Automobile : faut-il prendre la garantie panne mécanique ?

Mustapha Azzouz - publié le 29/07/2020 à 17:00

Quel que soit votre profil de conducteur, le modèle ou le type de véhicule que vous conduisez (neuf, récent, d’occasion), vous pouvez souscrire à la garantie panne mécanique auprès de votre assureur. Méconnue de nombreux automobilistes, à quoi sert exactement cette garantie ? On vous dit tout !

Garantie panne mécanique : quèsaco ?

Encore appelée simplement garantie mécanique, la garantie panne mécanique assure la prise en charge des réparations qui s’imposent pour remettre votre auto en circulation en cas de panne. Elle s’applique aussi bien pour le remplacement de pièces que pour la main-d’œuvre. Pour que cette garantie fonctionne, la panne ne doit résulter ni d’un accident ni d’une usure normale ni d’un défaut d’entretien. Vous devez donc être parfaitement à jour, en vous conformant aux préconisations et au calendrier imposés par le constructeur. Mais contrairement aux idées reçues, la mise en application de cette garantie est assurée même si vous faites réaliser votre entretien hors réseau constructeur.

La garantie mécanique est tout à fait optionnelle. Il est possible de l’inclure dans un contrat d’assurance au tiers ou tous risques, moyennant une surprime d’environ 150 à 200 euros par an.

Tous les véhicules peuvent-ils bénéficier de cette couverture ?

La réponse est clairement non. Pour définir si votre auto est éligible à la garantie mécanique, l’assureur se penchera sur deux données : son âge et son kilométrage. Certains assureurs limitent cette garantie aux 8 ans du véhicule, d’autres peuvent aller jusqu’à 20 ans. C’est le maximum. Il en va de même pour le kilométrage : selon les assureurs, il est possible d’assurer contre les pannes mécaniques un véhicule ayant entre 100 000 et 250 000 km au compteur. L’écart étant large, il convient de comparer.

Quelles sont les pannes couvertes par cette garantie ?

Sur ce point, chaque assureur fixe ses propres règles. C’est pourquoi, là encore, il est important de mettre les offres en parallèle en s’attardant sur les éléments qui sont réellement couverts. Certains assureurs limitent la couverture aux organes de base, d’autres proposent une couverture beaucoup plus étendue. Ensuite, si l’on parle communément de pannes d’origine mécanique (embrayage, boîte de vitesses, système d’injection...), d’autres pannes peuvent être couvertes, y compris celles n'affectant pas la bonne marche du véhicule. On recense ainsi :

  • Les pannes d’origine électrique (alternateur, démarreur...) ;
  • Les pannes d’origine électronique (caméra de recul, GPS, ordinateur de bord, etc.) ;
  • Les pannes périphériques (moteur de rétroviseurs ou de toit ouvrant, fermeture centralisée...).

Une telle option n’est pas négligeable, sachant que certains organes peuvent coûter plusieurs milliers d’euros. Pour une boîte de vitesses automatique, par exemple, les prix démarrent aux alentours de 1 500 euros hors main-d’œuvre et peuvent atteindre 4 000 euros et plus selon le modèle de véhicule. La facture peut vite grimper !

À noter : exclusions systématiques

L’usure des consommables, comme les pneus ou les plaquettes de freins, n’entre jamais dans le cadre de la garantie, quel que soit l’assureur.

À quel moment prendre la garantie mécanique ?

S’il est généralement recommandé de souscrire à la garantie panne mécanique à l’expiration de la garantie légale constructeur, les choses ne sont pas toujours aussi simples. Plusieurs cas de figure sont possibles.

Si vous achetez un véhicule neuf ou récemment mis en circulation, vous bénéficiez effectivement de la garantie constructeur, qui vous couvre contre les défauts de construction d’origine mécanique, électronique, etc. Cette fameuse garantie, d’une durée minimale de deux ans, est souvent soumise à un kilométrage maximal. Ce dernier varie en fonction des constructeurs, mais est généralement fixé à 100 000 km minimum. De plus, comme pour la garantie mécanique, des exclusions figurent généralement au contrat, en plus des pièces d’usure. Or, ces exclusions sont propres à chaque constructeur. Cela peut alors valoir le coup de souscrire à la garantie panne mécanique en parallèle pour couvrir les pannes non prises en charge par le constructeur.

Au moment de l’achat, vous pouvez aussi choisir de prendre une extension de garantie constructeur sur 1, 2 ou 3 ans, dans la limite de 5 ans de garantie. C’est-à-dire que si le constructeur fixe la durée minimale légale de la garantie à 3 ans, vous ne pouvez pas étendre la garantie sur plus de 2 ans. Par contre, assurez-vous dans tous les cas d’avoir une bonne couverture. L’extension de garantie étant payante, il serait dommage, en plus, de devoir ajouter l’option panne mécanique à votre contrat d’assurance ou de la laisser courir pendant encore une ou plusieurs années.

À savoir enfin que la garantie légale constructeur peut être gratuite ou payante. Mais même dans le second cas, mieux vaut la prendre ! Cela, pour une bonne et simple raison : la garantie panne mécanique est systématiquement assortie d’un délai de carence (6, 9 ou 12 mois, voire plus). Cela signifie que sans garantie constructeur, vous ne serez aucunement couvert pendant ce laps de temps. Pensez donc à vous pencher sur les offres de garantie bien à l’avance !

Utile voire même essentielle, la garantie panne mécanique ne doit pas moins être choisie avec attention. Tous les contrats ne se valent pas. Prenez le temps de la réflexion.

Tous les guides assurances
Réduisez vos factures grâce à nos conseils factures & services
Merci de vous être inscrit à notre newsletter !
En m’inscrivant, j’accepte les C.G.U. et de recevoir les newsletters de Radins.com par email.