelles, alors qu’en réalité, il s’agit d’un manuel d’éducation dont le but est d’aider le couple à avoir une vie à deux harmonieuse. Les positions sexuelles censées décupler le plaisir n’occupent qu’un chapitre du livre. Les autres parties du kamasutra abordent toutes les questions qu’une personne peut se poser. Les relations amoureuses, l’art de la séduction, le mariage, les fantasmes, la grossesse, et même l’homosexualité féminine et masculine sont abordés dans le kamasutra. Le livre donne également des conseils utiles comme le fait d’expliquer à l’homme qu’une totale maîtrise de l’art des baisers, des caresses ou des griffures est aussi importante que l’acte sexuel en lui-même.

Un héritage hindou

Le kamasutra est le premier livre de l’histoire de l’humanité à parler de la vie commune de l’homme et de la femme. L’ouvrage initial a été rédigé aux alentours du Ve siècle par Vatsyayana, un philosophe brahmane indien qui vivait dans la cité sainte de Varanasi. Pourquoi un brahmane écrirait un ouvrage sur la sexualité, direz-vous ? Pour les hindous, la quête de la jouissance est l’un des objectifs de l’existence d’un individu et l’acte sexuel est aussi vital que de manger ou de boire. Plus tard, d’autres recueils comme le Tao de l’amour, le jardin parfumé et l’Ananga Ranga sont venus compléter les écrits de Vatsyayana.

Un ouvrage longtemps caché du grand public

Le kamasutra a été initialement conçu pour aider les aristocrates hindous et les courtisanes à mieux avancer dans leur quête du plaisir. À son arrivée en Angleterre au cours du XIXe siècle, le contenu du livre n’était pas encore révélé au grand public. Seuls les hommes de l’élite sociale qui se regroupaient dans le Victorian Kama Shastra Society avaient accès à ces écrits. Comme le contenu ne s’accordait pas vraiment aux mœurs victoriennes, ils avaient l’obligation de garder leur lecture pour une souscription privée sous peine d’être poursuivie pour atteinte aux bonnes mœurs. Il faut attendre les années 60 pour que le kamasutra soit accessible au grand public.

Un lien entre le physique et le mental

Comme toute pratique hindoue, les positions sexuelles décrites dans le kamasutra ne visent pas uniquement la fusion physique, mais également la communion mentale entre les deux partenaires. Le manuscrit stipule d’ailleurs que « lors de l’acte sexuel, si les pensées des deux partenaires sont différentes, c’est comme s’il y avait l’union de deux cadavres ». Tout comme le yoga, certaines positions du kamasutra nécessitent une grande souplesse, mais d’autres, comme l’Andromaque ou la petite cuillère sont facilement réalisables pour les personnes qui manquent de souplesse, qui souffrent de problèmes de dos ou encore les femmes enceintes.

Réduisez vos factures grâce à nos conseils lifestyle
Merci de vous être inscrit à notre newsletter !
En m’inscrivant, j’accepte les C.G.U. et de recevoir les newsletters de Radins.com par email.