Bonus-malus : fonctionnement et calcul

Alexis Guiot - publié le 03/12/2019 à 18:00

Encore appelée clause de « réduction-majoration », le bonus-malus est un dispositif de diminution ou d'augmentation de la cotisation de référence en fonction des accidents survenus aux automobilistes. Elle est réglementée et imposée à toutes les sociétés d'assurance par les pouvoirs publics. Ce système a été mis en place pour pousser les automobilistes à plus de prudence au volant, et ainsi éviter les accidents.

Bien qu'il ne soit pas apprécié du fait qu'il conduirait l'assuré à ne pas déclarer les dommages dont il est l'auteur, et inciterait l'automobiliste à afficher des comportements asociaux (délit de fuite, constat amiable falsifié...), le dispositif demeure à ce jour, même s'il faut reconnaître que son fonctionnement n'est pas bien assimilé par les usagers de la route.

Bonus-malus : fonctionnement

Le principe du bonus-malus est simple. L'automobiliste qui ne cause pas d'accident, obtient une réduction de son tarif d'assurance : c'est le bonus. A l’inverse, l'automobiliste qui est responsable d'un ou de plusieurs sinistres devra payer son assurance plus chère : c'est le malus. En fait, si vous êtes un bon conducteur, votre bonus sera élevé et par conséquent, votre prime d'assurance régressera.

Comment est calculé le bonus-malus ? 

Lorsque vous souscrivez pour la première fois à un contrat d'assurance auto, vous avez un coefficient de 1. C’est en fonction de votre conduite et des éventuels accidents que tout va changer. En effet, dans le cas où vous n’avez eu aucun accident sur l’année, alors le coefficient va diminuer et augmentera dans le cas contraire. 

Si vous passez une année sans être auteur d'un accident, vous réduisez le coefficient de 5 %. Il passe alors à 0,95 et ainsi de suite, jusqu'à ce que vous atteigniez un bonus maximum de 0,50. Notez que pour atteindre ce bonus maximum, il vous faudra réaliser 13 ans de conduite sans que votre responsabilité n'ait été engagée dans un quelconque accident.

Il faut noter que ceux qui roulent très souvent (commerciaux, professions libérales, livreurs, etc.), dans le cadre de déplacements professionnels, ont droit à un bonus-malus plus intéressant. Leur bonus augmente plus rapidement (+ 7 %), alors que le malus régresse beaucoup moins vite (20 %).
 

Comment perdre son bonus ?

Si dans le cas contraire, vous êtes assez mauvais conducteur, votre malus augmentera et votre prime vous reviendra plus chère.En effet, en cas d'accident, vous aurez droit au malus. Son mode de calcul est beaucoup moins avantageux. En réalité, dès le premier accident, le coefficient augmente de 25 %. Cela dit, le malus ne peut dépasser 3,5. Si votre responsabilité n'est engagée qu'à moitié, l'augmentation du malus le sera aussi, soit 12,5 %.

Il faut tout de même que vous sachiez que vous aurez un malus, si votre responsabilité est engagée dans un accident, indépendamment du fait que vous soyez assuré(e) "tous risques" ou non. Rassurez-vous ! Vous n'aurez pas de malus si votre responsabilité est engagée dans un sinistre, alors que votre bonus est de 50 depuis trois ans minimum ; ou que votre voiture est brûlée, volée ou sujette à un bris de glace. Vous n'aurez pas non plus de malus si votre voiture est engagée dans un sinistre, alors qu'elle était conduite par une personne sans votre consentement (un vol par exemple). La situation serait la même si votre voiture a été dégradée en stationnement et que le responsable n'a pas laissé d'adresse.
 

Bonus-malus du conducteur secondaire

La question qu'on se pose généralement c'est : est-ce que le conducteur secondaire cumule le bonus-malus de la même façon que le conducteur principal du véhicule ? La réponse est oui.

En effet, contrairement à ce qu'on croit, le dispositif du bonus-malus est lié au véhicule et pas au conducteur. Par conséquent, si le conducteur principal ou le conducteur secondaire est responsable d'un accident, le contrat d'assurance subira un malus. Idem pour le bonus.

Comment faire baisser son malus ?

Dans le cas où votre malus est particulièrement élevé, sachez qu’il reste possible de remédier à cette situation. Pour cela, il est nécessaire d’adopter une conduite plus raisonnable et de passer deux ans sans aucun sinistre responsable ou semi-responsable. Si ces conditions sont respectées, vous pourrez revenir un niveau de bonus-malus avec un coefficient de 1. Sachez qu’en changeant de compagnie d’assurance, votre niveau de malus restera le même. La seule possibilité pour le diminuer et donc d’être vigilant et patient. En adoptant une meilleure conduite, vous pourrez donc diminuer votre malus et avoir la possibilité de profiter d’un bonus en conservant une conduite sérieuse les années qui suivent. 
 

Tous les guides assurances
Réduisez vos factures grâce à nos conseils factures & services
Merci de vous être inscrit à notre newsletter !
En m’inscrivant, j’accepte les C.G.U. et de recevoir les newsletters de Radins.com par email.