Covid-19 : le port du masque bientôt obligatoire ?

Anton Kunin - publié le 10/07/2020 à 13:00

Le non-respect des gestes barrières accélère la propagation du virus. Jean-François Delfraissy, le président du Conseil scientifique Covid-19, appelle les Français à la responsabilité.

Masques
D'un point de vue scientifique, le port d'un masque diminue la possibilité de propagation d'un virus.

Jean-François Delfraissy brandit la menace de reconfinements localisés

Jean-François Delfraissy, le président du Conseil scientifique Covid-19, sonne l’alerte. « Si les mesures barrières sont abandonnées, un rebond de l’épidémie est possible en octobre, voire dès cet été. [...] Je dis 'attention, le virus circule encore’. On le voit tout près de nous : en Espagne, en Allemagne, en Angleterre, on a dû reconfiner au niveau local », a-t-il rappelé.

Son discours fait écho aux enquêtes hebdomadaires de l’agence Santé Publique France sur le respect des gestes barrières, qui mettent en évidence un relâchement progressif des Français. Selon la dernière enquête en date, seuls 66,6% de nos compatriotes pratiquent aujourd’hui un lavage régulier des mains, contre 76,4% fin mars 2020. Les Français sont aussi moins nombreux à tousser dans leur coude : 61,9%, contre 71,2% fin mars 2020. Le mouchoir à usage unique n’est utilisé que par 60,6%, contre 70,3% fin mars.

Jean-François Delfraissy appelle les Français à porter un masque

Même tendance pour le respect de la distance d’un mètre : un comportement adopté par 84,7% de nos compatriotes fin mars 2020, aujourd’hui il reste de mise pour seulement 54,7% d’entre nous. Saluer sans serrer la main et arrêter les embrassades reste une habitude pour seulement 73,2% des Français, contre 92,2% fin mars 2020.

Quant au port du masque, Jean-François Delfraissy note que bien qu’il reste systématique dans les transports, dans la rue les Français sont de moins en moins nombreux à en porter un. Ce relâchement est d’autant plus un comportement dangereux que le 8 juillet 2020, après l’appel de 200 chercheurs, l’Organisation mondiale de la santé a entamé une revue de la littérature scientifique sur la transmission aéroportée du Covid-19. Les chercheurs à l’origine de l’appel affirment que les gouttelettes postillonnées contenant du virus ne tombent pas aussitôt par terre mais peuvent circuler dans la pièce jusqu’à 24 heures après que la personne y a parlé. Étant donné cette information nouvelle, le port du masque apparaît d’autant plus justifié.

À lire aussi Hygiène : 5 erreurs qui vous font tomber malade

Réduisez vos factures grâce à nos conseils services
Merci de vous être inscrit à notre newsletter !
En m’inscrivant, j’accepte les C.G.U. et de recevoir les newsletters de Radins.com par email.